Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Canada Canada

Publié le : 24/01/2019

Au Québec, une loi fédérale qui protégeait efficacement les citoyens contre les discriminations sur la base de tests génétiques, a été jugée invalide par la Cour d'appel du Québec.  Pour cause : en pénalisant ces discriminations, le législateur fédéral a empiété sur les compétences provinciales.

La loi en question du 5 avril 2017 contient l'interdiction pour quiconque d'obliger une personne à subir un test génétique comme condition préalable à la fourniture de biens ou de services et à la conclusion ou au maintien d'un contrat.

Marie-Claude Landry, présidente de la Commission canadienne des droits de la personne, déplore l'invalidation de la loi par la Cour, et met en garde contre l'utilisation des tests génétiques : « Un test génétique met à risque toute personne au moment de chercher un emploi, d'adopter un enfant, de voyager, de signer un contrat d'assurance ou d'obtenir des soins de santé. Il y a un risque qu'on nous refuse des avantages ou des services à cause de nos renseignements génétiques ou parce que nous refusons de les divulguer. » (Déclaration du 16 janvier 2019)

Même si la discrimination génétique reste interdite en des termes généraux, il s'agit d'une protection limitée qui n'est pas aussi efficace que celle prévue par les dispositions invalidées.

Le Code canadien du travail reste néanmoins modifié pour y prévoir que nul ne peut obliger un employé à subir un test génétique ou à communiquer les résultats d'un test génétique qu'il a subi, et que l'employé ne peut être sanctionné pour avoir refusé de subir de tels tests.

La Commission canadienne des droits de la personne encourage donc « fortement le gouvernement fédéral à améliorer les mécanismes de protection à l'échelle fédérale et à travailler avec ses homologues provinciaux et territoriaux pour les inciter à mettre rapidement en place leurs propres mécanismes de protection. »

Cette loi avait été votée par une majorité alternative, sans le soutien du gouvernement Trudeau. La Coalition canadienne pour l'équité génétique a fait appel de la décision devant la Cour Suprême du Canada.

Sur l'utilisation des tests génétiques par les assureurs, voir ce Bulletin de l'IEB.

Sources : Commission Canadienne des droits la personne, Lavery Avocats, Le Devoir.


Articles similaires

Prévoir les risques de maladies avant la conception : la Belgique ouvre la voie aux tests préconceptionnels

Prévoir les risques de maladies avant la conception : la Belgique ouvre la voie aux tests préconceptionnels

- Génétique

A compter d'octobre 2019, un nouveau dépistage génétique sera proposé aux couples désireux d'avoir un enfant, dans les huit centres de génétique de Belgique. Ce test vise à détecter des maladies génétiques récessives suivant un panel de 1200 maladies, que les futurs parents pourraient potentiellement transmettre à leurs enfants.

Les maladies autosomiques récessives ne se manifestent que lorsque les deux parents de l'enfant lui ont transmis le gène défectueux. « Lorsque les deux futurs parent...

Lire la suite

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

- Génétique

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome...

Lire la suite

Discrimination sur base de tests génétiques : la réflexion des assureurs

Discrimination sur base de tests génétiques : la réflexion des assureurs

- Génétique

Avec l'avancée scientifique, de plus en plus de tests génétiques voient le jour. Ces tests prédictifs permettent à chacun de connaitre les risques d'avoir un cancer, Alzheimer, ou toute autre maladie. Ou tout simplement, comme la société 23andME le propose, recevoir des informations sur son génome, informations qu'elle définit comme « histoire personnelle » et qui concernent des maladies génétiques transmissibles graves et des caractères non médicaux.
La connaissance de ces informations pose q...

Lire la suite