France : mobilisation du collectif « Soulager mais pas tuer » dans 60 villes

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - France France

Publié le : 27/01/2015

A l'occasion du débat se tenant à l'Assemblée nationale le 21 janvier dernier sur la proposition de loi relative à la fin de vie élaborée récemment par les députés Jean Leonetti et Alain Claeys, le collectif « Soulager mais pas tuer » – parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film Intouchables – a mobilisé dans toute la France, appelant chacun à rester vigilant.
La proposition de loi évoquée, qui modifierait la Loi Leonetti de 2005 constitue, selon les organisateurs, un piège, ne nommant pas les choses pour ce qu'elles sont réellement. Ils soulignent notamment l'ambigüité de l'expression « sédation profonde et continue jusqu'au décès » contenue dans la proposition.
Les porte-paroles du collectif et les médecins présents ont rappelé que la sédation en phase terminale, qui doit rester un geste exceptionnel, est légitime quand elle a pour seul objectif de soulager des douleurs réfractaires, et non de provoquer la mort. Une sédation qui aurait comme intention de provoquer la mort, obtenue notamment par un arrêt de l'alimentation et de l'hydratation, constitue une euthanasie masquée.
L'Institut Européen de Bioéthique, un des membres du collectif, a rappelé qu'il ne fallait pas avoir peur des mots, malgré la violence que ceux-ci révélaient : « oui, euthanasier, c'est tuer ! ». De plus, l'exemple belge montre combien une loi dépénalisant l'euthanasie ne règle en rien les phénomènes rampants et souterrains des cas clandestins et illégaux (voir Dossier de l'IEB), mais finit au contraire par générer une sorte d'impunité de certains médecins qui deviennent les nouveaux « intouchables ».
L'IEB a également souligné le fait que des soignants et des familles, de plus en plus nombreux, expriment aujourd'hui leur souffrance face aux pressions d'équipes et de médecins pratiquant l'euthanasie, tout en se voyant imposer une forme de silence sur les dérives qu'ils observent.
Enfin, le collectif a rappelé l'urgence d'intensifier au niveau européen un financement adéquat de soins palliatifs, afin d'en garantir un accès effectif à tous les citoyens.
Sédation en phase terminale : Dossier de l'IEB "Repères éthiques pour accompagner la personne en fin de vie"
(Questions 11 à 13)


Articles similaires

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une ...

Lire la suite

France : 50.000 citoyens ont marché pour la vie à Paris

France : 50.000 citoyens ont marché pour la vie à Paris

- Avortement

C'est dans le calme et la bonne humeur que s'est déroulée ce dimanche 21 janvier, à Paris, la onzième Marche pour la vie. La mobilisation était significative puisqu'elle a rassemblé 50.000 participants.

Entre les primaires de la droite et de la gauche, et alors qu'est discuté, à l'Assemblée nationale, le projet de loi sur l'extension du délit d'entrave à l'IVG, force est de constater que la question de l'avortement a resurgi avec force dans le débat public, les femmes prenant la parole et tém...

Lire la suite