Journée mondiale des soins palliatifs : demande croissante de ressources en Europe

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités

Publié le : 08/10/2015

A l'occasion de la Journée mondiale des soins palliatifs, de nombreux colloques ont mis en avant le bienfondé de ces soins, et leur nécessité dans le cadre de la fin de vie et/ou de maladie grave et incurable. Selon la définition de l'OMS de 2002, « les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille, face aux conséquences d'une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision, ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés. »
C'est pour promouvoir ces soins que la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs a publié un reportage intitulé « Vivre le temps qu'il nous reste à vivre ». « Même si on sait que l'échéance est proche, nous cherchons à donner aux gens le moyen de vivre ce qu'ils ont à vivre. » Les témoignages sont nombreux, révélant, que même dans les cas de maladies graves et douloureuses, il est possible d' « avoir des petits moments de bonheur, des petits moments agréables, parmi des moments plus durs. »
En Belgique, la loi relative aux soins palliatifs date du 14 juin 2002. Elle a été adoptée en même temps que la loi relative aux droits des patients et celle relative à l'euthanasie. A l'heure où l'euthanasie est de plus en plus pratiquée et banalisée en Belgique, la Fédération flamande des soins palliatifs a récemment envoyé un communiqué annonçant son grand manque de moyens.  (Source : Belga)

En France, si la loi relative aux soins palliatifs est plus ancienne en France, puisqu'elle date du 9 juin 1999, la Cour des comptes estime 16 ans plus tard dans son « rapport 2015 » qu'en matière de soins palliatifs, « la prise en charge est toujours très incomplète. » Alors que le projet de loi relatif à la fin de vie suscite de nombreux débats, la Ministre de la santé a évoqué son intention d'étendre ces derniers par un plan triennal sur les soins palliatifs. Les députés, et les professionnels de santé attendent donc de vraies mesures budgétaires qui concrétisent ce projet dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale.

A propos du danger de mêler euthanasie et soins palliatifs, voir le dernier dossier de l'IEB : Le modèle belge des « soins palliatifs intégraux » dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ?


Articles similaires

SOINS PALLIATIFS

- Soins palliatifs

o    Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

o    Belgique : élargir les conditions d'accès aux soins palliatifs

o    Méconnaissance des soins palliatifs : un sondage éloquent

o    Soins palliatifs : effort européen concerté

o    EUROCARE : évolution de la survie dans les cancers de l'enfant

o    Pays-Bas : ne plus rembourser certains soins médicaux liés aux choix du patient.

o    L'hôpital universitaire d'Anvers se dote d'appareils pour mesurer la douleur

o  ...

Lire la suite

Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

- Soins palliatifs

Plusieurs propositions de loi visant à l'extension des soins palliatifs sont pendantes à la Chambre des représentants de Belgique. Présentées par les partis Ecolo-Groen, cdH et CD&V, elles répondent toutes positivement à la proposition émise par le Rapport  du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) "d'inclure d'autres populations (comme des patients atteints de démence ou de maladies chroniques) . Cela se situe dans la lignée de l'Atlas Mondial des Soins Palliatifs qui élargit la ...

Lire la suite

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

La pratique de l'euthanasie nuit-elle au développement des soins palliatifs?

- Soins palliatifs

10% des médecins belges interrogés lors d'une étude récente le pensent.  De même, plus de la moitié des médecins interrogés estiment que le médecin doit pouvoir décider, en concertation avec l'équipe en charge des soins, d'administrer des substances létales à un patient atteint d'une maladie incurable en proie à des souffrances insupportables et qui n'est pas en mesure de prendre lui-même des décisions. Trois quart des médecins sont d'accord avec l'affirmation selon laquelle l'euthanasie à la ...

Lire la suite