Greffer des cellules souches humaines dans la moelle épinière d’un rat atteint de sclérose latérale

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 02/04/2013

Une nouvelle étude publiée dans la revue STEM CELLS Translational Medicine montre la manière dont les cellules souches humaines peuvent être greffées, survivre et se différencier en neurones matures dans la moelle épinière d'un rat atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA). Ces résultats sont présentés comme synonymes d'espoir pour les personnes souffrant de cette maladie dont l'issue est généralement le décès du patient dans les trois à cinq ans suivant le diagnostic.

Des neurones moteurs spinaux ont déjà été générés avec succès à partir de diverses sources, telles que des cellules souches embryonnaires (CSE) et des cellules souches neuronales (CSN). Des études ont par ailleurs évalué le potentiel thérapeutique des cellules souches mésenchymateuses (CSM) humaines de la moelle osseuse et des cellules provenant du sang du cordon ombilical humain (CSCO), mais l'amélioration obtenue lors de leur transplantation sur des patients atteints de SLA n'a été que modeste, voire nulle. En théorie, les cellules souches pluripotentes humaines induites (CSPHI ou iPS) prélevées chez des patients souffrant de maladies neurodégénératives, comme la SLA, pourraient être utilisées pour stopper la maladie. Toutefois, aucune étude n'a décrit jusqu'à présent ce qu'il advient des CSPHI transplantées dans un environnement SLA.

Dans le cadre de la présente étude, l'équipe de chercheurs de Roland Pochet, Professeur à l'Université libre de Bruxelles. souhaitait comprendre dans quelle mesure des progéniteurs neuronaux obtenus à partir de cellules souches pluripotentes humaines induites (iPS ou CSPHI) pouvaient avoir un effet sur la SLA. Cette idée leur a été inspirée par une précédente étude au cours de laquelle ils avaient injecté à des rats atteints de SLA des CSN prélevées sur d'autres rats.
Source : Bulletins électroniques


 


Articles similaires

La recherche et les cellules souches adultes en Belgique

La recherche et les cellules souches adultes en Belgique

- Génétique

La société  TiGenix à Leuven travaille activement sur les cellules souches adultes en vue de la régénérescence du ménisque. Ces cellules souches adultes dérivées du genou sont exploitées pour développer un nouveau produit qui permettrait de réparer les ménisques. Les recherches en sont au stade d'expérimentation animale. Les essais sur l'homme sont prévus début 2011.
TiGenix est une spin-off et une collaboration entre les universités de Gand et de Leuven, le responsable des recherches étant le...

Lire la suite

Cellules souches adultes et polyarthrite rhumatoïde

Cellules souches adultes et polyarthrite rhumatoïde

- Génétique

Ce 22 avril 2013, TiGenix, leader européen de la thérapie cellulaire, a annoncé des résultats positifs suite à une étude de Phase IIa portant sur le traitement de la polyarthrite rhumatoïde réfractaire. Rien qu'en Europe, aux États-Unis et au Japon, 150.000 à 300.000 patients atteints de cette maladie ne répondraient pas aux traitements existant actuellement. Au cours de cette étude, 26 patients ont reçu des doses de Cx611, une suspension de cellules souches adultes issues du tissu adipeux d'u...

Lire la suite

Première mondiale : créer de l’os à partir de cellules souches de graisse

Première mondiale : créer de l’os à partir de cellules souches de graisse

- Génétique

Des scientifiques de l'UCL viennent de mettre au point une technique pour créer de l'os artificiel à partir de cellules-souches prélevées dans la graisse du patient. Ces cellules-souches sont cultivées et multipliées trois mois avant d'être réimplantées là où l'os du patient manque. Développée pour des patients pour lesquels aucune solution n'était plus disponible, notamment des enfants atteints d'un cancer des os, cette technique, qui produit une sorte de plasticine que l'on peut modeler à la...

Lire la suite