Une mort paisible et très souvent sans douleur pour les patients en soins palliatifs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 28/12/2017

Une étude de l'Université de Wolongong, en Australie, démontre que 85% des patients qui ont reçus des soins palliatifs sont délivrés de toute douleur et symptôme graves au moment de leur mort. Les chercheurs australiens ont étudié l'évolution de la prise en charge de la douleur en soins palliatifs sur ces dix dernières années, sur plus de 250 000 patients.

Au sein de ce vaste échantillon, les principaux symptômes provoquant le malaise d'un patient en début de soins palliatifs étaient pour 13,3% d'entre eux une intense fatigue, pour 7,4% une forte douleur, et pour 7,1 % une perte d'appétit.

Si la fatigue persistait pour 8 % des patients jusqu'au derniers jours, seuls 2,5 % éprouvaient encore de fortes douleurs juste avant leur décès, et moins de 3 % une perte d'appétit. D'autres symptômes, rencontrés en moindre mesure, ( tels que l'insomnie, troubles respiratoires ou de transit, nausées) sont facilement mis sous contrôle, seuls les troubles respiratoires persistant plus fréquemment jusqu'à la toute fin (ces pourcentages comprennent les patients qui demandaient à ne pas être soulagés de leurs maux).

Les chercheurs concluent qu'une prise en charge palliative correcte en fin de vie permet réellement d'alléger toutes les douleurs provoquées par l'imminence de la mort.

Ils regrettent et dénoncent le manque persistant d'accessibilité aux soins palliatifs, dans leur pays et ailleurs, malgré les démonstrations scientifiques de leur efficacité. Les soins palliatifs sont encore souvent perçus comme inefficaces face aux douleurs et symptômes spécifiquement liés à l'imminence de la mort. Ces soins sont pourtant explicitement reconnus par l'OMS au titre de droit de l'homme à la santé.

Selon l'OMS, 40 millions de personnes ont besoin de soins palliatifs chaque année, et 78% d'entre elles vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. À l'échelle mondiale, environ 14% seulement des personnes ayant besoin de soins palliatifs en bénéficient actuellement. En Australie, sur 100 000 décès médicalement prévisibles, moins d'un patient sur deux bénéficie préalablement de soins palliatifs spécialisés…

Sources : Genethique.org, Medisite, OMS


Articles similaires

Elargir l’accès aux soins palliatifs selon le Conseil de l'Europe

Elargir l’accès aux soins palliatifs selon le Conseil de l'Europe

- Soins palliatifs

La Commission des questions sociales, de la santé et de développement durable du Conseil de l'Europe a adopté le 18 septembre une résolution sur l'offre des soins palliatifs en Europe. Le texte réitère une demande faite en 2009 aux Etats membres d'élargir l'accès aux soins palliatifs.

La Commission reconnaît que les soins palliatifs sont fondamentaux pour la dignité humaine et constituent une composante du droit humain à la santé. Elle appelle par conséquent les Etats membres à reconnaître le...

Lire la suite

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

Les médecins généralistes peu formés en Soins Palliatifs

- Soins palliatifs

La formation de base des généralistes et les recyclages qu'ils suivent durant leur carrière ne sont pas suffisants pour les familiariser avec les soins palliatifs dans tous leurs aspects, conclut Peter Pype (Ugent/UAntwerpen) dans sa thèse de doctorat déposée cette semaine.
C'est surtout en travaillant avec des infirmiers membres d'équipes chargées de fournir des soins palliatifs à domicile que ces médecins développent leurs connaissances. On estime qu'environ 15.000 personnes ont besoin de so...

Lire la suite

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

Les soins palliatifs manquent de bénévoles

- Soins palliatifs

Une étude publiée par le groupe de recherche interuniversitaire sur la fin de vie (VUB et UGent) affirme qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des bénévoles pour les services de soins palliatifs en Belgique.

Ceux qui s'engagent se voient accorder le plus souvent un rôle psychosocial et existentiel. Ils sont en effet souvent sollicités pour écouter, bavarder, tisser du lien avec le patient et sa famille, assurer une présence et un relais entre les patients et les soignants qui n'...

Lire la suite