Bébés-OGM en Chine : expérimentation confirmée et autres victimes

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 24/01/2019

Un rapport d'enquête gouvernementale en Chine a confirmé que les deux jumelles nées en novembre dernier avaient bien été modifiées génétiquement à l'aide de la technique CRISPR-Cas9, par le Dr He Jiankui.

« La sécurité et l'efficacité des technologies qu'il a utilisées ne sont pas fiables et la création de bébés génétiquement modifiés pour la reproduction est interdite par décret national », énonce le rapport. En effet, une loi chinoise de 2003 interdit l'implantation d'embryons modifiés génétiquement et oblige les chercheurs à les détruire au bout de 14 jours. Selon le rapport, le chercheur a « rédigé de faux documents d'éthique pour trouver des volontaires pour la procédure » et levé des fonds privés pour mener ses opérations.   

L'enquête a également confirmé l'existence d'une autre femme enceinte d'un bébé « génétiquement modifié » par le scientifique chinois. Les deux jumelles, cette femme et son enfant « vont être placés sous observation médicale », tandis que le Dr He Jiankui est sous surveillance « dans un appartement de l'Université des sciences et de la technologie du Sud (SUSTech) à Shenzhen ». En attendant, l'enquête des autorités chinoises se poursuit.

La modification génétique de ces embryons a porté sur le gène CCR5, afin de les rendre résistants au virus du sida. A noter que les agissements du scientifique chinois ont été largement condamnés au niveau national, européen (voir Bulletin de l'IEB) et international, en raison de l'hérédité de ces modifications génétiques et des dérives eugénistes que la technique peut entraîner.

Sources : Gènéthique, Journal du Médecin


Articles similaires

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

- Génétique

Ce mercredi 13 mars, dans la revue « Nature », un groupe composé de 18 scientifiques et éthiciens de renom réclamait un moratoire international sur l'édition de l'ADN héréditaire de l'homme (gamètes, embryons)  afin d'éviter « de créer des bébés génétiquement modifiés. »

Cette demande fait suite au scandale qui a eu lieu en Chine après la naissance de petites jumelles dont l'ADN a été modifié pour les prémunir contre le SIDA (Voir Bulletin IEB).

Ce moratoire ne s'appliquerait pas dans le cad...

Lire la suite

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

Alerte : le PS dépose une proposition de loi pour faire de l’avortement un « acte médical » comme les autres

- Avortement

Une nouvelle proposition de loi pour « assouplir » les conditions d'accès à l'avortement a été déposée à la veille du congé parlementaire, en juillet dernier, par le Parti socialiste. Le PS affiche décidément un programme chargé en bioéthique, avec ses deux autres propositions de loi touchant à la liberté de conscience et institutionnelle en matière d'euthanasie. (Voir Bulletin précédent)

Non contents de la sortie de l'avortement du Code pénal en octobre 2018, les députés socialistes estiment...

Lire la suite

Chine : marché noir  et trafic d’ovules

Chine : marché noir et trafic d’ovules

- Don de gamètes

Entre 10%  et 15% des couples chinois sont confrontés à l'infertilité et font appel aux techniques de procréation médicalement assistée. Mais alors que le commerce d'ovules est interdit sur le territoire continental de Chine, plusieurs cliniques contournent la loi en proposant une « rétribution - dédommagement » (jusqu'à 5000 dollars) à des lycéennes chinoises qui acceptent qu'on leur prélève des ovules.
Les risques inhérents à la stimulation hormonale ne sont, en général, pas mentionnés. Les ...

Lire la suite