Un prisonnier réaffirme sa demande d'euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/12/2013

La procédure en référé que l'interné Frank Van Den Bleeken a engagée contre la ministre de la Justice Annemie Turtelboom sera remise, devant le tribunal de première instance de Bruxelles, au 6 janvier prochain. Le juge des référés doit en effet attendre que la cour d'appel rende sa décision concernant la recevabilité de l'appel interjeté par la ministre de la Justice contre un jugement intermédiaire dans cette affaire, a indiqué le conseil de Frank Van Den Bleeken.
Ce dernier, qui aura bientôt 50 ans, se trouve en prison depuis près de 30 ans pour plusieurs viols, dont un qui s'est terminé par le meurtre de sa victime. Il estime que, s'il sort de prison, il récidivera, n'ayant, selon lui, pas reçu de soins adaptés en Belgique.
L'homme a demandé l'euthanasie il y a trois ans, évoquant une souffrance psychique insupportable, mais la Commission fédérale relative à l'euthanasie lui a répondu qu'elle n'examinerait cette demande que lorsque toutes les possibilités thérapeutiques seraient épuisées. Procédure inhabituelle de soumettre un cas préalablement au jugement de la Commission.
L'homme a ensuite demandé à pouvoir être transféré aux Pays-Bas dans une clinique néerlandaise spécialisée où il pourrait bénéficier de soins adaptés mais la Commission de défense sociale de Bruxelles, dépendant du ministère de la Justice, et son instance d'appel ont refusé un tel transfert, argumentant que la loi belge ne permettait pas d'extrader à l'étranger des internés. Frank Van Den Bleeken a en conséquence décidé de citer en référé Annemie Turtelboom.
Le juge des référés a décidé de demander des devoirs complémentaires dans ce dossier, constatant que d'autres internés étrangers ont déjà été accueillis dans l'institution néerlandaise en question. Il souhaite savoir si la ministre de la Justice avait déjà étudié la possibilité d'un tel transfert pour Frank Van Den Bleeken, et a en outre demandé à consulter le dossier d'internement ainsi que les rapports psychiatrique et psychosocial.
La ministre de la Justice a interjeté appel de ce jugement intermédiaire. La cour décide ce 24 décembre s'il est recevable ou non.


Articles similaires

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Euthanasies aux Pays-Bas

Euthanasies aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

Au début de la dépénalisation de l'euthanasie (2001), le nombre annuel moyen d'actes d'euthanasie tournait autour des 2.000 cas. Resté à peu près stable jusqu'en 2007, ce nombre a ensuite progressé d'environ 10 % par an. Nouveau bond en 2010 : avec 19 % d'euthanasies de plus que l'année précédente, on en comptait 3.136 au total, et la tendance s'est confirmée en 2011, ainsi que sur les premiers mois de 2012.
Ces chiffres sont contestés par l'un des membres siégeant dans l'une des 5 commissions...

Lire la suite

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

Luxembourg : polémique autour des déclarations anticipées d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une question parlementaire récente, la députée luxembourgeoise LSAP Claudia Dall'Agnol a interrogé la ministre de la santé sur la validité des déclarations anticipées d'euthanasie déposées au Luxembourg. En effet, la loi prévoit qu'une personne a la possibilité de consigner par écrit, dans des dispositions de fin de vie, les conditions dans lesquelles elle désire subir une euthanasie, lorsqu'elle est atteinte d'une affection accidentelle ou pathologique incurable et qu'elle se trouve dans...

Lire la suite