Suicide et euthanasie ne méritent-ils pas le même effort de prévention ?

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Depuis août 2019, les citoyens du New-Jersey peuvent demander le suicide assisté lorsqu'ils souffrent d'une maladie réduisant leur espérance de vie à moins de 6 mois. Dans un article du National Review, l'écrivain et juriste Wesley J. Smith met cette législation en perspective avec les milliers de suicides que d'aucuns prédisent suite à la crise globale liée au Coronavirus (isolement, perte d'emploi, deuils,...).

 

Une étude du Well Being Trust et de l'American Academy of Family Physicians estime en effet que les “morts par désespoir” aux Etats-Unis suite à la crise du Coronavirus pourraient atteindre 150 000 personnes dans la prochaine décennie, soit la moitié de plus qu'en temps normal. “Nous voyons des signes très troublants à travers le pays”, confie Elinore McCance-Katz, du Département de la Santé. L'isolement et l'incertitude par rapport au futur mènent déjà à “davantage d'abus de drogues, plus d'overdoses, plus de violence domestique et de maltraitance infantile.” Les autorités du New-Jersey dont le gouverneur Phil Murphy se disent “préoccupées par les problèmes de santé mentale” qui découlent du confinement.

 

Le parallèle opéré par Wesley Smith est révélateur de la contradiction qui existe dans les pays autorisant d'un côté le suicide assisté (ou l'euthanasie) dans certains cas, et l'effort de ces mêmes pays pour prévenir le suicide dans d'autres cas : “Si quelqu'un est désespéré parce qu'il a tout perdu lorsque sa profession s'est effondrée ou qu'un proche est mort du COVID-19, il ne devrait pas avoir accès au suicide assisté. Mais s'il désespère parce qu'il est atteint du COVID-19 en phase terminale, il devrait non seulement pouvoir se suicider, mais aussi y être assisté par un médecin en vertu d'une loi signée par le Gouverneur Murphy”, s'offusque l'auteur. Celui-ci appelle instamment à consacrer le même degré de prévention au suicide à tous ceux qui se trouvent affectés par la pandémie. La dichotomie qu'opère la loi entre ceux qui ont accès au suicide et ceux qu'il faudrait sauver du suicide, “détruit la valeur de la vie humaine”.


Articles similaires

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

“Ma mère a été euthanasiée et je n’en ai rien su!”

- Euthanasie et suicide assisté

Tom Mortier a 36 ans. Il est professeur de chimie à la Katholieke Hogeschool Leuven.
C'est un cri de révolte qu'il adresse à l'équipe Ulteam de l'UZ Brussel à Jette. « Oui, ma mère était dépressive et avait des crises d'hystérie qui nécessitaient une médication.» Lieve De Troyer, sa maman, a été euthanasiée à 64 ans. Les médecins ont jugé, qu'elle faisait cela en toute liberté, qu'elle souffrait d'une souffrance psychique inapaisable et qu'ils avaient à respecter sa volonté de ne pas vouloir e...

Lire la suite

Euthanasie en duo

Euthanasie en duo

- Euthanasie et suicide assisté

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l'un ne survive à l'autre - et alors que, pour l'un comme pour l'autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l'aggravation de leur agonie. « Ils ...

Lire la suite

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

Malaise chez les médecins par rapport à l’euthanasie pour souffrance psychique

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête réalisée par MediQuality, une communauté médicale digitale pour le Benelux, a sondé les médecins pour savoir ce qu'ils pensaient de l'euthanasie en cas de souffrances psychiques et de démence. Sans doute encore secoués par l'affaire Tine Nys, une nette majorité d'entre eux (78%) estime qu'il faut évaluer et/ou adapter la loi sur l'euthanasie en ce qui concerne la souffrance psychique insupportable.

Ce sont 737 médecins qui ont librement répondu aux « questions éthiques en milieu m...

Lire la suite