Une étude révèle les « échecs d’inconscience » au moment de l’euthanasie

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Une étude récente montre qu'on ne meurt pas toujours sans expérimenter la souffrance, dans une euthanasie ou un suicide-assisté : dans une part non négligeable de cas, la personne n'est pas réellement inconsciente au moment de l'injection du relaxant musculaire.

Les auteurs, professeurs dans différentes universités du monde, relèvent trois méthodes généralement suivies en Europe et aux Etats-Unis dans le cadre d'un suicide-assisté, d'une euthanasie ou d'une peine capitale.

Selon les chercheurs, « dans toutes ces techniques, il reste un problème scientifique de savoir si le patient est inconscient au moment de sa mort ou non. »  C'est l'expérience d'exécutions aux Etats-Unis qui a permis de mettre cette question en lumière. En effet, il arrive que des personnes restent conscientes mais du fait de la paralysie provoquée, elles sont incapables de manifester leur douleur.

La littérature relative à la peine capitale américaine indique que, bien que les substances utilisées soient semblables à celles utilisées pour l'anesthésie clinique, elles ne peuvent atteindre l'exigence d'inconscience au moment de la mort : l'« échec d'inconscience » est environ 190 fois supérieur quand on a l'intention de provoquer la mort de la personne, que dans les situations où l'on vise le réveil de la personne après l'opération.

L'arrêt cardio-pulmonaire survient, pour les deux tiers des cas, dans les 90 minutes, mais peut survenir jusqu'à 30h après l'administration du relaxant musculaire. D'autres complications sont la difficulté d'avaler la dose prescrite (9%), les vomissements en réaction à aux substances ingérées (jusqu'à 10%), la sortie du coma (2%). Il y a parfois des difficultés liées à l'accès par intraveineuse (3%), ou au prolongement du temps de la mort (jusqu'à 7 jours dans 4% des cas).

Ces chercheurs ont la volonté de définir une méthode plus « optimale » pour assurer l'inconscience au moment de la mort provoquée. Ils vont même jusqu'à en donner la recette. 

Source : « Legal and ethical implications of defining an optimum means of achieving unconsciousness in assisted dying », Anaesthesia 2019.


Articles similaires

Euthanasie : une étude donnerait-elle des statistiques de transgressions de la loi ?

Euthanasie : une étude donnerait-elle des statistiques de transgressions de la loi ?

- Euthanasie et suicide assisté

Des chercheurs de la Vrije Universiteit Brussel et de l'Université de Gand ont réalisé une enquête sur les attitudes et la pratique concernant l'euthanasie auprès d'un échantillon de 480 médecins de Flandre et 305 médecins de Wallonie.

Cette étude vient de confirmer que le corps médical en Flandre est plus ouvert à l'euthanasie que son alter ego en Wallonie. En effet, les médecins flamands sont plus souvent confrontés à des demandes d'euthanasie que leurs collègues wallons et accèdent aussi p...

Lire la suite

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

- Euthanasie et suicide assisté

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipé...

Lire la suite

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 5 octobre 2012, deux propositions de loi relativesà l'euthanasie ont été déposées par Mme Marleen Temmerman et M. Guy Swennen. La première (doc 5-1799/1) vise à rendre illimitée la durée de validité de la déclaration anticipée par laquelle les patients indiquent par écrit leur volonté qu'il soit procédé à une euthanasie lorsque certaines conditions sont réunies. Actuellement, cette déclaration doit être confirmée par le patient tous les 5 ans afin de conjurer le risque qu'elle soit rédigée ...

Lire la suite