Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 10/08/2015

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressortissant Mr. Nicklinson, désormais décédé, était atteint du locked-in syndrome. C'est sa femme, Mme. Nicklinson, qui réclamait pour lui son euthanasie au nom de l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme relatif au respect de la vie privée et familiale.
Mr. Lamb était quant à lui paralysé et demandait à ce qu'une tierce personne lui administre une injection létale.
Ces deux demandes ont été jugées incompatibles avec la Convention Européenne des Droits de l'Homme, dans la continuité de la jurisprudence de l'arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme de 2002, Pretty c/ Royaume Uni.
Par cet arrêt, la CEDH indique au Royaume-Uni et à tous les Etats du Conseil de l'Europe qu'il n'est pas possible de se prévaloir de l'euthanasie et du suicide assisté comme un droit fondamental.
 


Articles similaires

Belgique : l’euthanasie des nouveau-nés pratiquée hors la loi

Belgique : l’euthanasie des nouveau-nés pratiquée hors la loi

- Euthanasie et suicide assisté

Une récente étude a mis au grand jour la pratique d'euthanasies délibérées sur des nouveau-nés pour qui le corps médical estimait qu'il n'y avait « aucun espoir d'un avenir supportable ». Ces pratiques concernaient 10% des nouveau-nés (0-1 an) décédés en Flandre, entre septembre 2016 et décembre 2017, soit 24 bébés.

Cette pratique est illégale en Belgique et pourtant, aucune autorité ne semble s'en offusquer. La loi n'autorise l'euthanasie d'un mineur que s'il est capable de discernement et c...

Lire la suite

Europese bezorgdheid over euthanasieplan­nen Bel­gië

Europese bezorgdheid over euthanasieplan­nen Bel­gië

- Euthanasie et suicide assisté

61 leden van de Par­lemen­taire Ver­gader­ing van de Raad van Europa hebben een verk­lar­ing ondertek­end die uit­drukking geeft aan grote bezorgdheid voor de Bel­gis­che plan­nen tot uit­brei­d­ing van de euthanasie naar kinderen, zon­der leefti­jds­grens. Zij rea­geren daarmee op de stem­ming in de Bel­gis­che Senaat in decem­ber van het afgelopen jaar.
De onderteke­naars herin­neren aan een aan­bevel­ing uit 1999 van het Comité van Min­is­ters (de min­is­ters van buiten­landse zaken van de ...

Lire la suite

Vers l’euthanasie des jeunes enfants sans leur consentement aux Pays-Bas

Vers l’euthanasie des jeunes enfants sans leur consentement aux Pays-Bas

- Euthanasie et suicide assisté

Autoriser l'euthanasie sur les enfants de 1 à 12 ans, même si ceux-ci ne la demandent pas ou n'y consentent pas : voici ce que propose le ministre néerlandais Hugo De Jonge, dans une lettre adressée à la Chambre basse du Parlement des Pays-Bas, le 12 octobre dernier.

L'euthanasie est aujourd'hui légale aux Pays-Bas pour les personnes majeures et les enfants mineurs de plus de 12 ans. La pratique de l'euthanasie sur les enfants de moins d'un an est quant à elle dépénalisée, via le Protocole de...

Lire la suite