Belgique : mise en garde contre la pénurie de gériatres

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 23/10/2015

Dans un communiqué de presse, le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) alerte quant au manque croissant de personnel et de moyens dans les services gériatriques.

 

Les enfants du « baby-boom » se font vieillissants, et entrent progressivement dans ce que les professionnels de la santé appellent « le profil gériatrique ». Ces personnes de plus de 65 ans pénètrent dans une étape de leur vie où leur santé est plus fragile et peut aisément basculer vers une maladie ou un affaiblissement de quelque sorte que ce soit. Ainsi, même pour des traitements non spécifiques à des personnes âgées, ces personnes doivent être prises en charge par un personnel compétent et spécialisé en gériatrie qui apportera une vigilance supplémentaire nécessaire à leur âge.

Ces services spécialisés existent déjà à travers les « équipes de liaison interne gériatrique » mises en place il y a une dizaine d'années. Elles regroupent différents professionnels de la santé, formés à « une approche gériatrique globale » attentive à toutes les dimensions de la personne, cognitives, physiques, psychosociales… Cette prise en charge de l'ensemble de la personne est à l'opposé de l'organisation hospitalière classique qui soigne ses patients par organe.
Le nombre de gériatres et d'infirmiers compétents en la matière est largement insuffisant aujourd'hui déclare le KCE. Pourtant le nombre de personnes âgées ne pourra qu'augmenter, jusqu'à atteindre 26% de la population en 2060, quand il ne représentait que 18% en 2012.
Il est essentiel que les pouvoirs publics se saisissent au plus vite de cette problématique afin que les personnes âgées soient convenablement prises en charge afin d'être accompagnées dans leur processus de vieillissement jusqu'à la fin de leur vie. Le risque est en effet réel que, du fait d'un personnel insuffisant ou mal formé, les personnes âgées se voient infliger une forme de maltraitance due à des soins et/ou traitements inadaptés à leur fragilité. 

Source : kce.fgov.be


Articles similaires

Belgique : l’appel du KCE pour des soins appropriés en fin de vie

Belgique : l’appel du KCE pour des soins appropriés en fin de vie

- Soins palliatifs

Comment se fait-il que certaines personnes reçoivent des soins « inappropriés » en Belgique ?

En collaboration avec des chercheurs de l'UCL et de l'UAntwerpen, le KCE (Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé) a analysé les publications belges sur la question et a lancé une vaste étude (Rapport de plus de 200 pages) impliquant prestataires de soins, patients, proches, et bénévoles.

Il en ressort que les soins sont considérés comme « appropriés » quand ils sont adaptés aux besoins indivi...

Lire la suite

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

- Soins palliatifs

Ce texte reprend la proposition de loi DOC 52 0774/001 déposée précédemment par Mme Rita De Bont et consorts. Les auteurs estiment que la législation actuelle ne garantit pas suffisamment le droit aux soins palliatifs lorsqu'une demande d'euthanasie est formulée. Pour éviter que l'option palliative ne soit négligée, les auteurs souhaitent insérer dans la loi relative à l'euthanasie une disposition claire concernant le droit aux soins palliatifs. 

Lire la suite

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

Le sous-financement des soins palliatifs dans certaines régions en Belgique

- Soins palliatifs

La province de Luxembourg compte actuellement deux centres de soins palliatifs pour un total de 12 lits. C'est vraiment trop peu pour répondre à toutes les demandes, alors que la loi prévoit que chaque citoyen se trouvant confronté à une maladie grave a droit aux soins palliatifs.

"Très souvent, quand on leur annonce qu'il n'y a plus de traitement, les patients souhaitent rentrer chez eux. Or les familles n'ont pas toujours les moyens de s'en occuper", constate Marie-Bernadette Mossay, infir...

Lire la suite