Les soins palliatifs arrivent au cœur du curriculum de médecine aux Pays-Bas

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 14/08/2019

Soigner les patients qui ne guériront plus fait aussi partie de la profession médicale. Les soins palliatifs frayent peu à peu leur chemin dans le curriculum de base des étudiants en médecine, et c'est heureux. Aux Pays-Bas, l'équipe interuniversitaire Pasemeco a mis en place une « boîte à outils » rassemblant quelques 170 éléments d'apprentissage (vidéos, programmes, sites, articles, …) pour faciliter l'intégration des soins palliatifs dans la formation de base des futurs médecins.

La boîte à outils se compose de six parties : communication, coopération, planification proactive des soins, contrôle des symptômes, phase terminale, prendre soin de soi. En grande partie gratuit, le matériel didactique est à la disposition de tous et surtout des enseignants qui pourront y puiser de quoi alimenter leurs cours. L'outil sera encore complété en 2019 et 2020, à l'aide de modules de cours entiers ou d'exercices simulant différents cas cliniques. Pasemeco invite les professionnels de la santé et les enseignants à lui partager leur avis sur le contenu du programme, afin de l'améliorer si besoin.

En guise d'exemple, parmi les outils d'apprentissage se trouvent un clip vidéo d'introduction aux soins palliatifs, la présentation d'un cas de sclérose latérale amyotrophique pour mieux en comprendre et contrôler les symptômes, ou encore un film qui explique le phénomène du délire en fin de vie et indique comment y répondre.

C'est le Ministère de la santé et ZonMW (organisme néerlandais de financement de la recherche médicale) qui ont commandité ce programme d'enseignement multidisciplinaire des soins palliatifs. Il est le fruit d'une collaboration entre les différents centres médicaux universitaires du pays.

Dans un contexte où les personnes vivent de plus en plus longtemps et où l'idée d'une fin de vie douloureuse pousse une partie non négligeable de la population à demander l'euthanasie, on ne peut que saluer une telle initiative qui vise à mettre les soins palliatifs au coeur de la médecine contemporaine.


Articles similaires

Luxembourg : priorité à la formation en soins palliatifs pour mieux accompagner la fin de vie

- Soins palliatifs

Au Grand-Duché de Luxembourg, depuis l'entrée en vigueur de la loi du 16 mars 2009 réglementant les soins palliatifs ainsi que l'euthanasie et l'assistance au suicide, toute personne en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable a le droit de pouvoir bénéficier de soins palliatifs. Cette généralisation des soins palliatifs de qualité compte parmi les priorités du gouvernement luxembourgeois. Il s'agit de permettre à la personne en fin de vie, mais aussi à sa famille et son e...

Lire la suite

Belgique : les soins palliatifs pour une prise en charge complète et à temps

- Soins palliatifs

A l'occasion de la journée mondiale des soins palliatifs du 8 octobre dernier, la Fédération bruxelloise pluraliste de soins palliatifs et continus (FBSP) a rappelé l'importance de mettre en oeuvre les soins palliatifs dès que possible. Des soins de confort sont souvent nécessaires dès le diagnostic de maladie grave. Or, il ressort de diverses études que les soins palliatifs commenceraient en Belgique en moyenne trois semaines avant le décès. A l'occasion de la Journée mondiale des soins palli...

Lire la suite

Manque de lits en soins palliatifs en Flandre

- Soins palliatifs

Bert Anciaux (sp.a) a interpellé la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique  (Question n° 5-7475 du 4 décembre 2012) à propos du manque structurel croissant de lits dans les centres de soins palliatifs en Flandre. Il se basait pour cela sur une étude (et annexe) réalisée par un étudiant de la KU Leuven en collaboration avec la Federatie Palliatieve Zorg Vlaanderen. L'étude attire l'attention sur un manque structurel dans la capacité d'admission : des patients incurables doivent ...

Lire la suite