Belgique : manquements à l’égard des personnes handicapées

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Trisomie 21

Actualités

Publié le : 02/02/2016

Suite à sa visite en Belgique du 14 au 18 septembre 2015, Niels Muiznieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a interpellé la Belgique pour ses manquements au respect du droit des personnes en situation de handicap.
Ce sont particulièrement les droits à l'autonomie et à l'inclusion dans la société qui semblent être négligés par l'Etat belge. Trop de personnes handicapées se retrouvent cloisonnées dans des établissements spécifiques, quand il suffirait d'un aménagement de nos structures publiques et privées (écoles, lieux de travail, domiciles…) pour permettre à ces personnes une vie véritablement intégrée au sein de notre société. Rappelons que l'autonomie, ainsi qu'une participation et une intégration pleines et effectives à la société sont des droits fondamentaux garantis à l'article 3 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l'ONU.

Trois situations sont particulièrement pointées du doigt dans ce rapport de visite.
Tout d'abord, il déplore que « les solutions autres que le placement en institution sont insuffisantes et l'offre de services de proximité pour les personnes handicapées n'est pas assez développée », ce qui nuit à leur insertion dans la société.
C
'est ensuite la scolarisation des enfants qui est soumise à vigilance. Un trop grand nombre d'enfants handicapés sont éduqués séparément des autres enfants. « Le Commissaire estime que, lorsque les enfants handicapés sont éduqués séparément, cela a des effets néfastes durables sur leurs possibilités d'intégration sociale. » Si des efforts ont déjà été entrepris en ce sens en Flandre, ce n'est toutefois pas encore suffisant.
Dernière situation décriée par le Commissaire aux droits de l'homme, l'incarcération de personnes ayant des déficiences psychosociales ou intellectuelles soumises à une obligation de traitement, se produit « dans des conditions tout à fait inadéquates ».
Les autorités belges fédérales et fédérées ont pris connaissance de ce rapport et ont émis une réponse dans laquelle elles s'engagent à améliorer ces différents points soulevés « de manière constructive » par la CEDH.

Sources : Site du Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe


Articles similaires

Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

- Don d'organes, de tissus et de sang

Selon les derniers chiffres communiqués, 204.324 déclarations de consentement au don d'organes ont été enregistrées en date du 18 novembre 2014 en Belgique.  Sur les dix dernières années, le nombre d'accords au prélèvement a ainsi plus que quintuplé. Les avis de refus de prélèvement ont quant à eux diminué, s'élevant à 186.612. C'est ce qu'il ressort des données du Registre national communiquées par écrit à la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld) par la ministre de la Santé publique.
Pour ...

Lire la suite

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

- Avortement

Comme chaque année, l'anniversaire de la loi Lallemand Michielsen, dépénalisant partiellement l'avortement en Belgique est l'occasion pour ses promoteurs de relancer le débat. Ils le font cette année en fustigeant les propositions de lois relatives à la reconnaissance des enfants nés sans vie déposées à la Chambre, et qui, très humainement, visent à prendre en compte la souffrance des parents ainsi endeuillés par la perte d'un enfant.
Le régime juridique actuel distingue plusieurs situations. ...

Lire la suite

Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

- Euthanasie et suicide assisté

Pour pratiquer une euthanasie au domicile du patient, le médecin qui provoquera sa mort doit normalement se rendre en personne en officine pour se procurer les substances létales.
Posant la question du contrôle des produits en question et de la responsabilité du gouvernement à ce sujet, la députée Catherine Fonck a interpellé la ministre des Affaires sociales et de la Santé à ce sujet. Maggie De Block en sa réponse du 22 juin 2015, a rappelé « qu'aucun arrêté royal n'avait encore été pris (NDL...

Lire la suite