Pays-Bas : la banalisation de l’euthanasie empêche l’accompagnement global du patient

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 05/12/2019

Focaliser de façon excessive l'attention du public sur l'euthanasie empêche de promouvoir les autres façons d'accompagner les personnes en fin de vie. C'est ce qu'affirme l'Association royale néerlandaise pour la promotion de la médecine (KMNG)Dans un communiqué publié le 25 novembre dernier, les médecins néerlandais insistent sur la nécessité d'accorder aux soignants la possibilité d'accompagner au mieux les patients qui se posent des questions sur la fin de vie, sans se concentrer uniquement sur l'euthanasie.

 

Cette prise de position intervient au moment où, de l'autre côté de l'Atlantique, deux associations canadiennes de soins palliatifs pointent la « confusion actuelle », au sein des médias, entre les soins palliatifs et l'euthanasie, alors que ces pratiques sont « fondamentalement différentes » et incompatibles entre elles. A leurs yeux, l'euthanasie ne peut être vue comme un « outil dans l'offre des soins palliatifs », ni même comme une « extension » des soins palliatifs : ces derniers, au contraire de l'euthanasie, ne cherchent jamais à hâter la mort ni à mettre volontairement fin à la vie.

 

En Belgique, certains défenseurs d'un modèle de soins palliatifs dits « intégraux » (incluant l'euthanasie) présentaient la légalisation de l'euthanasie en 2002 comme compatible, sinon favorable au modèle des soins palliatifs. 17 ans plus tard, il est au contraire permis d'affirmer que le développement de l'euthanasie a progressivement dénaturé la culture palliative, axée en principe sur l'accompagnement à la mort sans jamais la provoquer.

 

Pour aller plus loin :

Dossier de l'IEB – « Le modèle belge des ‘soins palliatifs intégraux' dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ? »

Dossier de l'IEB – « Structure et évolution des soins palliatifs en Belgique »

Flash expert - Synthèse du 4ème Rapport de la cellule d'Evaluation des Soins Palliatifs en Belgique


Articles similaires

Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

- Soins palliatifs

Plusieurs propositions de loi visant à l'extension des soins palliatifs sont pendantes à la Chambre des représentants de Belgique. Présentées par les partis Ecolo-Groen, cdH et CD&V, elles répondent toutes positivement à la proposition émise par le Rapport  du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) "d'inclure d'autres populations (comme des patients atteints de démence ou de maladies chroniques) . Cela se situe dans la lignée de l'Atlas Mondial des Soins Palliatifs qui élargit la ...

Lire la suite

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

Belgique : à l’hôpital, un patient vulnérable sur cinq nécessiterait des soins palliatifs

- Soins palliatifs

A la demande du Service Public Fédéral Santé publique, le Dr Marianne Desmedt, professeur à l'Université Catholique de Louvain (UCL), a dirigé une étude menée par les cliniques universitaires Saint Luc à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). 

L'analyse a été effectuée sur l'état de santé de 123.682 Belges en situation de vulnérabilité sur le plan médical, suivis ...

Lire la suite

Un soignant manifestant de l'empathie atténue la douleur de ses patients

Un soignant manifestant de l'empathie atténue la douleur de ses patients

- Soins palliatifs

Une étude française de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a prouvé que les soignants qui prononcent des paroles empathiquesallègent la douleur de leurs patients.
Il ressort de l'étude que le personnel médical jour un rôle essentiel dans la perception de la douleur du patient. En effet, l'attitude ampathique du soignant peut diminuer de (jusqu'à) 12 % le ressenti de la douleur. Elle agit sur le cortex cingulaire postérieur et le précuneus. "Ces réseaux, qui son...

Lire la suite