Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 06/02/2014

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhaitait s'employer au développement de la technologie des soins et améliorer, à l'aide d'outils technologiques, l'autonomie, le confort et l'intégration sociale des personnes souffrant de démence. Tout en étant conscient des questions éthiques, le ministre souhaitaite proposer ces nouvelles technologies pour soutenir l'aide aux personnes dépendantes. Dans son dernier avis, le Comité consultatif de bioéthique définit un cadre éthique pour les dispositifs de détection d'errance.
Avis n° 56 du 16 décembre 2013.
 


Articles similaires

Quelle valeur donner à la déclaration anticipée de patients rattrapés par la démence?

- Santé mentale

Le Sénat  belge s'interroge sur l'extension de la loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence et ce jeudi 11 avril, les sénateurs ont de nouveau effectué des auditions en commission parlementaire.
"Qu'en est-il "d'une personne qui, ayant rédigé une déclaration préalable d'euthanasie au cas où elle serait atteinte de démence, refuse ensuite de la mettre en oeuvre une fois qu'elle a été rattrapée par la maladie".
D'après Patrick Cras, neurologue à l'université d'Anvers, cette questio...

Lire la suite

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

- Santé mentale

En France, on observe un véritable effort chez certaines autorités locales pour s'adapter aux personnes atteintes d'Alzheimer. Dans le sillon d'une dizaine d'autres communes, la ville de Montpellier a signé la charte « Ville aidante Alzheimer », proposée par l'association France Alzheimer. La commune affirme ainsi sa volonté de « faciliter la connaissance et le déploiement d'actions » en faveur des personnes atteintes par cette pathologie ou par une maladie apparentée.

  Concrètement, le proj...

Lire la suite

France et Belgique : nouvel élan pour les aidants proches

- Santé mentale



A l'initiative de la Fondation Roi Baudouin, l'ASBL Aidants proches fut créée en 2006 à Namur, dans le but d'accompagner et d'aider au maximum toutes les personnes qui passent beaucoup de temps, voire leur vie auprès de proches dépendants, malades, ou en situation de handicap.
Afin d'encourager la reconnaissance et l'implication essentielle de cet entourage confronté à la grande dépendance de leur proche, l'ASBL Aidants Proches a créé un nouvel outil pour mieux les aider. L'objet du projet e...

Lire la suite