Palliaguide.be : les recommandations francophones belges de soins palliatifs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 21/11/2017

Ce 16 novembre 2017, la Fédération Bruxelloise de Soins Palliatifs et Continus, en partenariat avec la Fédération Wallonne de Soins Palliatifs [FWSP] et la Société Scientifique de Médecine Générale [SSMG] a annoncé l'arrivée de Palliaguide.be, un site web regroupant les premières recommandations francophones belges en matière de contrôle de symptômes en soins palliatifs.

Aujourd'hui, les demandes et besoins de soins palliatifs sont en réelle augmentation, réquisitionnant de plus en plus de prestataires de soins. Pour répondre efficacement à ces situations, les prestataires ont donc besoin d'un support d'informations efficace et concret pour répondre à leurs questions de bonnes pratiques de terrain. Il existait déjà Pallialine.be, les guidelines flamandes, conceptualisées par la Federatie Palliatieve Zorg Vlaanderen [FPZV], mais jusqu'à présent, aucune des recommandations n'était écrite ni traduite en français.

Rédigées par trois médecins membres de la fédération bruxelloise ayant une expérience en soins palliatifs et revues par un comité de relecture composé des médecins responsables des soins palliatifs des trois universités francophones du pays et d'un médecin représentant la SSMG, ces recommandations médicales suivent les avancées scientifiques sur le sujet et forment une aide concrète et rapide pour tout professionnel de la santé confrontés à des situations palliatives, médecins comme infirmières.

Dans un pays comme la Belgique où l'euthanasie est dépénalisée, il est important de promouvoir également la pratique des soins palliatifs, afin qu'elle puisse devenir une solution concrète à l'accompagnement individualisé et humain auprès de chaque malade dont la douleur est efficacement soulagée. Ainsi, l'ouverture de ce site permettra non seulement d'ancrer la pratique des soins palliatifs parmi les professionnels de la santé, mais aussi de renforcer la formation des médecins et infirmières afin de fournir une meilleure qualité de prise en charge.

Sources : Palliaguide.be


Articles similaires

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

- Soins palliatifs

10% des médecins belges interrogés lors d'une étude récente le pensent.  De même, plus de la moitié des médecins interrogés estiment que le médecin doit pouvoir décider, en concertation avec l'équipe en charge des soins, d'administrer des substances létales à un patient atteint d'une maladie incurable en proie à des souffrances insupportables et qui n'est pas en mesure de prendre lui-même des décisions. Trois quart des médecins sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'euthanasie à la ...

Lire la suite

Belgique : une nouvelle campagne pour encourager les soins palliatifs

Belgique : une nouvelle campagne pour encourager les soins palliatifs

- Soins palliatifs

Les trois fédérations belges de soins palliatifs, en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre, ont lancé, ce mardi 3 mars, une campagne nationale pour diffuser une image plus positive des soins palliatifs. Intitulée « Bien plus que des soins », cette campagne veut montrer que les soins palliatifs ne sont pas synonymes de mort mais bien plus de qualité de vie. Ceux-ci ont pour vocation d'améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches en leur offrant un accompagnement pour un "bien-être...

Lire la suite

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

- Soins palliatifs

D'après un rapport réalisé par la BMC Medicine, environ 75% des personnes en fin de vie devraient bénéficier de soins palliatifs. D'ici 2040, les services de santé britanniques devront faire face à une augmentation de 42% des demandes en soins palliatifs, soit 160.000 patients par an, atteints notamment de démence ou d'un cancer. Cette situation se retrouvera dans beaucoup d'autres pays développés. Mais, ceux-ci ne sont pas préparés à cette « vague grise ».

C'est pourquoi, les services de san...

Lire la suite