France : mobilisation du collectif « Soulager mais pas tuer » dans 60 villes

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - France France

Publié le : 27/01/2015

A l'occasion du débat se tenant à l'Assemblée nationale le 21 janvier dernier sur la proposition de loi relative à la fin de vie élaborée récemment par les députés Jean Leonetti et Alain Claeys, le collectif « Soulager mais pas tuer » – parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film Intouchables – a mobilisé dans toute la France, appelant chacun à rester vigilant.
La proposition de loi évoquée, qui modifierait la Loi Leonetti de 2005 constitue, selon les organisateurs, un piège, ne nommant pas les choses pour ce qu'elles sont réellement. Ils soulignent notamment l'ambigüité de l'expression « sédation profonde et continue jusqu'au décès » contenue dans la proposition.
Les porte-paroles du collectif et les médecins présents ont rappelé que la sédation en phase terminale, qui doit rester un geste exceptionnel, est légitime quand elle a pour seul objectif de soulager des douleurs réfractaires, et non de provoquer la mort. Une sédation qui aurait comme intention de provoquer la mort, obtenue notamment par un arrêt de l'alimentation et de l'hydratation, constitue une euthanasie masquée.
L'Institut Européen de Bioéthique, un des membres du collectif, a rappelé qu'il ne fallait pas avoir peur des mots, malgré la violence que ceux-ci révélaient : « oui, euthanasier, c'est tuer ! ». De plus, l'exemple belge montre combien une loi dépénalisant l'euthanasie ne règle en rien les phénomènes rampants et souterrains des cas clandestins et illégaux (voir Dossier de l'IEB), mais finit au contraire par générer une sorte d'impunité de certains médecins qui deviennent les nouveaux « intouchables ».
L'IEB a également souligné le fait que des soignants et des familles, de plus en plus nombreux, expriment aujourd'hui leur souffrance face aux pressions d'équipes et de médecins pratiquant l'euthanasie, tout en se voyant imposer une forme de silence sur les dérives qu'ils observent.
Enfin, le collectif a rappelé l'urgence d'intensifier au niveau européen un financement adéquat de soins palliatifs, afin d'en garantir un accès effectif à tous les citoyens.
Sédation en phase terminale : Dossier de l'IEB "Repères éthiques pour accompagner la personne en fin de vie"
(Questions 11 à 13)


Articles similaires

Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

Mobilisation dans 60 villes de France : « Soulager mais pas tuer »

- Euthanasie et suicide assisté

Ce vendredi 28 novembre, le Collectif « Soulager mais pas tuer » a lancé une première campagne de mobilisation dans 60 villes françaises « contre l'euthanasie, sous toutes ses formes, et contre le suicide médicalement assisté ». Parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film « Intouchables », ce collectif rassemble plusieurs associations dont Soigner dans la dignité, Convergence soignants soignés, Alliance Vita, l'Institut Européen de Bioéthique, 100% ...

Lire la suite

France : pharmaciens privés du droit à l’objection de conscience.

- Clauses de conscience

Le 7 octobre 2011, le Conseil de l'Europe votait le droit à l'objection de conscience pour toutes les "professions médicales". En France pourtant, les pharmaciens, qui n'entrent pas sous cette appellation, en sont toujours privés. Bien qu'il soit précisé dans le Code de déontologie que "le pharmacien exerce sa mission dans le respect de la vie et de la personne humaine", ceux-ci ne bénéficient pas de leur liberté de conscience aujourd'hui. Hospitaliers ou en officine, les pharmaciens se voient...

Lire la suite

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

Belgique-France : empoisonnements et meurtres par compassion.

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que vient de s'ouvrir le dossier de l'infirmier de Wevelgem soupçonné d'avoir tué plus de 40 personnes qui se trouvaient en fin de vie, voilà qu'en France vient d'être prononcé l'acquittement du médecin-anesthésiste Nicolas Bonnemaison, qui "par compassion" a empoisonné 7 personnes.
Lors de son procès, des personnalités belges avaient été appelées à la barre. Elles avaient même affirmé que s'il fallait en Belgique juger des cas semblables à ceux de Nicolas Bonnemaison, les tribunaux belg...

Lire la suite