Que les internés dépendent de la Santé publique et non plus de la Justice

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 03/10/2014

C'est ce que vient de recommander l'Académie royale de médecine. Le Dr Rudy Verelst, psychiatre-coordinateur au SPF Justice, a déclaré lors du symposium sur l'expertise psychiatrique organisé au sein de l'Académie royale de médecine de Belgique que la santé des détenus est nettement plus mauvaise que la moyenne de la population du pays. Les prisons belges hébergent actuellement 11.202 détenus (chiffres d'août 2014). A peu près 10% d'entre eux – 1.084 personnes – sont des « internés ». Alors qu'ils nécessitent des soins médicaux appropriés, ils se retrouvent en prison.
A côté de deux centres francophones, deux institutions flamandes vont voir le jour mais l'ensemble de l'offre ne résout qu'une partie du problème. Des internés (la moitié souffre de troubles de la personnalité) resteront en prison. Outre le réel problème de santé publique posé par cette situation, cet état de fait continuera à exposer notre pays à la critique voire à des condamnations internationales.
La Belgique francophone dispose de l'Etablissement de défense sociale de Paifve et des Marronniers situés à Tournai. Dans ces établissements, les internés peuvent plus ou moins recevoir des soins ad hoc. En Flandre, aucune institution n'existe pour le moment. Deux centres sont prévus à Anvers et à Gand. Ces deux centres pourront accueillir 526 internés sur 712. Le compte n'y est donc pas, souligne le Dr Verelst. Une portion d'internés tant « néerlandophones » que « francophones » resteront en prison. C'est pourquoi, l'Académie royale de médecine a recommandé que les internés dépendent de la Santé publique et non plus de la Justice, ce qui mettrait les malades internés et « libres » sur le même plan.  Source : le Journal du Médecin
 


Articles similaires

La démence devenue une priorité de santé publique mondiale

La démence devenue une priorité de santé publique mondiale

- Santé mentale

Le monde compte aujourd'hui 50 millions de personnes atteintes de démence, dont 60 % vivent dans un pays à revenu faible ou intermédiaire Il en apparaît chaque année 10 millions de plus.

La maladie d'Alzheimer en est la forme la plus courante (60-70 % des cas). L'OMS prédit 82 millions de cas de démence en 2030 et jusqu'à 152 millions d'ici 2050.

Alors que la démence est une des causes principales de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées, cette maladie est une réalité encore tr...

Lire la suite

Belgique : renforcer les soins de santé mentale des personnes âgées ?

Belgique : renforcer les soins de santé mentale des personnes âgées ?

- Santé mentale

A l'heure où l'on évoque la question de l'euthanasie pour "Dépression" et "Fatique de vivre" (Voir Dossier IEB), le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) plaide pour un renforcement des soins de santé mentale des personnes âgées. Nul besoin de créer un réseau spécifique et séparé, comme cela existe pour les enfants et adolescents. Les personnes âgées constituent en effet une catégorie de patients très hétérogène. Leurs soins ne peuvent être organisés sur la seule base de l'âge, p...

Lire la suite

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

- Gestation pour autrui

La Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) va prochainement être amenée à se prononcer sur le droit à un congé de maternité pour une femme ayant eu un enfant par gestation pour autrui. Deux plaintes ont en effet récemment été déposées devant la CJUE par deux femmes qui se sont vu refuser une indemnité de congé de maternité, après avoir eu recours à une gestation pour autrui.
Jeudi 29 septembre, deux avocats généraux ont examiné séparément les plaintes, et ont rendu des conclusions diverge...

Lire la suite