Greffer des cellules souches humaines dans la moelle épinière d’un rat atteint de sclérose latérale

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 02/04/2013

Une nouvelle étude publiée dans la revue STEM CELLS Translational Medicine montre la manière dont les cellules souches humaines peuvent être greffées, survivre et se différencier en neurones matures dans la moelle épinière d'un rat atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA). Ces résultats sont présentés comme synonymes d'espoir pour les personnes souffrant de cette maladie dont l'issue est généralement le décès du patient dans les trois à cinq ans suivant le diagnostic.

Des neurones moteurs spinaux ont déjà été générés avec succès à partir de diverses sources, telles que des cellules souches embryonnaires (CSE) et des cellules souches neuronales (CSN). Des études ont par ailleurs évalué le potentiel thérapeutique des cellules souches mésenchymateuses (CSM) humaines de la moelle osseuse et des cellules provenant du sang du cordon ombilical humain (CSCO), mais l'amélioration obtenue lors de leur transplantation sur des patients atteints de SLA n'a été que modeste, voire nulle. En théorie, les cellules souches pluripotentes humaines induites (CSPHI ou iPS) prélevées chez des patients souffrant de maladies neurodégénératives, comme la SLA, pourraient être utilisées pour stopper la maladie. Toutefois, aucune étude n'a décrit jusqu'à présent ce qu'il advient des CSPHI transplantées dans un environnement SLA.

Dans le cadre de la présente étude, l'équipe de chercheurs de Roland Pochet, Professeur à l'Université libre de Bruxelles. souhaitait comprendre dans quelle mesure des progéniteurs neuronaux obtenus à partir de cellules souches pluripotentes humaines induites (iPS ou CSPHI) pouvaient avoir un effet sur la SLA. Cette idée leur a été inspirée par une précédente étude au cours de laquelle ils avaient injecté à des rats atteints de SLA des CSN prélevées sur d'autres rats.
Source : Bulletins électroniques


 


Articles similaires

Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches

Belgique : TiGenix obtient un brevet essentiel pour des compositions de cellules souches

- Génétique

TiGenix NV, une société biopharmaceutique basée à Leuven, spécialisée dans le développement de nouvelles thérapies cellulaires est devenue un leader européen dans ce domaine. L'Office européen des brevets (OEB) vient de lui octroyer le feu vert concernant une composition de cellules souches dérivées de tissus adipeux. Ces cellules souches, dites mésenchymateuses, ont des capacités étonnantes de régénération et de réparation de tissus, mais aussi des capacités immunologiques. Ce sont des cellul...

Lire la suite

Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses

- Génétique

La Banque de cellules souches adipeuses de Saint-Luc propose l'autotransplantation aux patients atteints de non-consolidation osseuse (post-traumatique, après exérèse d'une tumeur) ou plaies après radiothérapie. Cette technique consiste à prélever de la graisse sur le patient puis d'en extraire des cellules souches (adultes) qui permettront de reconstruire les os et de guérir les plaies. Six patients à ce jour ont déjà bénéficié d'une autogreffe de cellules souches adipeuses. Ce programme est ...

Lire la suite

Cellules souches : appel aux donneurs d’origine non-européenne

Cellules souches : appel aux donneurs d’origine non-européenne

- Génétique

Parmi les 81.300 donneurs inscrits au registre belge de donneurs de cellules souches, seulement 1,5% est d'origine nord-africaine, centrafricaine ou turque, un taux trop faible par rapport aux besoins des receveurs. Parmi les patients de ces origines, une personne sur trois ne trouve donc pas de donneur.

Les cellules souches en question ont la caractéristique d'être indifférenciées et divisibles indéfiniment. C'est à partir de ces cellules « mères » que toutes les autres cellules sanguines (...

Lire la suite