La sédation palliative n’est pas un acte d'euthanasie masquée

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Sédation

Actualités - Italie

Publié le : 31/01/2018

En Italie, la célèbre Marina Ripa di Meana, a déclaré ne plus avoir besoin de partir en Suisse pour demander le suicide assisté, puisqu'elle avait découvert les soins palliatifs et la sédation « profonde ».

Sa déclaration pose les deux actes comme des alternatives équivalentes, puisqu'ils provoqueraient tous deux la mort.

En sa qualité de Président national de la Société italienne de soins palliatifs (SICP), Italo Penco tient à rappeler que ces pratiques ne sont pas alternatives, mais au contraire antinomiques.

La sédation palliative est dite « profonde » lorsqu'elle induit un sommeil irréversible chez la personne mourante, dans le sens où le médecin ne la réanimera avant son décès naturel. Cette personne doit être en phase terminale et présenter des symptômes réfractaires. Renzo Puccetti, Professeur de bioéthique à l'Université catholique du Sacré-Coeur à Milan, met à juste titre en garde contre le risque de faire de la sédation profonde une sédation « euthanasique » camouflée.

Néanmoins, contrairement à l'euthanasie et au suicide assisté, la sédation profonde pratiquée dans les règles de l'art ne vise pas à abréger la vie. Comparable à une anesthésie avant une intervention chirurgicale, elle ne provoque nullement le décès, mais induit la perte de conscience afin de soulager la personne jusqu'à son décès.

Citant le cas de Mme Ripa di Meana, Italo Penco demande à ce que l'Italie agisse pour mieux faire connaitre les soins palliatifs, plutôt que de légaliser l'euthanasie et le suicide assisté.

L'Etat n'a jamais fourni les ressources nécessaires à l'application correcte de la « Loi 38 » sur les soins palliatifs dans le pays. Les enfants ne sont pas épargnés : en Italie, seul 1 enfant sur 7 reçoit les soins palliatifs dont il a besoin.

Source : Journal Avvenire


Articles similaires

La Loi euthanasie en Belgique doit être évaluée en profondeur

La Loi euthanasie en Belgique doit être évaluée en profondeur

- Sédation

Quatre des membres de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (CFCEE) (Wim Distelmans, Jacqueline Herremans, Gilles Génicot et le Dr Proot, ont présenté il y a quelques jours le Rapport 2014-2015 de la Commission aux députés membres de la commission Santé publique de la Chambre. Les questions de ceux-ci ont porté sur des points essentiels et révèlent un certain malaise par rapport au contrôle de la loi euthanasie mais aussi par rapport à d'autres faits qu'ils ont vou...

Lire la suite

France : une campagne d’information qui banalise la sédation en phase terminale ?

France : une campagne d’information qui banalise la sédation en phase terminale ?

- Sédation

Faisant suite à une première campagne sur le thème du dialogue patients-professionnels de la santé, le Ministère de la Santé français vient de lancer une nouvelle initiative en vue de sensibiliser le grand public sur les enjeux de la fin de vie. L'objectif est de clarifier les changements législatifs entrés en vigueur depuis un an, et de faire connaître à chacun ses droits en matière de fin de vie.

La plupart des Français ignorent en effet largement le cadre légal de la fin de vie et les mesu...

Lire la suite

Belgique : contrôler aussi les sédations en fin de vie ?

Belgique : contrôler aussi les sédations en fin de vie ?

- Sédation

Réduire volontairement l'état de conscience d'un patient en toute fin de vie, avec son consentement, dans une mesure juste suffisante pour contrôler  un  ou des symptômes réfractaires à tous les moyens médicaux connus, est un acte médical qui demande une grande compétence et des soignants bien formés. Cette sédation palliative ne peut en aucun cas viser à abréger la vie du patient. Car si l'intention du médecin est d'induire le coma pour provoquer la mort du patient, - l'intention est claire -...

Lire la suite