Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 06/02/2014

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhaitait s'employer au développement de la technologie des soins et améliorer, à l'aide d'outils technologiques, l'autonomie, le confort et l'intégration sociale des personnes souffrant de démence. Tout en étant conscient des questions éthiques, le ministre souhaitaite proposer ces nouvelles technologies pour soutenir l'aide aux personnes dépendantes. Dans son dernier avis, le Comité consultatif de bioéthique définit un cadre éthique pour les dispositifs de détection d'errance.
Avis n° 56 du 16 décembre 2013.
 


Articles similaires

Mise en place d’un Plan Alzheimer pour la Belgique

Mise en place d’un Plan Alzheimer pour la Belgique

- Santé mentale

Le Dr Catherine Fonck, députée cdH, a déposé à la Chambre des représentants, une proposition de résolution de mise en place d'un plan Alzheimer. Le plan viserait premièrement à présenter une image plus nuancée de la maladie d'Alzheimer via les médias et à donner la parole aux malades. Les aidants-proches et les associations recevraient un soutien plus grand. Les médecins devraient être mieux formés au diagnostic, à la communication de la maladie et à son suivi, notamment dans leur formation co...

Lire la suite

Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

Démence et fin de vie : le Hastings Center lance des recherches

- Santé mentale

Les Etats-Unis n'échappent pas au vieillissement de leur population et parallèlement, à l'augmentation des cas de démence. Les personnes atteintes de démence sont confrontées à la dégradation de leurs fonctions cognitives, notamment la mémoire, la résolution de problèmes et le langage. Il n'existe pas encore de traitement curatif pour la démence ni aucun moyen d'arrêter sa progression. Arrivé à un stade avancé de démence, le patient a besoin d'une assistance quotidienne et parfois de soins com...

Lire la suite

Quelle valeur donner à la déclaration anticipée de patients rattrapés par la démence?

Quelle valeur donner à la déclaration anticipée de patients rattrapés par la démence?

- Santé mentale

Le Sénat  belge s'interroge sur l'extension de la loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence et ce jeudi 11 avril, les sénateurs ont de nouveau effectué des auditions en commission parlementaire.
"Qu'en est-il "d'une personne qui, ayant rédigé une déclaration préalable d'euthanasie au cas où elle serait atteinte de démence, refuse ensuite de la mettre en oeuvre une fois qu'elle a été rattrapée par la maladie".
D'après Patrick Cras, neurologue à l'université d'Anvers, cette questio...

Lire la suite