Belgique : manquements à l’égard des personnes handicapées

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Trisomie 21

Actualités

Publié le : 02/02/2016

Suite à sa visite en Belgique du 14 au 18 septembre 2015, Niels Muiznieks, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a interpellé la Belgique pour ses manquements au respect du droit des personnes en situation de handicap.
Ce sont particulièrement les droits à l'autonomie et à l'inclusion dans la société qui semblent être négligés par l'Etat belge. Trop de personnes handicapées se retrouvent cloisonnées dans des établissements spécifiques, quand il suffirait d'un aménagement de nos structures publiques et privées (écoles, lieux de travail, domiciles…) pour permettre à ces personnes une vie véritablement intégrée au sein de notre société. Rappelons que l'autonomie, ainsi qu'une participation et une intégration pleines et effectives à la société sont des droits fondamentaux garantis à l'article 3 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l'ONU.

Trois situations sont particulièrement pointées du doigt dans ce rapport de visite.
Tout d'abord, il déplore que « les solutions autres que le placement en institution sont insuffisantes et l'offre de services de proximité pour les personnes handicapées n'est pas assez développée », ce qui nuit à leur insertion dans la société.
C
'est ensuite la scolarisation des enfants qui est soumise à vigilance. Un trop grand nombre d'enfants handicapés sont éduqués séparément des autres enfants. « Le Commissaire estime que, lorsque les enfants handicapés sont éduqués séparément, cela a des effets néfastes durables sur leurs possibilités d'intégration sociale. » Si des efforts ont déjà été entrepris en ce sens en Flandre, ce n'est toutefois pas encore suffisant.
Dernière situation décriée par le Commissaire aux droits de l'homme, l'incarcération de personnes ayant des déficiences psychosociales ou intellectuelles soumises à une obligation de traitement, se produit « dans des conditions tout à fait inadéquates ».
Les autorités belges fédérales et fédérées ont pris connaissance de ce rapport et ont émis une réponse dans laquelle elles s'engagent à améliorer ces différents points soulevés « de manière constructive » par la CEDH.

Sources : Site du Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe


Articles similaires

Euthanasie pour troubles psychiatriques ou démence en Belgique : analyse des cas reportés

Euthanasie pour troubles psychiatriques ou démence en Belgique : analyse des cas reportés

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau Flash Expert !

Une étude, publiée dans le BMC Psychiatry a pour but d'observer l'évolution du nombre de cas d'euthanasie reportés concernant les patients atteints de maladies psychiatriques ou de démences entre 2002 et 2013. Quelles sont les caractéristiques démographiques et cliniques de ces patients ? Quelles ont été les caractéristiques du processus dans la prise de la décision d'euthanasie chez ces patients ?
L'Etude en question se base pour son analyse sur les rapports de la Comm...

Lire la suite

Belgique : étude sur la pratique de l’euthanasie en Flandre

Belgique : étude sur la pratique de l’euthanasie en Flandre

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 15 mars, le New England Journal of Medicine a rendu publics les résultats d'une étude menée par deux universités belges sur les pratiques médicales en fin de vie, basée sur un questionnaire transmis à quelques 6188 médecins exerçant dans la partie néerlandophone de la Belgique et auquel plus de 3700 ont répondu.
Il en ressort une très nette augmentation des euthanasies pratiquées en Flandre entre 2007 et 2013, puisque le pourcentage des morts par euthanasie sur le total des décès en Flandre...

Lire la suite

Euthanasie et don d’organes en Belgique

Euthanasie et don d’organes en Belgique

- Don d'organes et euthanasie

Tel était l'intitulé du Symposium organisé ce 28 septembre à Bruxelles par l'association « De Maakbare Mens ».

Depuis 2005, neuf patients ayant obtenu de se faire euthanasier ont fait don de leurs organes.
Parmi les 1.133 personnes ont opté pour l'euthanasie en 2011, seulement 10% d'entre elles auraient pu potentiellement faire don de leurs organes. "Il s'agit principalement de patients souffrant de problèmes neurologiques ou neuropsychiatriques", explique le Professeur Ysebaert de l'hôpital ...

Lire la suite