Coma: des chercheurs de l’ULg détectent des signes sans réponse musculaire.

 Imprimer

Thématique : Maladies et handicaps / Coma et état végétatif

Actualités

Publié le : 15/03/2012

En collaboration avec des chercheurs canadiens de la University of Western Ontario, l'équipe de recherche clinique du "Coma Science Group" de l'Université et CHU de Liège a levé un nouveau coin du voile qui plane sur le patient en état post-coma.
Grâce à une technologie "interface cerveau-ordinateur –  développée précédemment pour une utilisation chez des patients non répondants dits en "état végétatif"  –  les chercheurs ont pu montrer la présence d'une certaine forme de conscience, chez des patients ayant survécu à leur coma après un arrêt cardiaque ou un traumatisme crânien. Et cela, sans dépendre de la réponse motrice du patient, cette capacité s'avérant en effet totalement indécelable par l'examen clinique de leur comportement externe.
Ainsi les chercheurs liégeois et canadiens offrent-ils à présent, grâce à l'électroencéphalographie, une nouvelle manière d'examiner la conscience après un coma sans pour autant dépendre de la réponse motrice du patient.
"Avec notre équipe, nous essayons de développer toutes les techniques possibles et imaginables pour déceler, dans cette problématique très complexe de la conscience humaine, le moindre signe, nous confie encore le clinicien-chercheur. Nous voulons pouvoir répondre aux questions : est-ce que le patient est conscient ? Si non : est-ce qu'il va récupérer un jour cette conscience ? Si oui : de quoi est-il conscient au juste ? Et cela nécessite une communication. Nous allons essayer de mieux documenter le diagnostic et le pronostic chez ces patients, car il est clair que l'on ne peut prendre une décision juste si le diagnostic ou l'estimation des chances de récupération est, au départ, erroné."

Source: La Libre 04/03/2012


Articles similaires

Chercheurs irresponsables mais aucune interdiction

Chercheurs irresponsables mais aucune interdiction

- Gamètes

Le comité consultatif « pour l'encadrement et la surveillance de la correction du génome humain »  de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s'est réuni pour la première fois à Genève ces 18 et 19 mars.

Pendant ces deux jours, les experts ont analysé la situation de la science et de la technologie aujourd'hui. Ils ont reconnu qu'il était « pour l'instant irresponsable de la part de quiconque de travailler à des applications cliniques de la correction du génome » sur des gamètes ou des embr...

Lire la suite

Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

- Recherche sur les embryons

Les chercheurs ont utilisé au départ des cellules souches pluripotentes humaines, soit issues d'embryons précoces, soit issues de reprogrammation à partir de cellules de peau de donneurs sains. Ils ont ensuite développé un système de culture de ces cellules, pour les transformer efficacement en l'ensemble des cellules nerveuses (neurones) qui composent normalement le cortex cérébral. Le système récapitule ainsi les grandes étapes du développement cérébral humain, permettant la production de ce...

Lire la suite

Autisme et génétique : découvertes de chercheurs anversois

Autisme et génétique : découvertes de chercheurs anversois

- Diagnostics prénataux

Grâce à la « NextGenerationSequencing », une nouvelle technologie de séquençage à haut débit qui permet de décrypter le génome humain en entier, et à une collaboration internationale, des scientifiques anversois ont réussi à identifier un nouveau gène dont les mutations peuvent causer l'autisme ou une limitation des capacités mentales.
Les chercheurs du Centrum MedischeGenetica, au sein duquel collaborent l'Université et l'hôpital universitaire d'Anvers, ont analysé les gènes d'un petit nombre...

Lire la suite