Suicide et euthanasie ne méritent-ils pas le même effort de prévention ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 20/05/2020

Auteur / Source : nj.com ; National Review ; ustoday.com

Depuis août 2019, les citoyens du New-Jersey peuvent demander le suicide assisté lorsqu'ils souffrent d'une maladie réduisant leur espérance de vie à moins de 6 mois. Dans un article du National Review, l'écrivain et juriste Wesley J. Smith met cette législation en perspective avec les milliers de suicides que d'aucuns prédisent suite à la crise globale liée au Coronavirus (isolement, perte d'emploi, deuils,...).

 

Une étude du Well Being Trust et de l'American Academy of Family Physicians estime en effet que les “morts par désespoir” aux Etats-Unis suite à la crise du Coronavirus pourraient atteindre 150 000 personnes dans la prochaine décennie, soit la moitié de plus qu'en temps normal. “Nous voyons des signes très troublants à travers le pays”, confie Elinore McCance-Katz, du Département de la Santé. L'isolement et l'incertitude par rapport au futur mènent déjà à “davantage d'abus de drogues, plus d'overdoses, plus de violence domestique et de maltraitance infantile.” Les autorités du New-Jersey dont le gouverneur Phil Murphy se disent “préoccupées par les problèmes de santé mentale” qui découlent du confinement.

 

Le parallèle opéré par Wesley Smith est révélateur de la contradiction qui existe dans les pays autorisant d'un côté le suicide assisté (ou l'euthanasie) dans certains cas, et l'effort de ces mêmes pays pour prévenir le suicide dans d'autres cas : “Si quelqu'un est désespéré parce qu'il a tout perdu lorsque sa profession s'est effondrée ou qu'un proche est mort du COVID-19, il ne devrait pas avoir accès au suicide assisté. Mais s'il désespère parce qu'il est atteint du COVID-19 en phase terminale, il devrait non seulement pouvoir se suicider, mais aussi y être assisté par un médecin en vertu d'une loi signée par le Gouverneur Murphy”, s'offusque l'auteur. Celui-ci appelle instamment à consacrer le même degré de prévention au suicide à tous ceux qui se trouvent affectés par la pandémie. La dichotomie qu'opère la loi entre ceux qui ont accès au suicide et ceux qu'il faudrait sauver du suicide, “détruit la valeur de la vie humaine”.


Articles similaires

Euthanasie des enfants : document d'enregistrement adapté

Euthanasie des enfants : document d'enregistrement adapté

- Euthanasie et suicide assisté

Faisant suite à l'élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie aux mineurs non émancipés, la Commission de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie vient de publier un document spécial pour l'enregistrement des euthanasies pratiquées sur les mineurs non émancipés. Ce document diffère bien sûr de celui utilisé pour les adultes, puisque doit y figurer notamment le nom du pédopsychiatre ou psychologue devant être obligatoirement consulté. Celui-ci aura à attester que le mineur demandant à êt...

Lire la suite

Recordaantal wilsverklaringen euthanasie in 2013

Recordaantal wilsverklaringen euthanasie in 2013

- Euthanasie et suicide assisté

In België zijn vorig jaar 20.414 wilsverklaringen voor euthanasie geregistreerd. Dat is een record en een stijging van 60 procent in vergelijking met de 12.728 registraties van 2012. Dat blijkt uit gegevens van de federale overheidsdienst (FOD) Volksgezondheid.

Didactische Fiche: "Wilsverklaring inzake euthanasie"

Lire la suite

Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

- Euthanasie et suicide assisté

Voici la Ministre de la santé du Québec, le Dr Barette, sous le feu d'un tir groupé venant de la Commission sur les soins de fin de vie, du Comité national d'éthique pour le vieillissement, le Réseau Québecois en soins palliatifs et de fin de vie, et enfin, de l'Association québécoise de soins palliatifs.

Leurs porte-parole tirent tous la sonnette d'alarme : par manque de médecins formés en soins palliatifs et manque de places dans les services de soins palliatifs, les patients n'auraient d'a...

Lire la suite