Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 02/02/2010

Un billet paru récemment dans The New England Journal of Medecine, sous le titre « Medical End-of-life Practices under Euthanasia Law in Belgium » » (NEMJ, September 10, 2009: 1119-1121) fournit quelques données relatives à la pratique de l'euthanasie en Belgique. 
Le billet est signé par Johan Bilsen, Joachim Cohen, Kenneth Chambaere, Geert Pousset et Luc Deliens, de la VUB, Bregje D. Onwuteaka-Philipsen, de l'Université d'Amsterdam, et Freddy Mortier, de l'Université de Gand.  

En 2007, les auteurs ont mené une étude de suivi de deux vastes enquêtes sur les pratiques de fin de vie médicalisée réalisées en 1998 et 2001. 58,4 % des médecins sondés ont répondu au questionnaire qui leur a été adressé. 
Il ressort du sondage réalisé qu'1,9% du total des décès survenus en Flandres en 2007 résulte d'une euthanasie (Ending of life at patient's explicit request). Ce taux est plus élevé qu'en 1998 (1,1%) et 2001 (0,3%). Par ailleurs, les morts provoquée sans le consentement explicite du patient (Ending of life without patient's explicit request) représentent 1,8% des décès survenus en Flandres en 2007. 
Autrement dit, le nombre d'euthanasies pratiquées sur demande est pratiquement équivalent au nombre de morts provoquées sans le consentement explicite du patient. 
Sur les 54.881 morts recensés en Flandres en 2007, 1042 sont survenues à la suite d'une euthanasie pratiquée sur demande et 987 à la suite d'une mort donnée sans le consentement explicite du patient. 
Il est intéressant de mettre ces chiffres en parallèle avec ceux relatifs aux euthanasies déclarées. En 2007, sur un total de 495 euthanasies déclarées à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'application de la loi sur l'euthanasie, 412 l'ont été en néerlandais et 83 en français (cf. Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, Troisième rapport aux Chambres législatives (Années 2006 et 2007), p. 11).  

En d'autres termes, sur un total de 2029 morts provoquées en Flandres en 2007, 412 seulement ont été déclarées à la Commission de contrôle (soit 20,3% du total des morts provoquées) contre 1617 qui n'ont fait l'objet d'aucune déclaration (soit 79,7% du total des morts provoquées).  

Au total, si ces chiffres sont exacts, ils révèlent un nombre élevé de morts provoquées sans demande explicite du patient (987 des 2029 morts provoquées en Flandres en 2007) et un faible pourcentage des euthanasies effectivement déclarées à la Commission de contrôle (20,3% du total des morts provoquées).

Source: IEB


Articles similaires

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

Colombie : l'euthanasie des enfants pour raisons économiques ?

- Euthanasie et suicide assisté

La Colombie a été le quatrième pays à dépénaliser l'euthanasie des personnes majeures, en 2015, à la suite de la Belgique, des Pays Bas et du Luxembourg.

En octobre 2017, la Cour Constitutionnelle colombienne a ouvert le débat de l'euthanasie des mineurs en demandant au Ministère de la Santé de proposer une loi permettant d'administrer « la mort dans la dignité, chez des enfants et adolescents porteurs de handicaps ou en phase terminale ».  Selon la Cour, cette loi chercherait à éviter que l...

Lire la suite

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

Euthanasie / deux propositions de loi : déclaration anticipée et obligation de renvoi

- Euthanasie et suicide assisté

Ce 5 octobre 2012, deux propositions de loi relativesà l'euthanasie ont été déposées par Mme Marleen Temmerman et M. Guy Swennen. La première (doc 5-1799/1) vise à rendre illimitée la durée de validité de la déclaration anticipée par laquelle les patients indiquent par écrit leur volonté qu'il soit procédé à une euthanasie lorsque certaines conditions sont réunies. Actuellement, cette déclaration doit être confirmée par le patient tous les 5 ans afin de conjurer le risque qu'elle soit rédigée ...

Lire la suite

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme cel...

Lire la suite