Journée mondiale des soins palliatifs : demande croissante de ressources en Europe

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 08/10/2015

A l'occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, de nombreux colloques ont mis en avant le bienfondé de ces soins, et leur nécessité dans le cadre de la fin de vie et/ou de maladie grave et incurable. Selon la définition de l'OMS de 2002, « les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d'une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision, ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés. »
C'est pour promouvoir ces soins que la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs a publié un reportage intitulé « Vivre le temps qu'il nous reste à vivre ». « Même si on sait que l'échéance est proche, nous cherchons à donner aux gens le moyen de vivre ce qu'ils ont à vivre. » Les témoignages sont nombreux, révélant, que même dans les cas de maladies graves et douloureuses, il est possible d' « avoir des petits moments de bonheur, des petits moments agréables, parmi des moments plus durs. »
En Belgique, la loi relative aux soins palliatifs date du 14 juin 2002. Elle a été adoptée en même temps que la loi relative aux droits des patients et celle relative à l'euthanasie. A l'heure où l'euthanasie est de plus en plus pratiquée et banalisée en Belgique, la Fédération flamande des soins palliatifs a récemment envoyé un communiqué annonçant son grand manque de moyens.  (Source : Belga)

En France, si la loi relative aux soins palliatifs est plus ancienne en France, puisqu'elle date du 9 juin 1999, la Cour des comptes estime 16 ans plus tard dans son « rapport 2015 » qu'en matière de soins palliatifs, « la prise en charge est toujours très incomplète. » Alors que le projet de loi relatif à la fin de vie suscite de nombreux débats, la Ministre de la santé a évoqué son intention d'étendre ces derniers par un plan triennal sur les soins palliatifs. Les députés, et les professionnels de santé attendent donc de vraies mesures budgétaires qui concrétisent ce projet dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

A propos du danger de mêler euthanasie et soins palliatifs, voir le dernier dossier de l'IEB : Le modèle belge des « soins palliatifs intégraux » dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ?


Articles similaires

Plutôt que l’euthanasie, le Parlement finlandais désire une amélioration des soins palliatifs

- Soins palliatifs

Le Parlement finlandais a rejeté le projet de légalisation de l'euthanasie, proposé par un député du parti de droite « Rassemblement national » suite à une initiative populaire lancée en la matière. La commission parlementaire des Affaires sociales et de la Santé a proposé plutôt la création d'un groupe de travail national pour améliorer la législation des soins palliatifs. Le Parlement, qui a rejeté le projet de loi à 128 voix contre 60, soutient la proposition de la commission.

En Finlande,...

Lire la suite

Synthèse du 4ème Rapport de la cellule d’évaluation des Soins Palliatifs en Belgique

- Soins palliatifs

La Cellule Fédérale d'Evaluation des Soins Palliatifs (CESP) a publié en juin 2018, son 4ème Rapport couvrant la période 2014-2017 pour « Offrir au lecteur un état des lieux le plus complet possible et prendre connaissance d'une série de préoccupations et de recommandations »

Par la loi du 14 juin 2002, tout citoyen belge a droit aux soins palliatifs. Selon les chiffres du KCE (Centre fédéral d'expertise en soins de santé.) entre 10.000 et 20.000 patients ont actuellement besoin de soins pall...

Lire la suite

Méconnaissance des soins palliatifs : un sondage éloquent

- Soins palliatifs

Selon un sondage réalisé par iVOX, 25% des Belges pensent que les soins palliatifs s'adressent uniquement aux personnes qui n'ont plus que 2 à 3 mois à vivre. 78% des Belges associent également les soins palliatifs au traitement de la douleur « des personnes gravement malades ou en phase terminale ».
Selon le Pr. Menten, oncologue à l'UZ Leuven, les soins palliatifs ne sont pas suffisamment développés pour le traitement des douleurs paroxystiques associées au cancer. Autre constat, les patient...

Lire la suite