Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 16/03/2016

Plusieurs propositions de loi visant à l'extension des soins palliatifs sont pendantes à la Chambre des représentants de Belgique. Présentées par les partis Ecolo-Groen, cdH et CD&V, elles répondent toutes positivement à la proposition émise par le Rapport  du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) "d'inclure d'autres populations (comme des patients atteints de démence ou de maladies chroniques) [dans les critères d'accès au statut de patient palliatif]. Cela se situe dans la lignée de l'Atlas Mondial des Soins Palliatifs qui élargit la définition des soins palliatifs non seulement aux personnes atteintes de maladies engageant ou limitant le pronostic vital, mais également à de nombreux malades chroniques."

Actuellement, les soins palliatifs sont réservés aux patients en phase terminale. Par ces propositions de loi, il serait possible de donner accès aux soins palliatifs à des patients qui pourraient en bénéficier avant qu'un pronostic vital de deux mois (qui est le critère nécessaire actuel) ne soit engagé. 

C'est à la demande du Service Public Fédéral Santé publique qu'une étude a été menée par les cliniques Saint Luc de l'UCL à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). Selon les besoins des différentes catégories de patients, trois statuts graduels ont été proposés:  simple, complet et majoré.  La prise en charge et les avantages financiers étant ajustés à chaque statut de patient palliatif.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block s'est dite prête à creuser la question et a invité la cellule d'évaluation des soins palliatifs de l'autorité fédérale à soumettre un avis identifiant les besoins des patients en fonction de leur lieu de séjour (hôpital, maison de repos est de soins, institution spécialisée, ou domicile avec prise en charge par un médecin généraliste). Sur base de cet avis, la ministre a annoncé qu'elle pourrait éventuellement revoir quels avantages peuvent être accordés aux trois statuts, y compris pour des patients non compris dans la définition palliative actuelle, avec une espérance de vie de moins d'un an. Elle ne souhaite toutefois pas dépasser le cadre budgétaire actuel, bien que celui-ci soit déjà décrié par les professionnels de santé, et les fédérations de soins palliatifs comme insuffisant pour garantir la qualité et l'exigence humaine de l'accompagnement palliatif en Belgique.
Source : La Chambre, compte-rendu de la Commission santé


Articles similaires

Former tous les médecins à la pratique des soins palliatifs : une urgence selon l’ARMB

- Soins palliatifs

Dans un récent avis , l'Académie Royale de Médecine de Belgique (ARMB) pose le constat : il est urgent de mettre en place des structures pour éduquer et former les médecins belges à la prise en charge palliative de leurs patients.
En effet, rares sont ceux qui ont suivi un cursus cohérent et valable pour accompagner des patients atteints de maladies chroniques et des personnes âgées ou en fin de vie. L'ARMB parle d'« hétérogénéité » de l'enseignement en matière de soins palliatifs « que ce soi...

Lire la suite

89 % des Portugais préfèrent les soins palliatifs à l'euthanasie

- Soins palliatifs

Le 18 mai 2018 la plateforme portugaise « Pensar e Debater » a rendu publics les résultats d'un sondage sur les soins palliatifs et l'euthanasie commandité à l'« Instituto de Marketing Research » (IMR). Plusieurs projets de loi ont en effet été déposés par les partis de gauche visant à légaliser l'euthanasie. Une grande manifestation de rue est prévue le 24 mai car ces projets seront discutés et votés le 29 mai au Parlement portugais.

Ce sondage a été réalisé par téléphone entre le 12 et le 1...

Lire la suite

Belgique : les soins palliatifs pour une prise en charge complète et à temps

- Soins palliatifs

A l'occasion de la journée mondiale des soins palliatifs du 8 octobre dernier, la Fédération bruxelloise pluraliste de soins palliatifs et continus (FBSP) a rappelé l'importance de mettre en oeuvre les soins palliatifs dès que possible. Des soins de confort sont souvent nécessaires dès le diagnostic de maladie grave. Or, il ressort de diverses études que les soins palliatifs commenceraient en Belgique en moyenne trois semaines avant le décès. A l'occasion de la Journée mondiale des soins palli...

Lire la suite