Tom Mortier porte plainte contre un médecin suite à l’euthanasie qui a tué sa maman.

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/04/2014

Le fils d'une femme souffrant d'une dépression chronique a porté plainte mardi au parquet de Bruxelles contre le praticien Wim Distelmans, qui a procédé à l'euthanasie de sa mère. Tom Mortier avait déjà amené l'affaire devant l'Ordre des Médecins en février dernier. "De sérieux indices prouvent que la loi n'a pas été correctement appliquée dans le traitement de la demande d'euthanasie de la patiente", déclare mercredi l'avocat du plaignant. Une démarche qui permettra de lever le doute qui plane sur cette affaire, estime l'UZ Brussel. La plainte concerne le professeur Wim Distelmans, président de la commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique. C'est la première fois que le médecin favorable à l'euthanasie est l'objet d'une plainte.  Source : La Libre

 


 


Articles similaires

« Suis-je un tueur en série légal ? » Témoignage d’un médecin belge

« Suis-je un tueur en série légal ? » Témoignage d’un médecin belge

- Euthanasie et suicide assisté

Le Dr N. a été amené en un peu moins d'un mois à pratiquer 4 euthanasies. « Suis-je un tueur en série légal ? » est le titre de l'article paru dans le Journal du Médecin du 18/12/2012, qui a relayé son appel adressé à la rédaction. Le médecin se dit bouleversé et fragilisé. Ce à quoi certaines associations pro-euthanasie entendent répondre en proposant des formations aux médecins afin qu'ils soient « mieux armés face à des demandes d'euthanasie ». De plus, le Dr N. préférerait travailler en mé...

Lire la suite

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

Euthanasie : l’illégalité justifiée aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, M. Heringa a aidé sa mère de 99 ans à mettre fin à ses jours en lui procurant certains médicaments, après qu'un médecin eût refusé de pratiquer l'euthanasie.
Le Tribunal reconnaît qu'Albert Heringa "a délibérément choisi de ne pas respecter la loi", mais comme il « est convaincu qu'il a agi par amour pour sa mère, il ne sera pas puni". Alors que le parquet avait requis une peine de 3 mois de prison avec sursis, au lieu des 3 ans encourus, le tribunal a décidé de l'acquitter.
Le droit ...

Lire la suite

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

Cri d'alarme des médecins face à la suppression d'un garde-fou de la loi sur le suicide assisté en Oregon

- Euthanasie et suicide assisté

L'Oregon fut le premier État américain à adopter en 1997, une loi sur l'aide au suicide. Dans les débats autour de la loi, le délai de 15 jours de réflexion était présenté comme un garde-fou essentiel pour garantir le caractère volontaire et réfléchi de la demande de suicide. 22 ans plus tard, il n'est plus question de cette balise pour les patients dont le pronostic vital ne dépasse pas 15 jours. En pratique, ces patients pourraient soumettre le même jour les deux demandes orales et la demand...

Lire la suite