www.rebelpsy.be : appel à signatures en vue de la révision de la loi euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 27/02/2018

Le 28 mai 2018, la loi euthanasie belge « fêtera » son 16ème anniversaire. Aucune évaluation de cette loi ni de sa pratique n'a jamais été faite.  Soulignant l'urgence d'une telle démarche face aux dérives actuelles, Els Van Hoof et Nathalie Muylle, députées CD&V, ont déposé à la Chambre une résolution en ce sens le 7 décembre dernier, rejointes en cela par Valérie Van Peel (N-VA).

En admettant qu'il y ait un jour une véritable volonté politique en ce sens, qui en Belgique pourrait mener une telle étude car il s'agit d'y attacher des experts indépendants sur une période plus ou moins estimée à deux ans

Les députées ne sont pas seules à demander une révision de la loi. Suite aux différents appels lancés par des experts « psys » dans les médias belges depuis 2015 (voir aussi VRT), ils sont aujourd'hui 220 médecins cliniciens et universitaires à réclamer cette révision, principalement afin de mieux encadrer voire d'ôter la possibilité d'euthanasier pour souffrance psychique.

Ils ont rassemblé leurs voix sur la plate-forme internet REBELPSY (Review Belgian Euthanasia Law for Psychic Suffering). Cette plate-forme est ouverte aux citoyens, soignants, professeurs, auxquels s'adresse « un appel à l'ensemble des professionnels de la santé afin d'ouvrir un débat fondamental à propos de l'euthanasie pour cause de souffrance psychique. Maintenant qu'il s'avère que la loi sur l'euthanasie pour seule souffrance psychique permet de tolérer aussi l'intolérable, ils demandent « d'entamer une réflexion éthique en concertation avec tous les acteurs concernés - soignants, patients, familles, proches ».

« Les critères inscrits dans le texte de la loi euthanasie sont à ce point sujet à interprétation, que tout devient possible », soutient An Haekens, médecin en chef de la clinique psychiatrique Alexianen à Tirlemont et initiatrice de la plate-forme. « Pourtant nous prenons conscience d'avoir dépassés certaines limites... Des personnes qui n'auraient pas dû mourir sont mortes ».

À côté de l'interprétation élastique des critères légaux qui a permis l'extension progressive de l'euthanasie aux personnes souffrant de « polypathologie », de démence, aux patients non-terminaux, particulièrement en psychiatrie, l'ineffectivité du contrôle officiel et le manque d'impartialité de la Commission fédérale de contrôle (CFCEE), est également source de débats politiques et de protestations grandissantes au sein du monde médical.

« Il s'agit ici de normalisation, de sacralisation de l'euthanasie », avertit le Professeur Willem Lemmens, éthicien de l'Université d'Anvers. « Elle est propagée comme mort idéale, et la CFCEE est juge et partie à la fois… Toute critique est niée ». An Haekens, elle aussi, s'inquiète de ce que la Commission se trouve présidée par Wim Distelmans, médecin militant pro-euthanasie et membre fondateur d'ULteam, un centre qui accompagne des demandes d'euthanasie également pour souffrance psychique.

Zorgnet-Icuro, un réseau flamand d'hôpitaux généraux et d'établissements actifs dans les soins psychiatriques et gériatriques s'est prononcé lui aussi en faveur d'une révision de la loi euthanasie, ce qui est un « signal extrêmement important », insiste le Dr Haekens.


Articles similaires

Pays-Bas : accroissement de 10% des cas d’euthanasie en 2016

Pays-Bas : accroissement de 10% des cas d’euthanasie en 2016

- Euthanasie et suicide assisté

6091 euthanasies et suicides assistés ont été enregistrés en 2016 aux Pays-Bas. Cela signifie que 4% des personnes décédées (148.973) ont demandé à ce qu'un médecin provoque leur mort ou les y assiste (216 suicides assistés). Comment expliquer cette hausse importante ? Dans le Rapport annuel 2016 des comités régionaux d'examen de l'euthanasie (Regionale Toetsingcommissies Euthanasie, RTE) qui vient d'être publié, les membres desdites commissions ne font que poser des questions. Les médecins dé...

Lire la suite

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

"Je veux l'euthanasie" : pour Kelly, 23 ans et en souffrance psychique, c'est l'alternative au suicide

- Euthanasie et suicide assisté

Cette jeune-femme belge, de Leuven, est en bonne santé physique mais n'arrive plus à supporter la souffrance psychique qui l'envahit. Diagnostiquée comme trouble de la personnalité limite ("borderline"), sa maladie agit comme "un couteau planté dans sa poitrine": "j'ai l'impression d'éclater en morceaux". Elle est décidée à en finir.

Au moment où se prépare le procès de trois médecins de Flandre pour le cas de Tine Nys, voilà que le Dailymail a identifié ce cas douloureux de Kelly et lui donn...

Lire la suite

La Cour d'appel de Londres maintient la législation sur l'euthanasie

La Cour d'appel de Londres maintient la législation sur l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour d'appel de Londres a maintenu la loi interdisant l'euthanasie. L'appel à l'origine de cette décision de justice émane de "deux hommes lourdement handicapés qui réclamaient que les médecins puissent les aider à mourir en tout légalité". Pour les plaignants, la législation ne respecte pas leur droit à la vie privée et familiale garanti par la Convention européenne des droits de l'homme: "on ne leur permettrait pas de choisir l'endroit et la manière de leur mort".
Tout en reconnaissant qu...

Lire la suite