Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 06/07/2017

D'après un rapport réalisé par la BMC Medicine, environ 75% des personnes en fin de vie devraient bénéficier de soins palliatifs. D'ici 2040, les services de santé britanniques devront faire face à une augmentation de 42% des demandes en soins palliatifs, soit 160.000 patients par an, atteints notamment de démence ou d'un cancer. Cette situation se retrouvera dans beaucoup d'autres pays développés. Mais, ceux-ci ne sont pas préparés à cette « vague grise ».

C'est pourquoi, les services de santé doivent dès maintenant commencer à s'adapter à l'augmentation du nombre de décès à cause de maladies chroniques liées à l'âge, en se focalisant sur l'intégration et le renforcement des soins palliatifs à travers des services d'aides sociales et de santé. Car même dans certains pays développés, l'accès aux soins palliatifs est limité, puisque seulement 14% des demandes de soins sont assurées. Ainsi, les chercheurs préconisent de déployer une meilleure formation des infirmiers et des médecins spécialisés, de développer la formation en gériatrie des services de santé, et ce, dès maintenant, puique la formation prend au moins neuf ans. Il est urgent de mener une réflexion sérieuse sur les soins procurés aux personnes atteintes de démence.

Selon le Pr. Irene Higginson; Directrice à la Cicely Saunders Institute, « Il est urgent d'agir maintenant pour transformer les services de santé sociaux et de soins palliatifs afin de faire face à l'augmentation des demandes. Plus d'attention doit être donnée aux besoins des personnes et à leurs proches lorsqu'elles sont atteintes d'une maladie dégénérative, particulièrement celles qui souffrent d'une maladie chronique et complexe et de syndromes liés à l'âge tels que la faiblesse ou la démence. Il est également important de soutenir leurs familles qui leur procurent tant de soins. La manière dont nous fournissons les soins de santé et les soins palliatifs devra changer ».

Source: Rapport BMC Medicine


Articles similaires

Le modèle belge des "soins palliatifs intégraux" dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ?

Le modèle belge des "soins palliatifs intégraux" dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ?

- Soins palliatifs

Ce nouveau dossier de l'IEB  décrit le « modèle belge » des soins de fin de vie qui, depuis 2002, entend développer « les soins palliatifs pour tous », tout en autorisant la pratique de l'euthanasie sous certaines conditions.
Treize ans après l'introduction de ce dispositif légal, deux opinions s'affrontent : l'une consiste à affirmer que la dépénalisation de l'euthanasie a véritablement permis le développement des « soins palliatifs et continus », l'autre, à l'inverse, souligne que la banalis...

Lire la suite

Belgique : les enfants en soins palliatifs sont-ils bien pris en charge ?

Belgique : les enfants en soins palliatifs sont-ils bien pris en charge ?

- Soins palliatifs

A l'occasion de la Journée Internationale des Droits de l'Enfant, la Fédération Bruxelloise Pluraliste de Soins Palliatifs et Continus (FBSP) annonce l'ouverture d'une étude avec pour objectif d'estimer le nombre d'enfants en région bruxelloise vivant avec une maladie limitant et/ou menaçant leur vie.

Les résultats préliminaires de cette étude montrent que durant la période 2010-2014, en Région Bruxelloise, seuls 572 enfants, soit 5% de l'ensemble des enfants hospitalisés pour une maladie lim...

Lire la suite

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

- Soins palliatifs

10% des médecins belges interrogés lors d'une étude récente le pensent.  De même, plus de la moitié des médecins interrogés estiment que le médecin doit pouvoir décider, en concertation avec l'équipe en charge des soins, d'administrer des substances létales à un patient atteint d'une maladie incurable en proie à des souffrances insupportables et qui n'est pas en mesure de prendre lui-même des décisions. Trois quart des médecins sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'euthanasie à la ...

Lire la suite