Suicide et euthanasie ne méritent-ils pas le même effort de prévention ?

Auteur / Source : nj.com ; National Review ; ustoday.com Publié le : 20/05/2020 Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 4 min.

 Imprimer

Depuis août 2019, les citoyens du New-Jersey peuvent demander le suicide assisté lorsqu'ils souffrent d'une maladie réduisant leur espérance de vie à moins de 6 mois. Dans un article du National Review, l'écrivain et juriste Wesley J. Smith met cette législation en perspective avec les milliers de suicides que d'aucuns prédisent suite à la crise globale liée au Coronavirus (isolement, perte d'emploi, deuils,...).

 

Une étude du Well Being Trust et de l'American Academy of Family Physicians estime en effet que les “morts par désespoir” aux Etats-Unis suite à la crise du Coronavirus pourraient atteindre 150 000 personnes dans la prochaine décennie, soit la moitié de plus qu'en temps normal. “Nous voyons des signes très troublants à travers le pays”, confie Elinore McCance-Katz, du Département de la Santé. L'isolement et l'incertitude par rapport au futur mènent déjà à “davantage d'abus de drogues, plus d'overdoses, plus de violence domestique et de maltraitance infantile.” Les autorités du New-Jersey dont le gouverneur Phil Murphy se disent “préoccupées par les problèmes de santé mentale” qui découlent du confinement.

 

Le parallèle opéré par Wesley Smith est révélateur de la contradiction qui existe dans les pays autorisant d'un côté le suicide assisté (ou l'euthanasie) dans certains cas, et l'effort de ces mêmes pays pour prévenir le suicide dans d'autres cas : “Si quelqu'un est désespéré parce qu'il a tout perdu lorsque sa profession s'est effondrée ou qu'un proche est mort du COVID-19, il ne devrait pas avoir accès au suicide assisté. Mais s'il désespère parce qu'il est atteint du COVID-19 en phase terminale, il devrait non seulement pouvoir se suicider, mais aussi y être assisté par un médecin en vertu d'une loi signée par le Gouverneur Murphy”, s'offusque l'auteur. Celui-ci appelle instamment à consacrer le même degré de prévention au suicide à tous ceux qui se trouvent affectés par la pandémie. La dichotomie qu'opère la loi entre ceux qui ont accès au suicide et ceux qu'il faudrait sauver du suicide, “détruit la valeur de la vie humaine”.


Articles similaires

Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années

Luxembourg : 15 cas d'euthanasie ces 2 dernières années

- Euthanasie et suicide assisté

Le 16 mars 2009, le Luxembourg a été le 3ème pays à dépénaliser l'euthanasie. La Commission nationale de contrôle de l'euthanasie vient de publier son 3ème rapport. En 2013 et 2014, 15 personnes ont été euthanasiées. Le rapport précise également que, sur les 15 euthanasies, 11 d'entre elles ont été pratiquées à l'hôpital, 1 au domicile du patient et 3 dans un établissement de soins pour personnes âgées. 11 des personnes concernées souffraient d'un cancer, 3 d'une maladie neuro-dégénérative et ...

Lire la suite

NEW ! Flash Expert : euthanasie des personnes atteintes de démence

NEW ! Flash Expert : euthanasie des personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Une pétition a été lancée en mai 2019 par le forum LEIF (LevensEinde InformatieForum), pour demander au législateur d'autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de « démence et de toute autre forme d'incapacité progressive et irréversible ». L'euthanasie serait obtenue sur base d'une directive anticipée, rédigée par la personne au moment où elle est encore capable de discernement.

L'Institut Européen de Bioéthique propose dans ce Flash Expert, une réflexion à propos des arguments avancés.

Lire la suite

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

Il faut libérer la Commission euthanasie de l’emprise politique et idéologique dit Pr. Vanopdenbosch

- Euthanasie et suicide assisté

C'est un appel à réformer la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie (CFCEE), qu'a lancé le Docteur Vanopdenbosch le 29 avril dernier. Invité à intervenir au cours de la journée d'étude « Euthanasie réussie ? Une évaluation critique de la loi et de la commission euthanasie » organisée à la KULeuven, l'ancien membre de la Commission, qui a remis sa démission en février 2018, est revenu sur les motivations de son départ. L'Institut Européen de Bioéthique en livre les poin...

Lire la suite