Suicide assisté dans le Victoria : dix fois plus de cas que prévu pour la première année

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 23/09/2020

Auteur / Source : C. du Bus (IEB)

Entre juin 2019 et juin 2020, 124 personnes sont décédées d'un suicide assisté dans l'État australien du Victoria. C'est ce que révèle le rapport du comité chargé de veiller à l'application de la nouvelle loi sur le suicide assisté, le ‘Voluntary Assisted Dying Review Board'. Les estimations avant l'adoption de la loi n'avaient pourtant prédit qu'une douzaine de cas pour cette première année.  

Selon le rapport du ministère de la santé, les demandes de suicide assisté déclarées « éligibles » ont augmenté de 50% par rapport aux six premiers mois. Outre les patients déjà suicidés, 107 autres personnes ont reçu le permis nécessaire et se sont fait remettre chez eux la dose mortelle pour le jour où ils souhaitent passer à l'acte. C'est le secrétaire d'État à la santé ou son représentant qui délivrent les permis de suicide assisté après un contrôle administratif des informations transmises par le médecin. Le médecin s'attache quant à lui à vérifier les conditions plus substantielles (maladie incurable, phase terminale, souffrance insupportable). 

Selon la loi du Victoria, seules les personnes ayant une espérance de vie inférieure à 6 mois (ou à 1 an en cas de maladie neurodégénérative) peuvent obtenir l'assistance au suicide. 78% des patients étaient atteints d'un cancer, et 15% d'une maladie neurodégénérative. On sait les douleurs que peuvent endurer les personnes atteintes d'un cancer en phase terminale, si elles ne sont pas soulagées par des soins palliatifs. Pourtant, le rapport révèle que seuls 3% des médecins qui assistent ces suicides sont formés aux soins palliatifs. Ce constat fait écho à l'intervention remarquable de Liz Car devant le parlement victorien en 2017, lors des débats sur la légalisation du suicide assisté. Cette comédienne britannique porte un lourd handicap et milite internationalement en faveur des droits personnes handicapées. “Les malades, disait-elle, les personnes handicapées, les personnes âgées pour le moment ne reçoivent pas ce dont elles ont besoin : sur le plan des ressources, de la santé, de la douleur, du contrôle de la douleur, des soins palliatifs. (…) Nous devons d'abord nous assurer que tout ceci fonctionne [ndlr : avant de réfléchir au suicide assisté]


Articles similaires

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

Suisse : toujours plus d'assouplissement des conditions d'accès au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

L'assemblée générale de l'association suisse Exit s'est prononcée en faveur d'une extension de l'aide médicale au suicide pour les "personnes souffrant de polypathologies liées à l'âge". Exit ADMD Suisse romande s'était déjà déclarée favorable à une telle proposition le 26 avril dernier.
Jusqu'à aujourd'hui, "les deux associations proposaient l'aide au suicide pour les personnes atteintes d'une maladie incurable ou en phase terminale". Elles veulent donc aujourd'hui l'étendre aux personnes qui...

Lire la suite

Suisse : le suicide assisté imposé dans les homes

Suisse : le suicide assisté imposé dans les homes

- Euthanasie et suicide assisté

Le Grand Conseil du Canton de Neuchâtel a voté le 4 novembre dernier, par 80 voix contre 16, une modification de la loi imposant aux homes bénéficiant de subventions publiques d'offrir la possibilité de fournir une aide au suicide aux résidents qui en feront la demande. Arguant que « la liberté de choix des patients ou des résidents ne peut être réduite et l'emporte sur le règlement des EMS et des homes », la loi prévoit désormais que les institutions concernées devront mettre un local à dispo...

Lire la suite

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, une citoyenne hollandaise de 99 ans, aveugle et fatiguée de vivre, jugeait sa souffrance trop importante et sans espoir d'amélioration. Son médecin traitant ayant refusé de l'euthanasier, elle a décidé de faire appel à son fils. Celui-ci, Albert Heringa, qui n'est pas médecin, a franchi le pas en aidant sa mère à se suicider, en marge des conditions légales fixées par la loi relative à l'euthanasie.
Condamné en 2013 pour suicide assisté sur la personne de sa maman, Albert Heringa est ...

Lire la suite