Belgique : manquements à l’égard des personnes handicapées

Publié le : Thématique : Maladies et handicaps / Trisomie 21 Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Suite à sa visite en Belgique du 14 au 18 septembre 2015, Niels Muiznieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a interpellé la Belgique pour ses manquements au respect du droit des personnes en situation de handicap.
Ce sont particulièrement les droits à l'autonomie et à l'inclusion dans la société qui semblent être négligés par l'Etat belge. Trop de personnes handicapées se retrouvent cloisonnées dans des établissements spécifiques, quand il suffirait d'un aménagement de nos structures publiques et privées (écoles, lieux de travail, domiciles…) pour permettre à ces personnes une vie véritablement intégrée au sein de notre société. Rappelons que l'autonomie, ainsi qu'une participation et une intégration pleines et effectives à la société sont des droits fondamentaux garantis à l'article 3 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l'ONU.

Trois situations sont particulièrement pointées du doigt dans ce rapport de visite.
Tout d'abord, il déplore que « les solutions autres que le placement en institution sont insuffisantes et l'offre de services de proximité pour les personnes handicapées n'est pas assez développée », ce qui nuit à leur insertion dans la société.
C
'est ensuite la scolarisation des enfants qui est soumise à vigilance. Un trop grand nombre d'enfants handicapés sont éduqués séparément des autres enfants. « Le Commissaire estime que, lorsque les enfants handicapés sont éduqués séparément, cela a des effets néfastes durables sur leurs possibilités d'intégration sociale. » Si des efforts ont déjà été entrepris en ce sens en Flandre, ce n'est toutefois pas encore suffisant.
Dernière situation décriée par le Commissaire aux droits de l'homme, l'incarcération de personnes ayant des déficiences psychosociales ou intellectuelles soumises à une obligation de traitement, se produit « dans des conditions tout à fait inadéquates ».
Les autorités belges fédérales et fédérées ont pris connaissance de ce rapport et ont émis une réponse dans laquelle elles s'engagent à améliorer ces différents points soulevés « de manière constructive » par la CEDH.

Sources : Site du Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe


Articles similaires

« Laissez-nous entrer dans l’histoire » : une campagne grand format pour l'accueil des personnes trisomiques

« Laissez-nous entrer dans l’histoire » : une campagne grand format pour l'accueil des personnes trisomiques

- Trisomie 21

Du 18 au 24 mars dernier, les métros parisiens ont déroulé le tapis rouge en l'honneur des personnes porteuses de trisomie 21, fêtées annuellement le 21 mars. Dans plus de 130 stations, d'imposantes affiches laissaient voir les visages souriants d'enfants porteurs de trisomie dans les tenues de Charlie Chaplin, du Général De Gaulle, d'Edith Piaf, de Napoléon ou encore d'une joueuse de l'équipe de France de football. Ces petits héros lançaient un appel aux voyageurs : "Laissez-nous entrer...

Lire la suite

Belgique : sondage défavorable à la Gestation pour Autrui (GPA)

Belgique : sondage défavorable à la Gestation pour Autrui (GPA)

- Gestation pour autrui

Le Sénat belge est en train de clôturer un rapport d'information sur la Gestation Pour Autrui. Réalisé à sa propre initiative, ce rapport devrait être clôturé en séance plénière le 11 décembre prochain. Mais depuis une récente réforme constitutionnelle découlant de la dernière réforme de l'Etat, le Sénat n'a plus part au processus législatif.
Alors que l'Institut Dedicated Research vient de publier un sondage révélant que 73% des Belges interviewés considèrent que cette problématique n'est pas...

Lire la suite

Nouvelle brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique"

Nouvelle brochure : "La clause de conscience au profit des professionnels de la santé en Belgique"

- Clauses de conscience

Un médecin peut-il refuser de pratiquer une euthanasie ? Une infirmière peut-elle refuser de participer à un avortement ? Un pharmacien peut-il refuser de délivrer certains produits ? La légitimité de ces attitudes est-elle consacrée en droit voire reconnue par la loi belge ?

De façon synthétique, sous la forme de questions-réponses, cette brochure de l'Institut Européen de Bioéthique tente de faire le point sur ces questions.

Si vous souhaitez recevoir cette brochure par la poste, laissez-...

Lire la suite