Belgique : 10 millions d’euros pour une nouvelle banque de données ADN

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 27/10/2016

Une plate-forme technologique permettant de cartographier l'ADN complet de dizaines de milliers de citoyens verra le jour prochainement en Belgique. Celle-ci investira 10 millions d'euros dans ce projet porté par un consortium d'instituts de recherche, d'hôpitaux et d'entreprises belges qui signeront prochainement un accord de collaboration. La nouvelle banque de données servira à poser des diagnostics et à évaluer le risque de maladies héréditaires en vue d'une meilleure prévention. Elle doit aussi contribuer à mettre au point des traitements plus efficaces de ces maladies.

Le projet constituera une première étape vers le passeport génétique pour les nouveau-nés, un outil destiné au suivi médical des personnes tout au long de leur vie. Selon les initiateurs du projet, « dans dix ans, ce sera devenu réalité ». Les centaines de giga-octets de données récoltées devront être interprétés correctement et rapidement pour que le projet puisse atteindre son but.

Imec, iMinds et plusieurs entreprises technologiques belges et étrangères ont donc décidé de mettre leur savoir-faire en commun pour informatiser les connaissances de pointe dont disposent les hôpitaux et les universités belges. Le laboratoire permanent de recherche consacré à la technologie des puces créé à Louvain par Samsung et Intel servira de modèle pour le nouveau projet belge dans le domaine génétique. Pour Joris Vermeersch, directeur du centre de génétique humaine de la clinique universitaire Gasthuisberg à Louvain, « l'analyse ADN devrait devenir le centre névralgique des hôpitaux du XXIe siècle ».

Les enjeux éthiques liés à ce type de projet sont multiples. Une telle collecte d'informations à caractère personnel et médical soulève notamment la question de la sécurité des données. Qui aura accès à ces données, qui pourra en faire usage ? Quel type d'usage en sera autorisé ? Dans quelle mesure un consentement éclairé de la part des patients pourra-t-il être assuré, en particulier dans le cas d'informations génétiques collectées sur un nouveau-né en vue d'être utilisées durant toute sa vie, et peut-être même après ? 

Sources : Belga/AFP/L'Echo


Articles similaires

Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses

- Génétique

La Banque de cellules souches adipeuses de Saint-Luc propose l'autotransplantation aux patients atteints de non-consolidation osseuse (post-traumatique, après exérèse d'une tumeur) ou plaies après radiothérapie. Cette technique consiste à prélever de la graisse sur le patient puis d'en extraire des cellules souches (adultes) qui permettront de reconstruire les os et de guérir les plaies. Six patients à ce jour ont déjà bénéficié d'une autogreffe de cellules souches adipeuses. Ce programme est ...

Lire la suite

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

Analyse ADN facturée 300 euros en Belgique contre seulement 30 euros en Allemagne.

- Génétique

Une société de Munich a été choisie pour effectuer l'analyse annuelle d'environ 8.000 échantillons ADN de personnes condamnées par la justice belge. Les laboratoires belges, qui réalisaient jusqu'à présent ces analyses, regrettent qu'elles ne soient plus effectuées dans le pays, indique De Standaard.
Le gouvernement a décidé d'attribuer dès 2014 l'analyse des échantillons ADN des condamnés à la société allemande Eurofins Medigenomix Forensik afin de réaliser des économies. En effet, une analys...

Lire la suite

Télévie en Belgique : 20.000 euros pour un projet utilisant les cellules souches embryonnaires

Télévie en Belgique : 20.000 euros pour un projet utilisant les cellules souches embryonnaires

- Génétique

L'asbl ABMM organise depuis plus de 10 ans le Télévie et mobilise de nombreux volontaires chaque année pour la collecte de dons. C'est en moyenne 250.000 euros qui sont ainsi collectés chaque année, et notamment par son « centre téléphonique de promesse ».
Plusieurs projets de recherche trouvent ainsi un appui financier. Cette année, un projet intitulé « Human pluripotent stem cells as disease models for myotonic dystrophy type 1  » du Dr Karen Sermon de la VUB a été sélectionné et a bénéficié...

Lire la suite