USA : les vétérinaires qui pratiquent l’euthanasie se suicident en nombre

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités

Publié le : 23/08/2018

Chaque année, près d'1.5 millions d'euthanasies ont lieu aux Etat-Unis. Est-ce que cela expliquerait les dépressions et le taux de suicide chez ceux qui les pratiquent ? Les euthanasies mentionnées ci-dessus sont celles de chiens et de chats. Le mal-être et le suicide, celui des vétérinaires.

Y aurait-il un lien entre ce geste de mort que posent les vétérinaires et leur santé mentale ?

Selon une étude parue en 2013 dans le journal de l'American Association of Suicidology and Life-Threatening Behaviour, " les vétérinaires sont 4 fois plus enclins à se suicider que la moyenne de la population. " Les auteurs de l'étude affirment que, manipulant des substances létales et provoquant la mort des animaux, cela engendre une forme de banalisation de la mort : ils n'en n'ont plus peur. Et s'ils sont un jour en situation de stress ou de dépression, ils passent à l'acte pour eux-mêmes.

Et ce qui se révèle vrai pour les vétérinaires, pourrait-il s'appliquer lorsqu'il s'agit d'un médecin qui provoque la mort d'un de ses patients ? On sait que nombreux sont les médecins qui, ayant provoqué la mort de leur patient en répondant à leur demande d'euthanasie, doivent s'accorder plusieurs jours de repos.

Dès lors, l'euthanasie présentée comme un acte « autonome » et un choix individuel, aurait donc un impact psychologique important non seulement sur le médecin, mais aussi sur toute l'équipe d'infirmières impliquées dans la mise en place de cette euthanasie.
 
Source : Bioedge

 


Articles similaires

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

- Santé mentale

Le 28 octobre 2010, une Proposition de loi relative aux personnes atteintes de démence a été déposée à la Chambre des représentants (Myriam Vanlerberghe, Renaat Landuyt et Maya Detiège). Il s'agit d'une reprise de la proposition 4-676/1 du Sénat.

Les auteurs partent du constat que la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ne s'applique pas aux personnes atteintes de démence même si elles ont rédigé une déclaration anticipée à un moment ou elles étaient encore capables.

Les auteurs plaide...

Lire la suite

Euthanasie en cas d’affections psychiatriques : les protocoles souvent plus restrictifs que la loi

Euthanasie en cas d’affections psychiatriques : les protocoles souvent plus restrictifs que la loi

- Santé mentale

L'euthanasie des patients psychiatriques est un sujet hautement controversé en Belgique, tant parmi les médecins qu'au sein des instances chargées de bioéthique. Or, le nombre et la proportion d'euthanasies pour troubles psychiatriques ont progressivement augmenté depuis 2008 : contre 13 cas en 2008 , l'euthanasie pour troubles psychiatriques recouvrait 37 cas en 2017, et 40 cas en 2018.  Plusieurs hôpitaux belges se montrent ouverts à cette pratique, et acceptent de prendre en charge les dema...

Lire la suite

Nederland : richtlijn euthanasie bij een verlaagd bewustzijn

Nederland : richtlijn euthanasie bij een verlaagd bewustzijn

- Santé mentale

Artsen in Nederland menen vaak dat patiënten met een verlaagd bewustzijn niet lijden en dat euthanasie daarom niet mogelijk is. Maar in sommige situaties mag dit wel. De KNMG (Koninklijke Nederlandsche Maatschappij tot bevordering der Geneeskunst) heeft, op verzoek van het College van procureurs-generaal en de Inspectie voor de Gezondheidszorg, een richtlijn opgesteld over euthanasie bij een verlaagd bewustzijn. Deze richtlijn brengt geen verruiming van de wet, maar heeft tot doel artsen ...

Lire la suite