Belgique : renforcer les soins de santé mentale des personnes âgées ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Santé mentale

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 05/04/2018

A l'heure où l'on évoque la question de l'euthanasie pour "Dépression" et "Fatique de vivre" (Voir Dossier IEB), le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) plaide pour un renforcement des soins de santé mentale des personnes âgées. Nul besoin de créer un réseau spécifique et séparé, comme cela existe pour les enfants et adolescents. Les personnes âgées constituent en effet une catégorie de patients très hétérogène. Leurs soins ne peuvent être organisés sur la seule base de l'âge, puisque certains sont encore en bonne forme, actifs et autonomes.

Si les soins aux aînés peuvent être englobés dans les soins des adultes en général, les problèmes de santé mentale des aînés nécessitent toutefois des connaissances spécifiques, à la frontière entre la psychiatrie et la gériatrie. Il est donc indispensable pour le KCE de sensibiliser tous les soignants aux spécificités de la psycho-gériatrie et de créer une compétence spéciale en psychiatrie de la personne âgée.

Pour identifier les problèmes de santé mentale, le médecin généraliste et autres intervenants à domicile jouent "un rôle de première ligne".

Pour les personnes âgées dont les soins ne peuvent plus être prodigués à domicile, le KCE suggère de prévoir des services hospitaliers de psycho-gériatrie, où collaborent psychiatres, gériatres et neurologues.

Enfin, le KCE insiste sur la nécessité de changer le regard de la société pour mieux lutter contre les stéréotypes liés à l'âge et à la maladie mentale. "Il ne faut jamais oublier que la santé mentale est un aspect clé de la promotion du 'bien vieillir', tout comme le maintien du sens de la vie et du sentiment d'utilité et d'inclusion dans la communauté".


Articles similaires

Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

- Santé mentale

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhai...

Lire la suite

Que les internés dépendent de la Santé publique et non plus de la Justice

- Santé mentale

C'est ce que vient de recommander l'Académie royale de médecine. Le Dr Rudy Verelst, psychiatre-coordinateur au SPF Justice, a déclaré lors du symposium sur l'expertise psychiatrique organisé au sein de l'Académie royale de médecine de Belgique que la santé des détenus est nettement plus mauvaise que la moyenne de la population du pays. Les prisons belges hébergent actuellement 11.202 détenus (chiffres d'août 2014). A peu près 10% d'entre eux - 1.084 personnes - sont des « internés ». Alors qu...

Lire la suite

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

Belgique : euthanasie des personnes atteintes de démence

- Santé mentale

Le 28 octobre 2010, une Proposition de loi relative aux personnes atteintes de démence a été déposée à la Chambre des représentants (Myriam Vanlerberghe, Renaat Landuyt et Maya Detiège). Il s'agit d'une reprise de la proposition 4-676/1 du Sénat.

Les auteurs partent du constat que la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie ne s'applique pas aux personnes atteintes de démence même si elles ont rédigé une déclaration anticipée à un moment ou elles étaient encore capables.

Les auteurs plaide...

Lire la suite