Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Un médecin, le Dr Lieve Vande Putte,  s'indigne de la façon dont son père a été mis sous sédation alors qu'elle-même s'absentait à l'étranger. Elle estime que ce geste a conduit son père à la mort. Voilà ce que révèle l'article paru dans le magazine Humo qui reprend l'information et le témoignage du Dr Vande Putte. Aucune condamnation n'est toutefois évoquée.
Commentant cette information, le Dr Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, et d'autre part défenseur de l'euthanasie, affirme que la sédation est une technique couramment utilisée. Il est fréquent de recourir à la sédation jusqu'à ce que la mort survienne alors que ni le patient ni la famille n'en sont informés. "Cela arrive tous les jours", affirme-t-il. On endort le patient car ses souffrances sont insupportables. On commence par la sédation, et lorsqu'on constate que cela dure trop longtemps, on augmente les doses , dans le secret espoir que le patient meure vite. Ce n'est pas de la sédation, mais une façon de mettre fin à la vie de la personne. Ce n'est pas non plus une euthanasie, car le patient ne l'a pas demandée. »
Le Prof. Distelmans affirme dans le magazine Humo, que cela est tout à fait courant dans les hôpitaux en Belgique, mais admet que cela pose question car ni la famille ni le patient n'ont pris part à la décision de la sédation. « Ils sont tenus à l'écart. Les médecins pensent encore trop souvent de façon paternaliste au lieu de respecter les souhaits du patient et de la famille. »

Voilà qui pose à nouveau la question de la sédation (voir le Dossier de l'IEB  "Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques" p.4 questions 11 et suivantes) et de la façon dont le corps médical s'approprie celle-ci.

In het Nederlands "Het begeleiden van mensen aan het levenseinde." zie p.4 sedatie.

Article Humo (en néerlandais)


Articles similaires

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

Déclarations anticipées d’euthanasie: y a-t-il un contrôle quant à la capacité juridique de la perso

- Euthanasie et suicide assisté

C'est en décembre 2013 que la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) a posé plusieurs questions à la Ministre de la santé à propos du contrôle des déclarations anticipées d'euthanasie, selon lesquelles, et d'après la loi du 28 mai 2002 concernant l'euthanasie, il est possible d'exprimer sa volonté d'être euthanasié le jour où l'on ne serait plus en état de le faire. Quel contrôle y a-t-il pour ces cas de majeurs « incapables », dont il existe plusieurs catégories. En effet, on peut être frappé d'incapac...

Lire la suite

Euthanasie : étude sur les pratiques et attitudes des médecins belges

Euthanasie : étude sur les pratiques et attitudes des médecins belges

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude vient de sortir dans le cadre du projet MELC (Monitoring the quality of End-of-Life Care in Flanders) du programme IWT-SBO (agence de financement pour la science et la technologie en Flandre). Elle révèle les motifs pour lesquels les médecins de Flandre n'ont pas déclaré à la Commission d'évaluation les euthanasies qu'ils ont pratiquées, alors que la loi les y oblige.
Que dit cette étude? Dans tous les cas où le médecin néglige son obligation de déclarer l'euthanasie à la Commission ...

Lire la suite

Etat de Victoria (Australie) : un pas vers la dépénalisation de l'euthanasie

Etat de Victoria (Australie) : un pas vers la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le Parlement fédéral australien rejetait pour la quinzième fois, le mois dernier, un projet de loi sur l'euthanasie, l'Etat de Victoria approche de l'aboutissement de sa propre loi « sur la mort volontaire assistée ». Cette loi, dépénalisant l'euthanasie et le suicide assisté, adoptée par le Parlement étatique le 29 novembre 2017 aux termes de longs débats houleux, pourrait entrer en vigueur dès juin 2019.

Le texte de la loi permettrait à tout habitant majeur de l'Etat, ayant la cap...

Lire la suite