Pays-Bas : sédations inappropriées

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Sédation

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 30/10/2013

Selon une étude du Centre Intégral du Cancer néerlandais (IKNL) , les soins apportés aux patients en phase terminale ne sont pas appropriés. Chaque année, 1700 cas de sédations en fin de vie relèveraient d'une pratique inadéquate pouvant cacher des euthanasies.
L'INKL, dans un article paru dans le journal Volkskrant le 8 octobre 2013, estime que la connaissance et l'expérience des médecins et des infirmières concernant la sédation ne sont pas appropriées. L'INKL explique que les médecins démarrent la sédation trop tôt, alors que ce type de protocole  ne peut être appliqué que si le pronostic de vie du patient est de moins de deux semaines.

Selon les résultats de l'étude conduite par l'IKNL, cette technique est aussi utilisée pour réaliser des « euthanasies cachées ». De plus,  on y lit que les médecins se sentent la pression des membres de la famille du patient. Le directeur d'IKNL, Marlies Jansen-Landheer, estime que cette pratique inadéquate de la sédation conduit à des souffrances non nécessaires et parfois à des expériences traumatisantes. Un médecin généraliste, Adri Jobse, témoigne de cas de patients encore capables de se lever pour ouvrir la porte lors des soins infirmiers et qui ont été orientés vers des médecins pour pratiquer une sédation.  Pour lui, les patients peuvent vivre ainsi des expériences terribles de fin de vie si on commence ce type de traitement trop précocement. De plus, il souligne que l'on confie régulièrement cette pratique aux médecins les plus jeunes et les plus inexpérimentés.
Les Pays-Bas ont autorisé l'euthanasie sous certaines conditions en 2002.  Selon les dernières statistiques néerlandaises, 4188 euthanasies ont été pratiquées en 2012. Les cas d'euthanasies ont doublé depuis 2006.

Source : Alliance Vita


Articles similaires

Belgique : contrôler aussi les sédations en fin de vie ?

- Sédation

Réduire volontairement l'état de conscience d'un patient en toute fin de vie, avec son consentement, dans une mesure juste suffisante pour contrôler  un  ou des symptômes réfractaires à tous les moyens médicaux connus, est un acte médical qui demande une grande compétence et des soignants bien formés. Cette sédation palliative ne peut en aucun cas viser à abréger la vie du patient. Car si l'intention du médecin est d'induire le coma pour provoquer la mort du patient, - l'intention est claire -...

Lire la suite

Enregistrer les sédations pour mieux les contrôler ?

- Sédation

Une semaine après la proposition par le CD&V d'évaluer la loi euthanasie, les députées S.PA. Karin Jiroflée et Monica De Coninck ont, le 14 décembre 2017, déposé à la Chambre une proposition visant à clarifier l'application de la sédation palliative en Belgique.

Ce geste médical, qui peut entraîner le décès anticipé du patient, ne fait l'objet d'aucune procédure légale et d'aucun contrôle officiel, contrairement à l'euthanasie, affirment-elles. Seules les recommandations médicales sur le site...

Lire la suite

Deux fois plus de sédations palliatives à domicile aux Pays-Bas depuis 2010

Deux fois plus de sédations palliatives à domicile aux Pays-Bas depuis 2010

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, le nombre de personnes qui reçoivent une sédation palliative chez eux avant leur décès a augmenté de 50% sur les sept dernières années. La sédation palliative concernait ainsi 34.000 décès en 2017 selon la SPK (Fondation Pharmaceutique Statistiques à La Haye). L'âge moyen du décès pour cette catégorie de personnes était de 76 ans.

Ces chiffres sont basés sur le nombre de personnes à qui une pharmacie publique a délivré du Midalozam et/ou de la Levomepromazine, en vue d'une admin...

Lire la suite