Les soins palliatifs manquent de bénévoles

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 30/05/2018

Une étude publiée par le groupe de recherche interuniversitaire sur la fin de vie (VUB et UGent) affirme qu'il devient de plus en plus difficile de trouver des bénévoles pour les services de soins palliatifs en Belgique.

Ceux qui s'engagent se voient accorder le plus souvent un rôle psychosocial et existentiel. Ils sont en effet souvent sollicités pour écouter, bavarder, tisser du lien avec le patient et sa famille, assurer une présence et un relais entre les patients et les soignants qui n'ont pas toujours le temps de repérer les besoins des personnes qui leurssont confiées.

Ce rôle d' « ange gardien » se voit parfois assorti de tâches pratiques diverses, telles que lever ou asseoir la personne, la préparation et gestion des repas, les passages aux toilettes, le transport, l'aide pour l'usage du téléphone ou les courses.

Les structures de soins palliatifs reconnaissent que leurs bénévoles apportent une réelle plus-value à la qualité de la prise en charge, notamment par leur rôle de communicateurs.

Pourtant, ces bénévoles ne semblent pas toujours recevoir ni le soutien ni la formation nécessaire. L'offre des formations varie fortement d'une structure de soins à l'autre. De plus, une équipe de bénévoles nécessite qu'il y ait une coordination solide, dont coût financier, ce que ne peuvent pas toujours se permettre les établissements de soins.

Il faut aussi comprendre que des jeunes engagés dans une activité de bénévolat, l'abandonnent lorsque leur vie professionnelle et famiilale le requièrent.

Pour remédier à ce manque, les chercheurs proposent le développement de postes bénévoles plus flexibles et clairement circonscrits. Des procédures de recrutement et de formations doivent également être organisées par d'autres acteurs que les services de soins qui n'en ont ni les moyens ni le temps.

C'est donc un véritable appel à développer en Belgique des réseaux locaux, qui pourraient s'occuper du recrutement, des formations de bénévoles, et ainsi s'associer avec des services de soins palliatifs en grande demande.

 


Articles similaires

Soins palliatifs en Brabant Wallon : quelques chiffres

Soins palliatifs en Brabant Wallon : quelques chiffres

- Soins palliatifs

Le 4e colloque wallon des soins palliatifs aura lieu, du 10 au 12 octobre, à Louvain-la-Neuve. Son thème ? La réflexion éthique dans la pratique des soins palliatifs. Et selon les organisateurs, « l'éthique est l'art de conduire sa vie en fonction de valeurs et de principes. Il s'agit d'adopter des pratiques respectueuses des personnes. »
A cette occasion quelques chiffres concernant le Brabant wallon ont été donnés : 534 personnes (âgées en moyenne de 65 à 70 ans) ont été suivies en soins pal...

Lire la suite

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

- Soins palliatifs

10% des médecins belges interrogés lors d'une étude récente le pensent.  De même, plus de la moitié des médecins interrogés estiment que le médecin doit pouvoir décider, en concertation avec l'équipe en charge des soins, d'administrer des substances létales à un patient atteint d'une maladie incurable en proie à des souffrances insupportables et qui n'est pas en mesure de prendre lui-même des décisions. Trois quart des médecins sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'euthanasie à la ...

Lire la suite

Canada : un appel à projets pour développer et innover en soins palliatifs

Canada : un appel à projets pour développer et innover en soins palliatifs

- Soins palliatifs

Près de 70 % des quelque 220.000 Canadiens qui décèdent chaque année n'ont pas accès à des soins palliatifs. De plus, pour bon nombre d'entre eux, la prestation de ces services ou l'aiguillage vers les soins palliatifs n'a lieu que dans les dernières semaines de vie. La culture palliative n'est donc pas encore diffusée auprès des citoyens canadiens alors que le gouvernement tend à promouvoir l'aide médicale à mourir (Suicide assisté et euthanasie).

C'est pourquoi, il est urgent d'améliorer l'...

Lire la suite