Chercheurs irresponsables mais aucune interdiction

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Gamètes

Actualités

Publié le : 26/03/2019

Le comité consultatif « pour l'encadrement et la surveillance de la correction du génome humain »  de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s'est réuni pour la première fois à Genève ces 18 et 19 mars.

Pendant ces deux jours, les experts ont analysé la situation de la science et de la technologie aujourd'hui. Ils ont reconnu qu'il était « pour l'instant irresponsable de la part de quiconque de travailler à des applications cliniques de la correction du génome » sur des gamètes ou des embryons. Cependant, ils ne réclament aucune interdiction même temporaire de ces procédés rejetant ainsi le moratoire proposé cinq jours plus tôt par dix-huit éminents scientifiques et éthiciens (voir Bulletin IEB). 

Les membres du comité se sont surtout accordés sur l'importance d'avoir une « base de données ouverte et transparente sur les travaux en cours ». Ils ont donc demandé à l'OMS de créer rapidement un registre centralisant toutes les recherches. Le comité invite également « tous ceux qui travaillent sur cette technologie» à la discussion.

L'OMS espère qu'à l'avenir, elle saura fournir aux divers acteurs de l'édition du génome humain  les « outils essentiels » pour obtenir un « maximum de bénéfices » de cette technique avec le  «minimum de risques pour la santé humaine ».

Source : iatranshumanisme.com, who.int


Articles similaires

L’ONU cherche à rendre compatible la GPA avec l’interdiction de la vente d’enfants

L’ONU cherche à rendre compatible la GPA avec l’interdiction de la vente d’enfants

- Gestation pour autrui

Les 5 et 6 mars 2018, le Conseil des droits de l'homme* (de l'ONU) s'est réuni à Genève en vue de débats consacrés notamment aux droits des enfants face à certaines pratiques.

Grégor Puppinck, docteur en droit et Directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice (ECLJ), y est intervenu lors du dialogue interactif avec la Rapporteuse spéciale de l'ONU sur la vente d'enfants. Il souligne les violations croissantes des droits des enfants, dès avant leur naissance, dans le cadre de la gest...

Lire la suite

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

Euthanasie - La Russie envisage une interdiction de l'adoption d'enfants par des Belges

- Euthanasie et suicide assisté

Des membres de la Douma, le parlement russe, ont demandé au ministère des Affaires étrangères d'étudier la loi belge élargissant l'euthanasie aux mineurs, votée la semaine passée, en vue d'interdire l'adoption d'enfants russes par des Belges, écrit lundi Russia Today. L'initiative émane du député Roman Choedjakov, membre du parti nationaliste de droite LDPR (Parti libéral-démocrate de Russie). Selon le député, la majorité des groupes défendant les droits des enfants  soutiennent une telle inte...

Lire la suite

Belgique : pour une interdiction totale de la GPA

Belgique : pour une interdiction totale de la GPA

- Gestation pour autrui

Le 13 octobre 2015, Catherine Fonck, présidente du cdH à la Chambre et Dorothée Klein, présidente des Femmes cdH ont publié une tribune dans le journal La Libre Belgique afin de dénoncer l'extension de la pratique des mères porteuses en Belgique et dans le monde, au détriment de la protection des femmes, spécialement les plus démunies.
Si la France a clairement interdit la GPA dans sa législation, la Belgique entretient un flou juridique, qui permet dans la pratique à trois grands hôpitaux bel...

Lire la suite