Trois jours après le décès de sa femme, il se fait euthanasier

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 18/12/2014

Un quinquagénaire flamand a choisi de se faire euthanasier trois jours après le décès de son épouse.
Selon Het Belang van Limburg, Sonja, son épouse de 54 ans habitant à Diepenbeek dans le Limbourg, avait appris qu'elle souffrait d'un cancer du poumon très avancé en mai dernier. Peu de temps après, les médecins ont diagnostiqué la même maladie à son mari Jean-Paul (58 ans).
Lorsque les cancérologues ont annoncé que Sonja n'avait plus que trois semaines à vivre, Jean-Paul, qui se savait également condamné, a pris la décision de demander l'euthanasie. Trois jours après le décès de sa femme, Jean-Paul a en effet été euthanasié.


 


Articles similaires

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

A peine un an après la promulgation de la loi dépénalisant l'euthanasie des mineurs, s'exprime maintenant la volonté d'aller plus loin. Conférences, symposiums et articles de presse traduisent la volonté de certains médecins d'étendre le champ d'application de l'euthanasie aux personnes démentes (lien vers VUB-Gent) mais aussi aux nouveau-nés prématurés et/ou porteurs d'un handicap, et pour lesquels l'équipe médicale jugerait que la « qualité de vie » pose question. (Symposium International d'...

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

L'assemblée générale de l'association suisse Exit s'est prononcée en faveur d'une extension de l'aide médicale au suicide pour les "personnes souffrant de polypathologies liées à l'âge". Exit ADMD Suisse romande s'était déjà déclarée favorable à une telle proposition le 26 avril dernier.
Jusqu'à aujourd'hui, "les deux associations proposaient l'aide au suicide pour les personnes atteintes d'une maladie incurable ou en phase terminale". Elles veulent donc aujourd'hui l'étendre aux personnes qui...

Lire la suite