Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Soins palliatifs

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 16/03/2016

Plusieurs propositions de loi visant à l'extension des soins palliatifs sont pendantes à la Chambre des représentants de Belgique. Présentées par les partis Ecolo-Groen, cdH et CD&V, elles répondent toutes positivement à la proposition émise par le Rapport  du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) "d'inclure d'autres populations (comme des patients atteints de démence ou de maladies chroniques) [dans les critères d'accès au statut de patient palliatif]. Cela se situe dans la lignée de l'Atlas Mondial des Soins Palliatifs qui élargit la définition des soins palliatifs non seulement aux personnes atteintes de maladies engageant ou limitant le pronostic vital, mais également à de nombreux malades chroniques."

Actuellement, les soins palliatifs sont réservés aux patients en phase terminale. Par ces propositions de loi, il serait possible de donner accès aux soins palliatifs à des patients qui pourraient en bénéficier avant qu'un pronostic vital de deux mois (qui est le critère nécessaire actuel) ne soit engagé. 

C'est à la demande du Service Public Fédéral Santé publique qu'une étude a été menée par les cliniques Saint Luc de l'UCL à partir de l'outil britannique d'identification du patient palliatif en vue de lui attribuer un statut spécifique et différencié, lié à la sévérité des besoins (le PICT). Selon les besoins des différentes catégories de patients, trois statuts graduels ont été proposés:  simple, complet et majoré.  La prise en charge et les avantages financiers étant ajustés à chaque statut de patient palliatif.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block s'est dite prête à creuser la question et a invité la cellule d'évaluation des soins palliatifs de l'autorité fédérale à soumettre un avis identifiant les besoins des patients en fonction de leur lieu de séjour (hôpital, maison de repos est de soins, institution spécialisée, ou domicile avec prise en charge par un médecin généraliste). Sur base de cet avis, la ministre a annoncé qu'elle pourrait éventuellement revoir quels avantages peuvent être accordés aux trois statuts, y compris pour des patients non compris dans la définition palliative actuelle, avec une espérance de vie de moins d'un an. Elle ne souhaite toutefois pas dépasser le cadre budgétaire actuel, bien que celui-ci soit déjà décrié par les professionnels de santé, et les fédérations de soins palliatifs comme insuffisant pour garantir la qualité et l'exigence humaine de l'accompagnement palliatif en Belgique.
Source : La Chambre, compte-rendu de la Commission santé


Articles similaires

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

Belgique : rendre le filtre palliatif obligatoire : une proposition de loi.

- Soins palliatifs

Ce texte reprend la proposition de loi DOC 52 0774/001 déposée précédemment par Mme Rita De Bont et consorts. Les auteurs estiment que la législation actuelle ne garantit pas suffisamment le droit aux soins palliatifs lorsqu'une demande d'euthanasie est formulée. Pour éviter que l'option palliative ne soit négligée, les auteurs souhaitent insérer dans la loi relative à l'euthanasie une disposition claire concernant le droit aux soins palliatifs. 

Lire la suite

Belgique : la Ministre de la santé veut soutenir les aidants-proches

- Soins palliatifs

Alors que la loi de reconnaissance de l'aidant proche accompagnant une personne en grande dépendance a été publiée au Moniteur belge le 6 juin 2014, aucun arrêté royal n'est venu la rendre effective. Deux ans plus tard, la Ministre de la santé publique et des Affaires sociales, Maggie de Block, a manifesté au Parlement sa volonté de soutenir les aidants proches par une meilleure reconnaissance juridique de leur statut. 

Elle souhaiterait en outre assurer une protection sociale particulière à ...

Lire la suite

Visions divergentes au Congrès des soins palliatifs pédiatriques francophones  entre intervenants

Visions divergentes au Congrès des soins palliatifs pédiatriques francophones entre intervenants

- Soins palliatifs

Début octobre, à Liège, a eu lieu le 8ème Congrès international francophone de soins palliatifs pédiatriques. Devant des soignants venus de plusieurs pays francophones (France, Canada, Cameroun, ...) des médecins et professeurs belges ont abordé avec complaisance l'euthanasie des mineurs. Les intervenants étrangers ont davantage abordé les soins palliatifs pédiatriques en tant que tels.

Le Dr. Marc-Hélie Huon, psychologue au CHRU de Brest, a alerté sur le danger de la « protocolisation du mou...

Lire la suite