La stimulation électrique contre le coma

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Coma et état végétatif

Actualités

Publié le : 13/03/2014

Une technique de stimulation cérébrale, la stimulation transcrannienne à courant continu (tDCS - transcranial direct current stimulation), permettrait d'améliorer les réponses des patients en état de conscience minimale, que ces patients soient dans cet état depuis quelques semaines ou depuis des années, selon des recherches publiées ce 26 février 2014 dans l'édition en ligne de Neurology, la revue médicale de l'American Academy of Neurology. Ce dispositif très simple est décrit par des chercheurs belges du Coma Science Group de l'Université de Liège dirigé par Steven Laureys (Directeur de Recherches FNRS, Centre de recherches du Cyclotron et Service de Neurologie, CHU de Liège), dont la doctorante Aurore Thibaut, kinésithérapeute et premier auteur de cette étude.
L'intérêt de la tDCS avait déjà été rapporté lors d'études précédentes, comme améliorant les capacités d'attention, la mémoire de travail ou encore la fonction langagière. Les chercheurs ont dès lors voulu étudier les bénéfices de la tDCS chez des patients sévèrement cérébrolésés, en état de conscience altérée après un traumatisme crânien ou un arrêt cardiaque.
Pour le Pr Steven Laureys : "La facilité d'utilisation et le coût peu élevé de cette nouvelle technique en fait une bonne candidate pour la pratique clinique quotidienne en revalidation afin de stimuler la récupération des patients qui survivent à un coma. Mais également au stade chronique pour améliorer l'évolution des patients en état de conscience minimale."
 


Articles similaires

Cour Européenne des Droits de l’Homme – Arrêt du 18 février 2014 – A.L. contre Pologne

Cour Européenne des Droits de l’Homme – Arrêt du 18 février 2014 – A.L. contre Pologne

- Filiation

Madame R. donna naissance en 1995 à un enfant D. Monsieur A.L., ressortissant polonais, reconnut en être le père. Il se maria peu de temps après avec madame R. En 2000, Madame R. et monsieur A.L. divorcèrent. Un test ADN effectué en 2007 démontra que monsieur A.L. n'est pas le père biologique de l'enfant D.
Monsieur A.L. n'a cependant pas pu valablement contester sa propre reconnaissance de paternité, dès lors que le délai de 12 mois prévu par le droit polonais pour demander l'annulation de c...

Lire la suite

Vaccins contre le Coronavirus et utilisation de cellules de fœtus avortés : état des lieux

Vaccins contre le Coronavirus et utilisation de cellules de fœtus avortés : état des lieux

- Recherche médicale

A l'heure du développement accéléré de vaccins contre la Covid-19, il est important d'être bien informé sur la façon dont ces vaccins sont conçus puis produits et testés. Le discernement éthique s'impose en particulier quant à l'utilisation potentielle, à l'une ou l'autre étape du processus, de lignées cellulaires issues de foetus avortés. L'Institut Charlotte Lozier aux Etats-Unis propose, sur base d'une analyse rigoureuse de la littérature scientifique et de résultats d'essais cliniques, un ...

Lire la suite

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

- Procréation médicalement assistée

D'après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.

En effet, les scientifiques du Centre de recherche de l'Inserm en épidémiologie et santé des populations, basé à Villejuif, ont étudié près de 2 500 enfants, dont 764 souffraient de leucémie aiguë, et se sont penchés sur les antécédents obstétricaux des mères. Ils ont déco...

Lire la suite