Uruguay : une proposition de loi pour légaliser l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 03/06/2020

Auteur / Source : elpais.com.uy (21/3/2020)

Le 11 mars 2020, cinq députés uruguayens ont déposé une proposition de loi pour dépénaliser l'euthanasie et le suicide assisté. Le texte prévoit que ne pourra être poursuivi pénalement le médecin qui provoquera la mort ou assistera dans son suicide une personne adulte, “capable psychologiquement”, “atteint d'une maladie terminale, irréversible et incurable ou endurant des souffrances insupportables”. Ces critères, sujets à interprétation, ne sont assortis d'aucune définition ou autre précision. On en déduit que le fait d'endurer des souffrances insupportables pourrait suffire, une fois respectées les conditions de forme, pour obtenir l'euthanasie.

 

Le médecin doit s'assurer de la volonté libre du patient à être euthanasié, et “l'informer des possibilités thérapeutiques et palliatives disponibles”, sans pour autant que la curabilité de la maladie ne constitue un obstacle à l'euthanasie. L'avis d'un deuxième médecin est requis sans être contraignant. Une deuxième visite médicale est nécessaire pour s'assurer de la volonté persistante du patient de mourir, au minimum 15 jours après la première visite. Après un deuxième temps d'attente de minimum 3 jours, le patient peut poser sa demande par écrit et le médecin peut provoquer sa mort. Théoriquement, le temps écoulé entre la première demande d'euthanasie et la mort du patient pourrait donc se limiter à 18 jours.

La proposition de loi prévoit un contrôle à posteriori de la procédure d'euthanasie par la Commission de Bioéthique. Elle ne fixe aucune sanction spécifique, laissant la Commission soumettre les cas suspects au Procureur qui décidera lui-même du sort qu'il réserve à ces cas.

Aucune clause de conscience n'est prévue dans le chef du médecin ni du personnel médical. Selon le député porteur de la proposition, Ope Pasquet, la liberté du médecin de refuser de pratiquer une euthanasie serait implicite.

 

Pour justifier la mesure, les députés argumentent que l'euthanasie se pratique déjà en Uruguay, dans la clandestinité, et qu'il faut donc protéger les médecins des poursuites pénales qu'ils risquent en “accédant à la volonté de leurs patients de mourir”. La question a surgi suite à l'appel médiatisé de Fernando Sureda, une personnalité connue en Uruguay pour sa gérance de l'Association de Football. Celui-ci est atteint d'un sclérose latérale amyotrophique et souhaite obtenir l'euthanasie avant que son état ne se dégrade davantage. Le débat souffre par ailleurs d'une confusion entre les soins palliatifs et l'euthanasie, entretenue notamment par le neurologue Frederico Preve à propos de la sédation palliative qu'il qualifie de “zone grise” entre le soulagement de la souffrance et le fait de hâter la mort. Une allégation à laquelle a fermement réagi Adriana Della Valle, présidente de la Société des Soins Palliatifs en Uruguay : “Il n'y a rien de gris (...). “L'intention de l'euthanasie est de tuer”, alors que la sédation palliative vise à “soulager la souffrance jusqu'à ce que la fin arrive”. Pour cette médecin, l'alternative à la proposition de loi est d'allouer davantage de ressources pour combler le manque de soins palliatifs. En effet, actuellement, seule une personne sur deux en Uruguay a accès aux soins palliatifs.


Articles similaires

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

Des patients anorexiques euthanasiés ? Un ministre réclame plus de transparence

- Euthanasie et suicide assisté

Catherine Fonck (cdH) a posé une question à Madame Laurette Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. La ministre cdH s'inquiétait d'avoir appris par voie de presse qu'une euthanasie aurait été pratiquée sur une personne qui souffrait d'anorexie. Elle s'étonnait car l'anorexie n'est pas une maladie incurable, et la situation médicale de cette personne n'était donc pas sans issue. Madame Onkelinx a répondu qu'elle ne disposait que des données communiquées dans les rappor...

Lire la suite

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

- Euthanasie et suicide assisté

François (89 ans) et Anne (86 ans) demandent à être euthanasiés ensemble. Non, ils ne souffrent pas. Oui, ils ont différents maux dus à la vieillesse. « Ma femme et moi sommes vieux. De jour en jour notre santé se détériore et notre qualité de vie diminue. Il n'y aura plus d'amélioration possible. » Et François de s'exclamer : « Nous avons eu une belle vie, donnez-nous une belle mort. Car en fait, à notre âge, qu'est-ce que la vie peut encore nous offrir ?»
En fait, François et Anne expliquent...

Lire la suite

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite