France : mobilisation du collectif « Soulager mais pas tuer » dans 60 villes

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - France France

Publié le : 27/01/2015

A l'occasion du débat se tenant à l'Assemblée nationale le 21 janvier dernier sur la proposition de loi relative à la fin de vie élaborée récemment par les députés Jean Leonetti et Alain Claeys, le collectif « Soulager mais pas tuer » – parrainé par Philippe Pozzo di Borgo, tétraplégique dont le témoignage a inspiré le film Intouchables – a mobilisé dans toute la France, appelant chacun à rester vigilant.
La proposition de loi évoquée, qui modifierait la Loi Leonetti de 2005 constitue, selon les organisateurs, un piège, ne nommant pas les choses pour ce qu'elles sont réellement. Ils soulignent notamment l'ambigüité de l'expression « sédation profonde et continue jusqu'au décès » contenue dans la proposition.
Les porte-paroles du collectif et les médecins présents ont rappelé que la sédation en phase terminale, qui doit rester un geste exceptionnel, est légitime quand elle a pour seul objectif de soulager des douleurs réfractaires, et non de provoquer la mort. Une sédation qui aurait comme intention de provoquer la mort, obtenue notamment par un arrêt de l'alimentation et de l'hydratation, constitue une euthanasie masquée.
L'Institut Européen de Bioéthique, un des membres du collectif, a rappelé qu'il ne fallait pas avoir peur des mots, malgré la violence que ceux-ci révélaient : « oui, euthanasier, c'est tuer ! ». De plus, l'exemple belge montre combien une loi dépénalisant l'euthanasie ne règle en rien les phénomènes rampants et souterrains des cas clandestins et illégaux (voir Dossier de l'IEB), mais finit au contraire par générer une sorte d'impunité de certains médecins qui deviennent les nouveaux « intouchables ».
L'IEB a également souligné le fait que des soignants et des familles, de plus en plus nombreux, expriment aujourd'hui leur souffrance face aux pressions d'équipes et de médecins pratiquant l'euthanasie, tout en se voyant imposer une forme de silence sur les dérives qu'ils observent.
Enfin, le collectif a rappelé l'urgence d'intensifier au niveau européen un financement adéquat de soins palliatifs, afin d'en garantir un accès effectif à tous les citoyens.
Sédation en phase terminale : Dossier de l'IEB "Repères éthiques pour accompagner la personne en fin de vie"
(Questions 11 à 13)


Articles similaires

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

- Euthanasie et suicide assisté

Un collectif de 38 personnalités belges, dont la plupart sont psychiatres ou membres du corps médical, ont publié une carte blanche afin de manifester leur vive inquiétude face au nombre croissant de cas d'euthanasie de personnes souffrant de troubles psychiques (entre 50 et 60 cas pour les seules années 2013 et 2014). Cette carte blanche a été publiée par les journaux Le Soir et Het Laatste Nieuws. 

Partant du cas très médiatisé de Laura, 24 ans, autorisée à être euthanasiée pour dépression ...

Lire la suite

France : extension du don de gamètes aux personnes n’ayant pas eu d’enfants

- Don de gamètes

Le 15 octobre 2015, Marisol Touraine, Ministre en charge de la Santé en France a pris un décret en application de la loi de bioéthique du 7 juillet 2011 afin d'élargir les conditions de don d'ovocytes aux personnes n'ayant pas eu d'enfants, alors que la loi limitait auparavant le don d'ovocytes aux femmes majeures jusque 37 ans et ayant déjà donné naissance à un enfant. Les hommes ont jusque 45 ans pour effectuer un don de sperme.

Le but de cette nouvelle mesure est d'accroître le nombre de F...

Lire la suite

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

- Santé mentale

En France, on observe un véritable effort chez certaines autorités locales pour s'adapter aux personnes atteintes d'Alzheimer. Dans le sillon d'une dizaine d'autres communes, la ville de Montpellier a signé la charte « Ville aidante Alzheimer », proposée par l'association France Alzheimer. La commune affirme ainsi sa volonté de « faciliter la connaissance et le déploiement d'actions » en faveur des personnes atteintes par cette pathologie ou par une maladie apparentée.

  Concrètement, le proj...

Lire la suite