Royaume-Uni : enquête parlementaire et arrêt de la sédation terminale

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Sédation

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 18/07/2013

Le protocole de « fin de vie » connu sous le nom de Liverpool Care Pathway (LCP), reposant sur la sédation « terminale » ou « palliative » devrait être abandonné d'ici à l'automne, aux termes d'une enquête parlementaire qui a mis en évidence les abus liés à la procédure. Le  LCP prévoit notamment le retrait de l'alimentation et de l'hydratation couplée à une sédation profonde continue si cela est jugé conforme aux « meilleurs intérêts » du patient souffrant d'une maladie incurable.
Dans les faits, de nombreux médecins et proches de patients ont affirmé ces dernières années que le parcours est volontiers appliqué à des patients qui ne sont pas en fin de vie, sans concertation avec la famille, son utilisation constituant parfois ou fréquemment, selon les sources, une euthanasie lente.
L'enquête parlementaire met en avant les cas de soins inadaptés ou insuffisants, et un recours systématique à ce protocole qui cause la mort dans les 29 heures, en moyenne.

Sédation et accompagnement en fin de vie : voir aussi le DOSSIER de l'IEB ICI


Articles similaires

Pays-Bas : la pratique de la sédation en hausse constante

Pays-Bas : la pratique de la sédation en hausse constante

- Sédation

En 2016, plus de 20% des personnes décédées à domicile aux Pays-Bas n'étaient pas conscientes au moment de leur mort. En effet, 32.500 personnes se sont vu administrer une sédation chez elles, ce qui constitue une augmentation de 14.000 personnes en 5 ans. Ces chiffres ont été communiqués par la SFK (Fondation pour les statistiques pharmaceutiques), et se basent sur la délivrance des substances par les pharmacies et principalement du Midazolam, produit recommandé pour les sédations par les dir...

Lire la suite

Sédation et euthanasie : y a-t-il vraiment une différence ?

Sédation et euthanasie : y a-t-il vraiment une différence ?

- Sédation

Un médecin du Centre Hospitalier de Huy (CHRH) est accusé d'avoir tué 4 de ses patients en septembre 2018 dans l'unité de gériatrie de l'institution. Ces patients ont été mis sous sédation palliative et sont décédés le même week-end. Selon le CHRH, l'équipe médicale en a été bouleversée et a dû bénéficier d'un accompagnement psychologique. Estimant que le médecin n'avait pas respecté les règles de procédure interne et que les faits étaient trop graves, l'hôpital l'a licencié dans les jours qui...

Lire la suite

Belgique : contrôler aussi les sédations en fin de vie ?

Belgique : contrôler aussi les sédations en fin de vie ?

- Sédation

Réduire volontairement l'état de conscience d'un patient en toute fin de vie, avec son consentement, dans une mesure juste suffisante pour contrôler  un  ou des symptômes réfractaires à tous les moyens médicaux connus, est un acte médical qui demande une grande compétence et des soignants bien formés. Cette sédation palliative ne peut en aucun cas viser à abréger la vie du patient. Car si l'intention du médecin est d'induire le coma pour provoquer la mort du patient, - l'intention est claire -...

Lire la suite