Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/01/2011

La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le 20 janvier le droit au « suicide assisté » dont l'Etat serait le garant.

Elle se prononçait dans l'affaire Haas contre Suisse (Texte de l'arrêt).

Dans un communiqué du 20 janvier, Grégor Puppinck, directeur du European Centre for Law and Justice (ECLJ), « note avec satisfaction que cette nouvelle décision de la Cour confirme une nouvelle fois qu'il n'est pas possible de se prévaloir de la Convention européenne des droits de l'homme pour revendiquer la légalisation d'un prétendu droit à l'euthanasie ou au suicide assisté ».

L'ECLJ explique dans ce communiqué que « le requérant, souffrant d'un grave trouble psychique, souhaitait se suicider en utilisant une substance soumise à prescription médicale conformément à la loi suisse. Ne rentrant pas dans le cadre prévu par cette législation, il tenta en vain d'obtenir une dérogation lui permettant de se procurer cette substance sans ordonnance. Il se plaint de ce que cette impossibilité porte atteinte à son droit à la vie privée, tel que protégé par l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme. Ainsi, selon le requérant, l'Etat aurait dû lui fournir les moyens médicamenteux de se suicider. En l'espèce, le requérant n'était pas atteint d'une maladie mortelle, pas plus qu'elle ne l'empêchait de se suicider par ses propres moyens ». 

« La Cour met en balance les intérêts en jeu, celui tel que perçu par le requérant, de se suicider de manière 'fiable et indolore', et celui des autorités, poursuit l'ECLJ. Elle observe que l'exigence d'une ordonnance 'a pour objectif légitime de protéger notamment toute personne d'une prise de décision précipitée, ainsi que de prévenir des abus' (§56), d'autant plus nécessaire que la Suisse a adopté une approche libérale de l'assistance au suicide. La Cour note à cet égard 'que l'on ne saurait sous-estimer les risques d'abus inhérents à un système facilitant l'accès au suicide assisté.' (§58) Elle en conclut que la restriction d'accès à cette substance mortelle 'sert la protection de la santé, la sûreté publique et la prévention d'infractions pénales' (§58). 

« Malgré la reconnaissance d'une forme de 'droit au suicide', étrange extension du droit à la vie privée, fort critiquable en soi, la Cour a ainsi rejeté les allégations du requérant selon lequel il existerait une prétendue obligation positive pour l'Etat de prendre les mesures nécessaires permettant un suicide rapide et sans douleur. Plus encore, l'Etat a l'obligation de veiller à la préservation de la vie de ses administrés en vertu de l'article 2 protégeant le droit à la vie. Lorsqu'il prévoit la faculté de recourir au 'suicide assisté' − comme tel est le cas en Suisse −, l'Etat conserve le devoir de veiller à éviter tout abus dans l'usage de cette faculté au regard de son obligation de protéger la vie de ses administrés », conclut l'ECLJ.


Articles similaires

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Suisse Peter Vogt, condamné à la prison à perpétuité pour de multiples agressions sexuelles, a fait appel en juillet 2018 à Exit, une organisation d'aide au suicide. Interné depuis 25 ans, il souffre de graves troubles psychiques en sus de problèmes au coeur et aux reins. Or, ces maux ne constituent manifestement pas le mobile principal de sa demande de suicide, mais bien le désespoir de rester emprisonné dans de telles circonstances : "C'est naturel de préférer se suicider plutôt que d'êtr...

Lire la suite

Hawaï : refus d’une proposition de loi relative au suicide assisté

Hawaï : refus d’une proposition de loi relative au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le jeudi 4 mai 2017, à Hawaï (Etat insulaire des Etats-Unis), Joseph Souki, Président de la Chambre des Représentants depuis 2013, a remis sa démission. Alors qu'il avait vivement encouragé les Membres de la Chambre à valider la pratique du suicide assisté sur cette île du Pacifique, l'élu de 84 ans s'était vu reprocher sa partialité faisant ainsi chuter sa popularité. Le texte inspiré de la loi en vigueur en Oregon vient donc d'être refusé à la Chambre alors qu'il avait été majoritairement ap...

Lire la suite

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association de Médecins Britanniques renouvelle son opposition au suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le 21 juin 2016, la British Medical Association (BMA) a réitéré son opposition à l'euthanasie et au suicide assisté, à l'occasion de sa convention annuelle à Belfast. La décision a été très claire puisque 63% des médecins se prononcés contre ces pratiques qu'ils estiment contraires à leur profession.

Actuellement composée de 170.000 membres, la BMA s'est toujours prononcée contre l'euthanasie, excepté en 2005-2006, où elle avait gardé une position neutre.

La pression exercée par les partisan...

Lire la suite