Les soins palliatifs manquent de bénévoles

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 30/05/2018

Une étude publiée par le groupe de recherche interuniversitaire sur la fin de vie (VUB et UGent) affirme qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des bénévoles pour les services de soins palliatifs en Belgique.

Ceux qui s'engagent se voient accorder le plus souvent un rôle psychosocial et existentiel. Ils sont en effet souvent sollicités pour écouter, bavarder, tisser du lien avec le patient et sa famille, assurer une présence et un relais entre les patients et les soignants qui n'ont pas toujours le temps de repérer les besoins des personnes qui leurssont confiées.

Ce rôle d' « ange gardien » se voit parfois assorti de tâches pratiques diverses, telles que lever ou asseoir la personne, la préparation et gestion des repas, les passages aux toilettes, le transport, l'aide pour l'usage du téléphone ou les courses.

Les structures de soins palliatifs reconnaissent que leurs bénévoles apportent une réelle plus-value à la qualité de la prise en charge, notamment par leur rôle de communicateurs.

Pourtant, ces bénévoles ne semblent pas toujours recevoir ni le soutien ni la formation nécessaire. L'offre des formations varie fortement d'une structure de soins à l'autre. De plus, une équipe de bénévoles nécessite qu'il y ait une coordination solide, dont coût financier, ce que ne peuvent pas toujours se permettre les établissements de soins.

Il faut aussi comprendre que des jeunes engagés dans une activité de bénévolat, l'abandonnent lorsque leur vie professionnelle et famiilale le requièrent.

Pour remédier à ce manque, les chercheurs proposent le développement de postes bénévoles plus flexibles et clairement circonscrits. Des procédures de recrutement et de formations doivent également être organisées par d'autres acteurs que les services de soins qui n'en ont ni les moyens ni le temps.

C'est donc un véritable appel à développer en Belgique des réseaux locaux, qui pourraient s'occuper du recrutement, des formations de bénévoles, et ainsi s'associer avec des services de soins palliatifs en grande demande.

 


Articles similaires

Les soins palliatifs comme composante essentielle du" Vivre ensemble"

Les soins palliatifs comme composante essentielle du" Vivre ensemble"

- Soins palliatifs

Le modèle des soins palliatifs doit s'adapter. Encore fortement construits autour des institutions de soins, les soins palliatifs sont appelés à faire partie intégrante de la vie en société pour permettre aux patients ou personnes âgées d'être soignés le plus longtemps possible dans leur environnement propre.

C'est ce que soutient une récente étude menée par le groupe de recherche End of Life Care (UGent et VUB), « Tijd voor een echte vermaatschappelijking van palliatieve zorg? ». Les cherche...

Lire la suite

Belgique : kits d’urgence pour les infirmiers en soins palliatifs à domicile ?

Belgique : kits d’urgence pour les infirmiers en soins palliatifs à domicile ?

- Soins palliatifs

La députée fédérale Ine Somers (Open Vld) a déposé une proposition de résolution relative à la légalité du stockage et du transport des médicaments  à usage palliatif. Elle propose que les infirmiers d'une équipe mobile de soins palliatifs à domicile puissent disposer d'un « Kit d'urgence ». « Dans une situation exceptionnelle d'un patient palliatif à domicile, il peut être nécessaire que l'infirmier de l'équipe des soins palliatifs administre rapidement les médicaments prescrits par le médeci...

Lire la suite

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

Un hiver démographique s’installe, le monde aura besoin de largement plus de soins palliatifs.

- Soins palliatifs

D'après un rapport réalisé par la BMC Medicine, environ 75% des personnes en fin de vie devraient bénéficier de soins palliatifs. D'ici 2040, les services de santé britanniques devront faire face à une augmentation de 42% des demandes en soins palliatifs, soit 160.000 patients par an, atteints notamment de démence ou d'un cancer. Cette situation se retrouvera dans beaucoup d'autres pays développés. Mais, ceux-ci ne sont pas préparés à cette « vague grise ».

C'est pourquoi, les services de san...

Lire la suite