Suicide et euthanasie ne méritent-ils pas le même effort de prévention ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 20/05/2020

Auteur / Source : nj.com ; National Review ; ustoday.com

Depuis août 2019, les citoyens du New-Jersey peuvent demander le suicide assisté lorsqu'ils souffrent d'une maladie réduisant leur espérance de vie à moins de 6 mois. Dans un article du National Review, l'écrivain et juriste Wesley J. Smith met cette législation en perspective avec les milliers de suicides que d'aucuns prédisent suite à la crise globale liée au Coronavirus (isolement, perte d'emploi, deuils,...).

 

Une étude du Well Being Trust et de l'American Academy of Family Physicians estime en effet que les “morts par désespoir” aux Etats-Unis suite à la crise du Coronavirus pourraient atteindre 150 000 personnes dans la prochaine décennie, soit la moitié de plus qu'en temps normal. “Nous voyons des signes très troublants à travers le pays”, confie Elinore McCance-Katz, du Département de la Santé. L'isolement et l'incertitude par rapport au futur mènent déjà à “davantage d'abus de drogues, plus d'overdoses, plus de violence domestique et de maltraitance infantile.” Les autorités du New-Jersey dont le gouverneur Phil Murphy se disent “préoccupées par les problèmes de santé mentale” qui découlent du confinement.

 

Le parallèle opéré par Wesley Smith est révélateur de la contradiction qui existe dans les pays autorisant d'un côté le suicide assisté (ou l'euthanasie) dans certains cas, et l'effort de ces mêmes pays pour prévenir le suicide dans d'autres cas : “Si quelqu'un est désespéré parce qu'il a tout perdu lorsque sa profession s'est effondrée ou qu'un proche est mort du COVID-19, il ne devrait pas avoir accès au suicide assisté. Mais s'il désespère parce qu'il est atteint du COVID-19 en phase terminale, il devrait non seulement pouvoir se suicider, mais aussi y être assisté par un médecin en vertu d'une loi signée par le Gouverneur Murphy”, s'offusque l'auteur. Celui-ci appelle instamment à consacrer le même degré de prévention au suicide à tous ceux qui se trouvent affectés par la pandémie. La dichotomie qu'opère la loi entre ceux qui ont accès au suicide et ceux qu'il faudrait sauver du suicide, “détruit la valeur de la vie humaine”.


Articles similaires

Euthanasie voor minderjarigen   in België

Euthanasie voor minderjarigen in België

- Euthanasie et suicide assisté

NIEUW ! DOSSIER in het Nederlands !

Een jaar geleden werd de wet "tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie, teneinde de euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken" uitgevaardigd. België werd daarmee het eerste en enige land ter wereld waar euthanasie voor minderjarigen zonder enige leeftijdsvoorwaarde is toegestaan.
Sommigen waren bijzonder trots op de goedkeuring van het wetsontwerp. Zij roemden de "pioniersrol" die België speelde door een wettelijk kader te s...

Lire la suite

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

L’euthanasie des personnes démentes : la militance redouble en période électorale

- Euthanasie et suicide assisté

En cette période électorale où s'alignent les programmes pour la prochaine législature, les militants pro euthanasie font pression pour autoriser l'euthanasie des personnes démentes.

Une pétition a déjà recueilli plus de 45.000 signatures d'après le Levens Einde Informatie Forum (LEIF) où elle est hébergée. Le Prof. et président de la Commission de contrôle de l'euthanasie Wim Distelmans avec 139 autres militants l'ont lancée le 7 mai dernier. Ils plaident pour que les personnes se trouvant à...

Lire la suite

Portugal : la loi sur l'euthanasie déclarée inconstitutionnelle

Portugal : la loi sur l'euthanasie déclarée inconstitutionnelle

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un arrêt rendu ce lundi 15 mars, le Tribunal constitutionnel portugais juge la loi sur l'euthanasie contraire à la Constitution.

Quelques jours après l'adoption de la proposition de loi par le Parlement portugais le 29 janvier 2021, le Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa a saisi la juridiction suprême du Portugal pour qu'elle examine la conformité de la loi à la constitution. Le Président pointait en particulier le manque de précision des conditions d'accès à la mort médi...

Lire la suite