Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 19/03/2019

Ce mercredi 13 mars, dans la revue « Nature », un groupe composé de 18 scientifiques et éthiciens de renom réclamait un moratoire international sur l'édition de l'ADN héréditaire de l'homme (gamètes, embryons)  afin d'éviter « de créer des bébés génétiquement modifiés. »

Cette demande fait suite au scandale qui a eu lieu en Chine après la naissance de petites jumelles dont l'ADN a été modifié pour les prémunir contre le SIDA (Voir Bulletin IEB).

Ce moratoire ne s'appliquerait pas dans le cadre de thérapie où la modification de l'ADN concerne les cellules somatiques (non-héréditaires). Les spécialistes ne souhaitent pas non plus « faire obstacle » à la recherche. Ainsi, les scientifiques pourraient continuer leurs expérimentations sur les gamètes et les embryons tant que cela ne débouche pas sur une naissance.

Le moratoire durerait cinq ans.  Une durée qui devrait donner à la technique le temps de se développer et d'atteindre un niveau de « sécurité et d'efficacité » suffisant. Ce répit devrait aussi permettre de mener les débats scientifiques et éthiques essentiels et de pouvoir mettre en place un « cadre international ». Un cadre qui servirait surtout à surveiller la pertinence des décisions prises par les pays sur le sujet. En effet, le groupe désire que « les nations, tout en conservant le droit de prendre leurs propres décisions, s'engagent volontairement à ne pas approuver l'utilisation de l'édition clinique du génome à moins que certaines conditions ne soient remplies. »

Certaines personnalités du monde scientifique s'interrogent sur l'efficacité d'un tel moratoire et doutent qu'il soit respecté. La Chine n'avait-elle pas des lois sensées empêcher les dérives ?

De son côté, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a mis en place un comité d'éthique qui s'est réuni pour la première fois ces 18 et 19 mars à Genève. Elle devrait bientôt publier ses recommandations sur le sujet.

Source: letemps.ch, genethique.org, rtbf.be


Articles similaires

Bébés-OGM en Chine : expérimentation confirmée et autres victimes

Bébés-OGM en Chine : expérimentation confirmée et autres victimes

- Génétique

Un rapport d'enquête gouvernementale en Chine a confirmé que les deux jumelles nées en novembre dernier avaient bien été modifiées génétiquement à l'aide de la technique CRISPR-Cas9, par le Dr He Jiankui.

« La sécurité et l'efficacité des technologies qu'il a utilisées ne sont pas fiables et la création de bébés génétiquement modifiés pour la reproduction est interdite par décret national », énonce le rapport. En effet, une loi chinoise de 2003 interdit l'implantation d'embryons modifiés gén...

Lire la suite

Union Européenne : appel à un moratoire sur la modification du génome humain

Union Européenne : appel à un moratoire sur la modification du génome humain

- Génétique

Le Groupe Européen d'Ethique des Sciences et des Nouvelles Technologies (GEE), organe consultatif indépendant attaché au Président de la Commission européenne, vient d'émettre une déclaration sur l'édition du génome humain et appelle à une réflexion approfondie et à un moratoire encadrant la recherche en la matière.

Le GEE fait le constat de l'avancée prodigieuse des recherches depuis la dernière conférence internationale sur la modification du génome en 1975 à Asilomar (Californie). Ces cinq...

Lire la suite

Projet de loi : reconnaître officiellement les bébés nés sans vie

Projet de loi : reconnaître officiellement les bébés nés sans vie

- Grossesse

Le dernier conseil des ministres du 19 juillet dernier a approuvé un avant projet de loi qui permettrait aux parents de déclarer leur enfant né sans vie avant 6 mois de grossesse. Porté par la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD), et cosigné par la ministre de la Santé publique, Laurette Onkelinx (PS), ce texte "a un seul objectif" : faciliter le deuil des parents confrontés à une mort périnatale.
En effet, près d'un millier de mamans vivent chaque année le drame de perdre un ...

Lire la suite