Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Belgique

Publié le : 06/02/2014

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhaitait s'employer au développement de la technologie des soins et améliorer, à l'aide d'outils technologiques, l'autonomie, le confort et l'intégration sociale des personnes souffrant de démence. Tout en étant conscient des questions éthiques, le ministre souhaitaite proposer ces nouvelles technologies pour soutenir l'aide aux personnes dépendantes. Dans son dernier avis, le Comité consultatif de bioéthique définit un cadre éthique pour les dispositifs de détection d'errance.
Avis n° 56 du 16 décembre 2013.
 


Articles similaires

Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

- Santé mentale

Les Etats-Unis n'échappent pas au vieillissement de leur population et parallèlement, à l'augmentation des cas de démence. Les personnes atteintes de démence sont confrontées à la dégradation de leurs fonctions cognitives, notamment la mémoire, la résolution de problèmes et le langage. Il n'existe pas encore de traitement curatif pour la démence ni aucun moyen d'arrêter sa progression. Arrivé à un stade avancé de démence, le patient a besoin d'une assistance quotidienne et parfois de soins com...

Lire la suite

Belgique : renforcer les soins de santé mentale des personnes âgées ?

Belgique : renforcer les soins de santé mentale des personnes âgées ?

- Santé mentale

A l'heure où l'on évoque la question de l'euthanasie pour "Dépression" et "Fatique de vivre" (Voir Dossier IEB), le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) plaide pour un renforcement des soins de santé mentale des personnes âgées. Nul besoin de créer un réseau spécifique et séparé, comme cela existe pour les enfants et adolescents. Les personnes âgées constituent en effet une catégorie de patients très hétérogène. Leurs soins ne peuvent être organisés sur la seule base de l'âge, p...

Lire la suite

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

L'exemple des villes accueillantes envers les personnes atteintes de démence

- Santé mentale

En France, on observe un véritable effort chez certaines autorités locales pour s'adapter aux personnes atteintes d'Alzheimer. Dans le sillon d'une dizaine d'autres communes, la ville de Montpellier a signé la charte « Ville aidante Alzheimer », proposée par l'association France Alzheimer. La commune affirme ainsi sa volonté de « faciliter la connaissance et le déploiement d'actions » en faveur des personnes atteintes par cette pathologie ou par une maladie apparentée.

  Concrètement, le proj...

Lire la suite