Alcool et conception : éviter de martyriser l'enfant... si on a pu enfanter !

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Gamètes

Actualités

Publié le : 02/05/2013

Dr Dominique-Jean Bouilliez, d'après les communications du Pr Petra De Sutter (UZ Gent) et du Pr Pierre Bernard (UCL), se sont exprimés lors du 16e symposium organise par le CPSM (Centre de Pathologie Sexuelle Masculine).
S'il existe beaucoup d'études mais peu de preuves cliniques chez l'homme des effets de l'alcool sur la reproduction, cela n'empêche celles qui ont été effectuées sur modèle animal d'être convaincantes. La Pr Petra De Sutter s'est attachée à expliquer les perturbations endocriniennes liées à l'alcoolisme chronique dans les deux sexes. On peut retenir ces grands titres : l'alcoolisme met la reproduction masculine en péril et conduit chez l'homme à une féminisation. L'alcoolisme chronique exerce également un effet direct sur la spermatogenèse qui conduit à l'infertilité. De plus, on sait que le taux d'estrogène est abaissé chez les filles de 12 à 18 ans lorsqu'elles ont consommé de l'alcool, même en petites quantités.
Le Pr Pierre Bernard a aussi souligné le fait qu'en cas de grossesse, l'alcoolisme provoque des dommages foetaux au-delà d'un certain seuil de consommation difficile à déterminer avec le risque majeur de syndrome d'alcoolisme foetal. Il y a des effets délétères sur le nouveau-né. Le premier effet de l'alcool sur le foetus et le nouveau-né est la réduction du poids.

Medi-Sphère n° 408 - février 2013 - p. 8 à 10


Articles similaires

Recourir au DPI pour éviter de transmettre une maladie héréditaire à ses petits-enfants?

Recourir au DPI pour éviter de transmettre une maladie héréditaire à ses petits-enfants?

- Diagnostics prénataux

 Le 21 juin 2011, Christine Defraigne et Jacques Brotchi (MR) ont déposé devant le Sénat  une proposition de loi (5-1103/1)  visant à étendre le champ d'application du diagnostic préimplantatoire (DPI). Pour rappel, le DPI est une technique utilisée dans le cadre d'une fécondation in vitro, qui consiste à analyser les caractéristiques génétiques des embryons afin de choisir ceux qui seront réimplantés. Par cette proposition, les auteurs souhaitent étendre cette possibilité aux parents qui souh...

Lire la suite

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

- Diagnostics prénataux

En écho à l'affaire Perruche en France, qui s'était soldée d'une intervention du législateur estimant que « nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance », la Cour de cassation belge vient de publier sa décision d'octobre dernier et a confirmé sa jurisprudence sur la question délicate de la vie préjudiciable. Le préjudice de l'enfant né avec un handicap n'est donc pas réparable.

A l'origine du débat se trouve un couple dont l'enfant naquit avec la maladie de Sanfilippo...

Lire la suite

Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) est réglementée depuis maintenant plus de 30 ans au Royaume-Uni. Il est notamment prévu que toute forme de GPA commerciale est interdite, mais que des dédommagements, jusqu'à hauteur de 20.000 euros, peuvent être payés par le couple commanditaire pour couvrir les frais de la grossesse. Alors que le législateur voulait par ce cadre légal éviter toute dérive, la réalité montre que la pratique n'est pas sans poser de problèmes.
Ainsi, récemment, une mère porteuse se...

Lire la suite