Belgique : Le Conseil supérieur de la santé pour une prise en charge intégrale des patients déments

Publié le : Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Le 7 avril 2016, le Conseil Supérieur de la Santé de Belgique a publié un rapport sur le diagnostic de la démence, la gestion du comportement du patient et les questions éthiques soulevées par cette maladie.

S'appuyant sur un rapport émis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 2012, ce document rappelle que la démence, problème multifactoriel, va s'accroître dans nos sociétés au cours des prochaines années. L'OMS estime que le nombre de cas de démence aura triplé d'ici 2050. L'accroissement de ces situations est le corollaire de l'augmentation de l'espérance de vie et des progrès fulgurants de la médecine ces dernières décennies. Ainsi la démence devient une problématique primordiale de santé publique

Le Conseil supérieur de la santé déplore que les cas de démence, dont la maladie d'Alzheimer, soient bien souvent décelés beaucoup trop tard, du fait que les médecins manquent de formation aux premiers symptômes de ces maladies. S'il n'existe actuellement aucun remède à la démence, le diagnostic posé à temps permet aux médecins, à la famille et aux proches d'en limiter les effets.

Le Conseil Supérieur de la santé prône en effet  une prise en charge globale de la personne démente et s'oppose à toute forme d'euthanasie  même si les patients concernés avaient auparavant effectué une déclaration anticipée d'euthanasie. En effet, la démence n'est pas comprise dans la loi dépénalisant l'euthanasie. Pour le Conseil supérieur de la santé, le fait qu'une personne soit en état de démence ne diminue en rien sa dignité ni sa valeur. Il faut tout autant tenir compte de sa situation actuelle, même dégradée, que de la précédente où elle jouissait de tous ses moyens. Le Conseil supérieur de la santé refuse de se limiter  à une vision de la personne rationnelle et autonome : l'être humain est à considérer dans sa dimension intégrale, comprenant ses relations avec les autres, ses expériences de vie actuelles et ses ressentis.

Source: ICI


Articles similaires

Une étude sur l’élargissement de l’accès au “forfait palliatif” au-delà des trois mois en Belgique

Une étude sur l’élargissement de l’accès au “forfait palliatif” au-delà des trois mois en Belgique

- Soins palliatifs

Jeroen Schoenmakers, Chef de cabinet adjoint du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, exprimait en octobre dernier sa volonté d'élargir l'accès au "forfait palliatif" aux patients d'une espérance de vie supérieure à trois mois. Ainsi le Centre Fédéral d'expertise des soins de santé en Belgique prévoit de publier une étude sur le "forfait palliatif" au cours du premier trimestre de l'année 2023. Cette étude visera à répondre aux questions suivantes : « comment prendre en charge les...

Lire la suite

Belgique : structure et évolution des soins palliatifs : nouveau Dossier !

Belgique : structure et évolution des soins palliatifs : nouveau Dossier !

- Soins palliatifs

La Belgique a la réputation d'avoir une bonne structure de soins palliatifs, plaçant le patient au centre du soin.
Selon une étude récente qui reprend un classement des pays européens sur la base du développement de leurs soins palliatifs, et la Belgique figure à la seconde place. Cette place est-elle justifiée ?
Comment l'offre des soins palliatifs est-elle organisée ? Quelles sont les structures accompagnantes sur le terrain mais aussi au niveau politique ?

Lire le  Dossier : ICI

Lire la suite

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

- Soins palliatifs

Ce texte reprend la proposition de loi DOC 52 0774/001 déposée précédemment par Mme Rita De Bont et consorts. Les auteurs estiment que la législation actuelle ne garantit pas suffisamment le droit aux soins palliatifs lorsqu'une demande d'euthanasie est formulée. Pour éviter que l'option palliative ne soit négligée, les auteurs souhaitent insérer dans la loi relative à l'euthanasie une disposition claire concernant le droit aux soins palliatifs. 

Lire la suite