La stimulation électrique contre le coma

Publié le : Thématique : Maladies et handicaps / Coma et état végétatif Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Une technique de stimulation cérébrale, la stimulation transcrannienne à courant continu (tDCS - transcranial direct current stimulation), permettrait d'améliorer les réponses des patients en état de conscience minimale, que ces patients soient dans cet état depuis quelques semaines ou depuis des années, selon des recherches publiées ce 26 février 2014 dans l'édition en ligne de Neurology, la revue médicale de l'American Academy of Neurology. Ce dispositif très simple est décrit par des chercheurs belges du Coma Science Group de l'Université de Liège dirigé par Steven Laureys (Directeur de Recherches FNRS, Centre de recherches du Cyclotron et Service de Neurologie, CHU de Liège), dont la doctorante Aurore Thibaut, kinésithérapeute et premier auteur de cette étude.
L'intérêt de la tDCS avait déjà été rapporté lors d'études précédentes, comme améliorant les capacités d'attention, la mémoire de travail ou encore la fonction langagière. Les chercheurs ont dès lors voulu étudier les bénéfices de la tDCS chez des patients sévèrement cérébrolésés, en état de conscience altérée après un traumatisme crânien ou un arrêt cardiaque.
Pour le Pr Steven Laureys : "La facilité d'utilisation et le coût peu élevé de cette nouvelle technique en fait une bonne candidate pour la pratique clinique quotidienne en revalidation afin de stimuler la récupération des patients qui survivent à un coma. Mais également au stade chronique pour améliorer l'évolution des patients en état de conscience minimale."
 


Articles similaires

Tom  Mortier porte  plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

Tom Mortier porte plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

- Euthanasie et suicide assisté

Le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique a porté plainte mardi au parquet de Bruxelles contre le praticien Wim Distelmans, qui a procédé à l'euthanasie de sa mère. Tom Mortier avait déjà amené l'affaire devant l'Ordre des Médecins en février dernier. "De sérieux indices prouvent que la loi n'a pas été correctement appliquée dans le traitement de la demande d'euthanasie de la patiente", déclare mercredi l'avocat du plaignant. Une démarche qui permettra de lever le doute qui plan...

Lire la suite

Cour Européenne des Droits de l’Homme – Arrêt du 18 février 2014 – A.L. contre Pologne

Cour Européenne des Droits de l’Homme – Arrêt du 18 février 2014 – A.L. contre Pologne

- Filiation

Madame R. donna naissance en 1995 à un enfant D. Monsieur A.L., ressortissant polonais, reconnut en être le père. Il se maria peu de temps après avec madame R. En 2000, Madame R. et monsieur A.L. divorcèrent. Un test ADN effectué en 2007 démontra que monsieur A.L. n'est pas le père biologique de l'enfant D.
Monsieur A.L. n'a cependant pas pu valablement contester sa propre reconnaissance de paternité, dès lors que le délai de 12 mois prévu par le droit polonais pour demander l'annulation de c...

Lire la suite

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'Homme à fait droit à la demande des parents du petit Charlie Gard, âgé de 10 mois et sévèrement atteint d'une affection mitochondriale, d'adopter des mesures provisoires pour préserver la vie de leur enfant et a enjoint à l'hôpital de fournir à Charlie « le traitement et les soins infirmiers indiqués afin de veiller à ce qu'il souffre le moins possible et à ce qu'il conserve toute sa dignité dans la logique, dans la mesure du possible, de son maintien en vie,...

Lire la suite