Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 10/08/2015

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressortissant Mr. Nicklinson, désormais décédé, était atteint du locked-in syndrome. C'est sa femme, Mme. Nicklinson, qui réclamait pour lui son euthanasie au nom de l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme relatif au respect de la vie privée et familiale.
Mr. Lamb était quant à lui paralysé et demandait à ce qu'une tierce personne lui administre une injection létale.
Ces deux demandes ont été jugées incompatibles avec la Convention Européenne des Droits de l'Homme, dans la continuité de la jurisprudence de l'arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme de 2002, Pretty c/ Royaume Uni.
Par cet arrêt, la CEDH indique au Royaume-Uni et à tous les Etats du Conseil de l'Europe qu'il n'est pas possible de se prévaloir de l'euthanasie et du suicide assisté comme un droit fondamental.
 


Articles similaires

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Les Commissions réunies des Affaires sociales et de la Justice du Sénat ont arrêté une première liste d'auditions d'experts dans le cadre de leurs travaux sur l'extension de la loi dépénalisant l'euthanasie, à partir du 20 février.
Herman Nys (professeur de droit médical à la KUL), Dominique Biarent (chef de service à l'hôpital des enfants Reine Fabiola), Masendu Kalenga (chef du service de néonatalogie du CHR de Namur), Chris Van Geet (professeur à la faculté de médecine de la KUL), Joris Ver...

Lire la suite

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

Une faille dans la loi euthanasie : l’aide au suicide comme échappatoire au contrôle de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre du conseil de Malines a décidé de ne pas renvoyer le Dr Marc Van Hoey devant le juge, après que celui-ci ait prodigué un breuvage mortel à une dame de 85 ans qui ne voulait plus vivre. En suivant l'avis du Ministère public et la défense du médecin, elle semble avoir considéré que le cas ne rentrait pas dans le champ d'application de la loi sur l'euthanasie.

Simona De Moor ne souffrait pas de maladie physique ou psychique particulière (condition essentielle pour une euthanasie), mai...

Lire la suite

Euthanasie : pas encore de chiffres officiels.

Euthanasie : pas encore de chiffres officiels.

- Euthanasie et suicide assisté

Le 10 février 2012, quelques chiffres se rapportant à l'euthanasie en Belgique étaient largement médiatisés, notamment dans un communiqué de l'agence Belga . Ces quelques chiffres sont  sans doute le résultat d'une fuite  d'un des membres de la Commission d'évaluation de la loi dépénalisant l'euthanasie,  étant donné que ce rapport ne sera rendu public qu'en mai 2012.  Ce n'est qu'à cette date que l'intégralité et la réalité des chiffres seront connus et que des commentaires pourront être fait...

Lire la suite