Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique

Publié le : 06/09/2018

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infirmière au sein de l'ASBL Accompagner Famenne-Ardenne (Afa), qui assure des soins palliatifs à domicile dans le nord de la province de Luxembourg.

Cette équipe est constituée de professionnels de la santé - médecin référent, infirmières, infirmiers - mais aussi de bénévoles. Leur équipe mobile se déplace à toute heure du jour ou de la nuit pour accompagner les patients en fin de vie, chez eux ou en maison de repos. "Nous intervenons en seconde ligne. Il ne s'agit pas de prodiguer des soins, mais plutôt d'accompagner et donner des conseils. Nous apportons une écoute ainsi qu'un soutien moral et psychologique au patient, à sa famille, ainsi qu'aux soignants qui interviennent en première ligne."

Le rôle des bénévoles est important mais tous doivent être formés car cela n'est pas rien que d'accompagner une personne malade et la soutenir lorsque le moment de la mort approche.

Bien qu'elle soit financée par l'Inami, Accompagner Famenne-Ardenne fonctionne en grande partie grâce à des dons. "Nous sommes subsidiés pour 180 patients, mais nous en suivons environ 400. S'il ne fallait compter que sur ce que nous recevons de l'Inami, tout s'arrêterait en mai-juin."

L'absence de financement des soins palliatifs est attesté à l'hôpital de Jolimont (La Louvière, Hainaut), où aucun des 6 lits palliatifs n'a jamais été reconnu ni  financé par les pouvoirs publics. L'hôpital des Servites de Marie puise donc sur ses fonds propres pour, malgré l'absence de subsides, permettre l'accueil optimal des malades en fin de vie.

Comment une loi affirmant le droit des patients à bénéficier des soins palliatifs peut-elle être appliquée, si les budgets sont absents ou insuffisants, et dénient ainsi ce droit d'être pris en charge dans une structure adaptée et humaine ?

Source : La DH.be


Articles similaires

Soins palliatifs en promotion sociale

Soins palliatifs en promotion sociale

- Soins palliatifs

Une convention structure des unités de formation pour pros et volontaires. Elle a pour but officiel d'améliorer la diffusion de l'information et des pratiques en matière de soins en fin de vie, auprès des acteurs tant institutionnels que du domicile, tant en faveur des volontaires que des professionnels (où l'on songe d'abord, mais pas seulement, aux aides-soignants et aides familiales).
Concrètement, les prestations s'articuleront autour de dossiers pédagogiques. Deux ont déjà été bouclés et ...

Lire la suite

Manque de lits en soins palliatifs en Flandre

Manque de lits en soins palliatifs en Flandre

- Soins palliatifs

Bert Anciaux (sp.a) a interpellé la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique  (Question n° 5-7475 du 4 décembre 2012) à propos du manque structurel croissant de lits dans les centres de soins palliatifs en Flandre. Il se basait pour cela sur une étude (et annexe) réalisée par un étudiant de la KU Leuven en collaboration avec la Federatie Palliatieve Zorg Vlaanderen. L'étude attire l'attention sur un manque structurel dans la capacité d'admission : des patients incurables doivent ...

Lire la suite

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

- Soins palliatifs

10% des médecins belges interrogés lors d'une étude récente le pensent.  De même, plus de la moitié des médecins interrogés estiment que le médecin doit pouvoir décider, en concertation avec l'équipe en charge des soins, d'administrer des substances létales à un patient atteint d'une maladie incurable en proie à des souffrances insupportables et qui n'est pas en mesure de prendre lui-même des décisions. Trois quart des médecins sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'euthanasie à la ...

Lire la suite