"Soulager mais pas tuer" : l'Assemblée nationale française n'adopte pas la proposition de loi sur l'euthanasie

Auteur / Source : Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Le 8 avril dernier, les députés français ont débattu d'une proposition de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. Déposée par un groupe parlementaire d'opposition (Libertés et Territoires), la proposition vise, selon ses auteurs, à « donner le droit à une fin de vie libre et choisie », en permettant à un médecin de donner la mort au patient qui le demande et qui répond aux conditions de la loi.

 

Si la proposition parle d' « aide active à mourir », il s'agit effectivement pour le médecin, aux termes de l'article 1er, d'administrer une substance létale consistant et visant à mettre fin à la vie de la personne.

 

La proposition de loi s'inscrit par ailleurs dans le contexte d'une offensive parlementaire constituée de plusieurs propositions de loi visant chacune à dépénaliser l'euthanasie en France, alors que la crise sanitaire révèle la nécessité d'un accompagnement médicosocial renforcé des personnes vulnérables et des patients en fin de vie.

Tenant compte des défauts persistants en matière d'offre de soins palliatifs en France, le Ministre de la Santé Olivier Véran a d'ailleurs souligné, dans le cadre du débat parlementaire, la nécessité d'évaluer la réalité de l'accompagnement de la fin de vie en France avant d'envisager toute modification du cadre législatif en la matière – a fortiori lorsqu'il s'agit de demander aux médecins de donner la mort.

Rappelons que le droit français garantit aujourd'hui au patient, à travers la loi Claeys-Leonetti de 2016, le droit de refuser tout traitement qu'il juge inopportun, et permet par ailleurs l'administration d'une sédation palliative profonde et continue aux patients en fin de vie dont les douleurs sont réfractaires aux soins palliatifs classiques.

 

En dépit du contexte sanitaire et de l'opposition réitérée des soignants concernés – qu'il s'agisse de l'Ordre des médecins ou de la Société Française d'Accompagnement et de soins Palliatifs (SFAP), un nombre important de députés de l'Assemblée nationale ont ainsi souhaité voter ce texte de manière accélérée. À travers le dépôt de plusieurs milliers d'amendements, cinq députés du groupe Les Républicains ont toutefois veillé à ce qu'un court débat parlementaire puisse malgré tout avoir lieu sur la proposition de loi, tenant compte du bouleversement anthropologique que celle-ci introduirait. Après quelques heures de débat, la proposition n'a finalement pas pu être votée.

 

Ce même jeudi 8 avril, avant l'ouverture des débats à l'Assemblée, le mouvement ‘Soulager mais pas tuer' avait eu l'occasion de sensibiliser citoyens et décideurs politiques à l'importance d'un accompagnement et d'une protection appropriés des personnes les plus fragiles de nos sociétés, qu'elles soient handicapées ou en fin de vie, sans que la mort ne leur soit présentée comme une solution.

 

Philippe Pozzo di Borgo, homme d'affaires devenu tétraplégique et ayant inspiré le film Intouchables, et parrain de Soulager mais pas tuer, a quant à lui adressé un appel solennel aux députés, leur enjoignant : « N'abolissez pas nos vies, car quelle que soit notre dépendance, en tant que personnes handicapées, notre dignité est intacte ».


Articles similaires

Euthanasie : une étude donnerait-elle des statistiques de transgressions de la loi ?

Euthanasie : une étude donnerait-elle des statistiques de transgressions de la loi ?

- Euthanasie et suicide assisté

Des chercheurs de la Vrije Universiteit Brussel et de l'Université de Gand ont réalisé une enquête sur les attitudes et la pratique concernant l'euthanasie auprès d'un échantillon de 480 médecins de Flandre et 305 médecins de Wallonie.

Cette étude vient de confirmer que le corps médical en Flandre est plus ouvert à l'euthanasie que son alter ego en Wallonie. En effet, les médecins flamands sont plus souvent confrontés à des demandes d'euthanasie que leurs collègues wallons et accèdent aussi p...

Lire la suite

Euthanasie en Colombie : la Cour constitutionnelle abandonne le critère de fin de vie

Euthanasie en Colombie : la Cour constitutionnelle abandonne le critère de fin de vie

- Euthanasie et suicide assisté

Par un arrêt du 21 juillet dernier, la Cour constitutionnelle colombienne a une nouvelle fois assoupli les conditions d'accès à l'euthanasie, en supprimant la condition selon laquelle le décès du patient doit être prévu à brève échéance. Si le Code pénal colombien, quant à lui, pénalise toujours ce qu'il qualifie d' « homicide par compassion », cette disposition se trouve privée de ses effets depuis vingt-quatre ans, sous l'impulsion du pouvoir judiciaire. Le Parlement n'arrivant pas à se mett...

Lire la suite

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

Pays-Bas : aussi l’euthanasie des enfants de moins de 12 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Le docteur Eduard Verhagen, pédiatre à l'UMC de Groningen et auteur du Protocol de Groningen (qui fixe le processus d'euthanasie des nouveaux-nés porteurs d'un handicap - voir dossier IEB), reparle de l'euthanasie des enfants au Pays-Bas.
Actuellement la loi néerlandaise autorise l'euthanasie des enfants de plus de 12 ans ayant la capacité de discernement. L'accord de leurs parents est requis jusqu'à leur 16 ans. La KNMG* qui regroupe 75% des médecins aux Pays-Bas, s'est exprimée  en disant qu...

Lire la suite