Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 10/08/2015

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressortissant Mr. Nicklinson, désormais décédé, était atteint du locked-in syndrome. C'est sa femme, Mme. Nicklinson, qui réclamait pour lui son euthanasie au nom de l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme relatif au respect de la vie privée et familiale.
Mr. Lamb était quant à lui paralysé et demandait à ce qu'une tierce personne lui administre une injection létale.
Ces deux demandes ont été jugées incompatibles avec la Convention Européenne des Droits de l'Homme, dans la continuité de la jurisprudence de l'arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme de 2002, Pretty c/ Royaume Uni.
Par cet arrêt, la CEDH indique au Royaume-Uni et à tous les Etats du Conseil de l'Europe qu'il n'est pas possible de se prévaloir de l'euthanasie et du suicide assisté comme un droit fondamental.
 


Articles similaires

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

Euthanasie: Tegen-opinie van verschillende professoren geneeskunde en ethiek

- Euthanasie et suicide assisté

Opinie gepubliceerd in De Morgen 7/10/2013
 Zorg om levenseinde verdraagt geen demagogie "Het ideaal van de 'best medical practice' realiseer je niet door de relatie kind/arts verder te juridiseren", stellen verschillende professoren geneeskunde en ethiek.

De Morgen pakt uit met een voorpagina die schreeuwt om aandacht: er is volgens een aantal kinderartsen een snelle, onverwijlde uitbreiding van de euthanasiewet naar minderjarigen nodig (DM 6/11). De grote meerderheid van de bevolking zou ...

Lire la suite

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

Euthanasie : en 10 ans, 382 personnes ont retiré leur déclaration anticipée

- Euthanasie et suicide assisté

Ils avaient déposé auprès de leur administration communale, une demande pour être euthanasiés s'ils sombraient dans un état d'inconscience irréversible ou de coma. Mais, ils sont 382 citoyens (98 en 2016 et 2017) à avoir changé d'avis, et à avoir retiré et détruit ce document. C'est l'information publiée par la presse néerlandophone et confirmée par le SPF Santé publique.

L'article 4 de la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipé...

Lire la suite

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme cel...

Lire la suite