Quelques chiffres sur la pratique de l’euthanasie en Belgique

Publié le : Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Un billet paru récemment dans The New England Journal of Medecine, sous le titre « Medical End-of-life Practices under Euthanasia Law in Belgium » » (NEMJ, September 10, 2009: 1119-1121) fournit quelques données relatives à la pratique de l'euthanasie en Belgique. 
Le billet est signé par Johan Bilsen, Joachim Cohen, Kenneth Chambaere, Geert Pousset et Luc Deliens, de la VUB, Bregje D. Onwuteaka-Philipsen, de l'Université d'Amsterdam, et Freddy Mortier, de l'Université de Gand.  

En 2007, les auteurs ont mené une étude de suivi de deux vastes enquêtes sur les pratiques de fin de vie médicalisée réalisées en 1998 et 2001. 58,4 % des médecins sondés ont répondu au questionnaire qui leur a été adressé. 
Il ressort du sondage réalisé qu'1,9% du total des décès survenus en Flandres en 2007 résulte d'une euthanasie (Ending of life at patient's explicit request). Ce taux est plus élevé qu'en 1998 (1,1%) et 2001 (0,3%). Par ailleurs, les morts provoquée sans le consentement explicite du patient (Ending of life without patient's explicit request) représentent 1,8% des décès survenus en Flandres en 2007. 
Autrement dit, le nombre d'euthanasies pratiquées sur demande est pratiquement équivalent au nombre de morts provoquées sans le consentement explicite du patient. 
Sur les 54.881 morts recensés en Flandres en 2007, 1042 sont survenues à la suite d'une euthanasie pratiquée sur demande et 987 à la suite d'une mort donnée sans le consentement explicite du patient. 
Il est intéressant de mettre ces chiffres en parallèle avec ceux relatifs aux euthanasies déclarées. En 2007, sur un total de 495 euthanasies déclarées à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'application de la loi sur l'euthanasie, 412 l'ont été en néerlandais et 83 en français (cf. Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie, Troisième rapport aux Chambres législatives (Années 2006 et 2007), p. 11).  

En d'autres termes, sur un total de 2029 morts provoquées en Flandres en 2007, 412 seulement ont été déclarées à la Commission de contrôle (soit 20,3% du total des morts provoquées) contre 1617 qui n'ont fait l'objet d'aucune déclaration (soit 79,7% du total des morts provoquées).  

Au total, si ces chiffres sont exacts, ils révèlent un nombre élevé de morts provoquées sans demande explicite du patient (987 des 2029 morts provoquées en Flandres en 2007) et un faible pourcentage des euthanasies effectivement déclarées à la Commission de contrôle (20,3% du total des morts provoquées).

Source: IEB


Articles similaires

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

1.000 morts provoquées sans consentement en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Chaque année en Belgique, à peu près 1.000 personnes voient leur vie abrégée sans leur demande ni consentement.

C'est ce qu'a déclaré Marc Cosyns, médecin et défenseur de l'euthanasie en Belgique, lors du procès de Ivo Poppe le 29 janvier dernier. Ce sont le plus souvent les infirmiers qui abrègent discrètement la vie de leurs patients sans qu'ils l'aient demandé. Ils s'y sentent obligés parce que les médecins refusent de le faire eux-mêmes, affirme le Docteur Cosyns.

Ce dernier a toujours a...

Lire la suite

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

L’euthanasie des enfants adoptée à la Chambre

- Euthanasie et suicide assisté

Malgré l'opposition de divers groupes et notamment de plus de 200 pédiatres belges, mais aussi de spécialistes des soins palliatifs au niveau international, la Chambre a approuvé par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi sur l'euthanasie. Le texte a reçu le soutien des socialistes, des libéraux, des écologistes et de la N-VA. Certains députés se sont toutefois désolidarisés de leur groupe.

Lire la suite

Euthanasie en duo

Euthanasie en duo

- Euthanasie et suicide assisté

Après une première euthanasie de jumeaux, la Belgique a enregistré une euthanasie matrimoniale. Leopold Dauwe, 90 ans, et son épouse depuis 64 ans, Paula Raman, 89 ans, ont dit « au revoir » à leurs enfants et petits-enfants, avant de partir ensemble, de peur que l'un ne survive à l'autre - et alors que, pour l'un comme pour l'autre, la mort était attendue dans quelques jours ou quelques semaines tout au plus. Tous deux grabataires, ils craignaient de vivre l'aggravation de leur agonie. « Ils ...

Lire la suite