Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 27/09/2011

Un médecin, le Dr Lieve Vande Putte,  s'indigne de la façon dont son père a été mis sous sédation alors qu'elle-même s'absentait à l'étranger. Elle estime que ce geste a conduit son père à la mort. Voilà ce que révèle l'article paru dans le magazine Humo qui reprend l'information et le témoignage du Dr Vande Putte. Aucune condamnation n'est toutefois évoquée.
Commentant cette information, le Dr Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, et d'autre part défenseur de l'euthanasie, affirme que la sédation est une technique couramment utilisée. Il est fréquent de recourir à la sédation jusqu'à ce que la mort survienne alors que ni le patient ni la famille n'en sont informés. "Cela arrive tous les jours", affirme-t-il. On endort le patient car ses souffrances sont insupportables. On commence par la sédation, et lorsqu'on constate que cela dure trop longtemps, on augmente les doses , dans le secret espoir que le patient meure vite. Ce n'est pas de la sédation, mais une façon de mettre fin à la vie de la personne. Ce n'est pas non plus une euthanasie, car le patient ne l'a pas demandée. »
Le Prof. Distelmans affirme dans le magazine Humo, que cela est tout à fait courant dans les hôpitaux en Belgique, mais admet que cela pose question car ni la famille ni le patient n'ont pris part à la décision de la sédation. « Ils sont tenus à l'écart. Les médecins pensent encore trop souvent de façon paternaliste au lieu de respecter les souhaits du patient et de la famille. »

Voilà qui pose à nouveau la question de la sédation (voir le Dossier de l'IEB  "Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques" p.4 questions 11 et suivantes) et de la façon dont le corps médical s'approprie celle-ci.

In het Nederlands "Het begeleiden van mensen aan het levenseinde." zie p.4 sedatie.

Article Humo (en néerlandais)


Articles similaires

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

L’euthanasie pour les personnes démentes à l’agenda politique

- Euthanasie et suicide assisté

Le sp.a a déposé le 17 octobre dernier une proposition de loi visant à autoriser l'euthanasie des personnes atteintes de démence sévère, sur base d'une déclaration anticipée d'euthanasie. Le texte prévoit que les personnes pourraient remplir « une déclaration anticipée précisant le moment où elles souhaitent que l'on procède à l'arrêt actif de leur vie », pour le cas où elles souffriraient un jour d'une « atteinte grave, irréversible et incurable des fonctions cérébrales ».

C'est faire peu ca...

Lire la suite

Belgique: création d'une clinique de l'euthanasie?

Belgique: création d'une clinique de l'euthanasie?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Pr. Wim Distelmans, qui se dit spécialiste de la médecine palliative, a suggéré la création d'une clinique de l'euthanasie en Belgique en se basant sur le modèle néerlandais. M. Distelmans affirme que, malgré une loi sur l'euthanasie "fonctionnelle", de nombreux médecins doivent respecter les règles en vigueur dans les maisons de repos et les hôpitaux qui interdisent l'euthanasie. Wim Distelmans plaide en premier lieu pour une remise en cause des financements publics des hôpitaux qui refuse...

Lire la suite

Belgique : l’euthanasie bientôt considérée comme un « soin de santé » ?

Belgique : l’euthanasie bientôt considérée comme un « soin de santé » ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le 10 mai 2015 a été promulguée une « Loi coordonnée relative à l'exercice des professions de soins de santé », qui reprend un ancien arrêté royal, l'arrêté n°78 de 1967. Maggie De Block, Ministre des Affaires sociales et de la santé publique propose de modifier cette loi, notamment en y incluant une nouvelle définition des soins de santé.

La définition actuelle des soins de santé est libellée comme suit : « des services dispensés par un praticien professionnel en vue de promouvoir, de déterm...

Lire la suite