www.rebelpsy.be : appel à signatures en vue de la révision de la loi euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 27/02/2018

Le 28 mai 2018, la loi euthanasie belge « fêtera » son 16ème anniversaire. Aucune évaluation de cette loi ni de sa pratique n'a jamais été faite.  Soulignant l'urgence d'une telle démarche face aux dérives actuelles, Els Van Hoof et Nathalie Muylle, députées CD&V, ont déposé à la Chambre une résolution en ce sens le 7 décembre dernier, rejointes en cela par Valérie Van Peel (N-VA).

En admettant qu'il y ait un jour une véritable volonté politique en ce sens, qui en Belgique pourrait mener une telle étude car il s'agit d'y attacher des experts indépendants sur une période plus ou moins estimée à deux ans

Les députées ne sont pas seules à demander une révision de la loi. Suite aux différents appels lancés par des experts « psys » dans les médias belges depuis 2015 (voir aussi VRT), ils sont aujourd'hui 220 médecins cliniciens et universitaires à réclamer cette révision, principalement afin de mieux encadrer voire d'ôter la possibilité d'euthanasier pour souffrance psychique.

Ils ont rassemblé leurs voix sur la plate-forme internet REBELPSY (Review Belgian Euthanasia Law for Psychic Suffering). Cette plate-forme est ouverte aux citoyens, soignants, professeurs, auxquels s'adresse « un appel à l'ensemble des professionnels de la santé afin d'ouvrir un débat fondamental à propos de l'euthanasie pour cause de souffrance psychique. Maintenant qu'il s'avère que la loi sur l'euthanasie pour seule souffrance psychique permet de tolérer aussi l'intolérable, ils demandent « d'entamer une réflexion éthique en concertation avec tous les acteurs concernés - soignants, patients, familles, proches ».

« Les critères inscrits dans le texte de la loi euthanasie sont à ce point sujet à interprétation, que tout devient possible », soutient An Haekens, médecin en chef de la clinique psychiatrique Alexianen à Tirlemont et initiatrice de la plate-forme. « Pourtant nous prenons conscience d'avoir dépassés certaines limites... Des personnes qui n'auraient pas dû mourir sont mortes ».

À côté de l'interprétation élastique des critères légaux qui a permis l'extension progressive de l'euthanasie aux personnes souffrant de « polypathologie », de démence, aux patients non-terminaux, particulièrement en psychiatrie, l'ineffectivité du contrôle officiel et le manque d'impartialité de la Commission fédérale de contrôle (CFCEE), est également source de débats politiques et de protestations grandissantes au sein du monde médical.

« Il s'agit ici de normalisation, de sacralisation de l'euthanasie », avertit le Professeur Willem Lemmens, éthicien de l'Université d'Anvers. « Elle est propagée comme mort idéale, et la CFCEE est juge et partie à la fois… Toute critique est niée ». An Haekens, elle aussi, s'inquiète de ce que la Commission se trouve présidée par Wim Distelmans, médecin militant pro-euthanasie et membre fondateur d'ULteam, un centre qui accompagne des demandes d'euthanasie également pour souffrance psychique.

Zorgnet-Icuro, un réseau flamand d'hôpitaux généraux et d'établissements actifs dans les soins psychiatriques et gériatriques s'est prononcé lui aussi en faveur d'une révision de la loi euthanasie, ce qui est un « signal extrêmement important », insiste le Dr Haekens.


Articles similaires

Euthanasie : plainte contre la Belgique devant la CEDH

Euthanasie : plainte contre la Belgique devant la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

L'Alliance Defending Freedom (ADF) vient d'annoncer le dépôt d'une requête dirigée contre la Belgique devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme par Tom MORTIER, dont la mère est décédée suite à une euthanasie pratiquée par le Docteur DISTELMANS, au motif que cette patiente souffrait d'une « dépression incurable ». Son fils n'en fut avisé que le lendemain du décès au terme d'une conversation téléphonique reçue de la part de l'hôpital.
Monsieur MORTIER se plaint de la violation des article...

Lire la suite

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

Suggestion de deux bioéthiciens pour l’accès à l’euthanasie des dépressifs "incurables"

- Euthanasie et suicide assisté

Alors qu'une proposition de loi vient d'être déposée en Belgique visant à favoriser l'accès à l'euthanasie pour les patients incapables d'exprimer leur volonté, inconscients ou atteints d'une affection cérébrale non congénitale, à un stade avancé tel qu'ils l'ont mentionné dans leur déclaration anticipée, les scientifiques canadiens et néerlandais Schuklenk et van de Vathorst prônent dans le Journal of Medical Ethics l'autorisation de l'euthanasie pour les patients dépressifs "incurables".
Sel...

Lire la suite

15 ans d’euthanasie aux Pays-Bas, et une pratique en hausse constante

15 ans d’euthanasie aux Pays-Bas, et une pratique en hausse constante

- Euthanasie et suicide assisté

6.585 déclarations officielles d'euthanasies aux Pays-Bas pour l'année 2017, ce qui représente 4,4 % des décès sur l'année écoulée.

Avec près de 500 personnes euthanasiées en plus qu'en 2016, la pratique est en hausse constante.  Le Dr Jacob Kohnstamm, président des Commission régionales d'évaluation de l'euthanasie (« RTE »), parle « d'accoutumance ».

À l'en croire, la pratique d'euthanasie demeure « remarquablement consciencieuse », les médecins respectant pour la majorité scrupuleusement...

Lire la suite