Soignants et citoyens s’opposent en masse à l’euthanasie en Nouvelle-Zélande

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 03/04/2019

Le projet de loi pour la dépénalisation de l'euthanasie et du suicide assisté soumis au Parlement néo-zélandais par le député David Seymour (ACT New-Zealand) et adopté en première lecture, a suscité un vaste rejet de la part des citoyens. Un rapport de l'organisation Néo-zélandaise Care Alliance montre plus de 90% d'opposants.

38.000 Néo-Zélandais ont remis leurs observations sur le projet de loi au Comité restreint de la Justice. Après examen, Care Alliance a rendu un rapport détaillé sur leur contenu. Il ressort que 91,8% des participants sont opposés à cette dépénalisation. Parmi le personnel médical ayant rédigé des soumissions, ce sont 93,5% qui y sont également totalement hostiles.

A travers ces observations, les Néo-Zélandais pointent du doigt l'inévitable effritement du cadre légal, comme dans les pays où l'euthanasie a été dépénalisée et où l'on voit les critères d'éligibilité s'élargir peu à peu. De plus, l'idée que l'État reconnaîtrait ainsi le suicide assisté et l'euthanasie comme socialement acceptables, saperait tous les efforts de prévention du suicide. Enfin, il n'est pas dans la mission des soignants de mettre fin à la vie du patient, alors que les soins palliatifs, correctement mis en oeuvre, ont vocation à procurer un accompagnement humain de qualité pour soulager le malade.

La Nouvelle-Zélande a déjà rejeté un projet similaire par deux fois, en 1995 et 2003.

Sources : Parliament.nz - carealliance.org.nz


Articles similaires

Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

Réseau de passeurs organisé pour personnes en demande d'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

" Entre 7.000 € et 11.000 € " hors transport" titrait un article dans un média français. C'est le coût estimé par Jacqueline Jencquel, déléguée nationale chargée de l'accompagnement vers l'étranger et des relations avec les autres groupements dans le monde pour l'Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Elle assure le "relais" vers les pays comme la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse, pays ayant légalisé l'euthanasie ou le suicide assisté. " En dix ans, j'en ...

Lire la suite

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

Pays-Bas : érosion de la loi euthanasie et dangers pour les personnes atteintes de démence

- Euthanasie et suicide assisté

Entièreté de l'opinion du Dr. Chabot : ICI
A la suite de la publication du troisième Rapport quinquennal d'évaluation de la loi Euthanasie aux Pays-Bas, dans lequel des experts se félicitent de la bonne application de la loi, le psychiatre Boudewijn Chabot dénonce quant à lui, le fait que cette loi ait été vidée de son sens et n'assure plus la protection des personnes souffrant de démence ou de troubles psychiatriques, qui sont de plus en plus nombreuses et pour lesquelles de plus en plus de m...

Lire la suite

Extension de la loi euthanasie aux enfants : premier vote

Extension de la loi euthanasie aux enfants : premier vote

- Euthanasie et suicide assisté

C'est par 13 voix pour et 4 contre, que vient d'être votée la proposition de loi qui vise à étendre le cadre légal autorisant l'euthanasie, dans certaines conditions, aux enfants.
Au préalable, un psychologue aura reconnu la capacité de discernement de ces jeunes malades qui devront être en phase terminale et confrontés à des souffrances physiques insupportables et inapaisables. Ils seront encadrés par une équipe médicale, et moyennant l'accord de leurs parents, pourront alors demander à être ...

Lire la suite