Québec : l’euthanasie risque de faire imploser les soins palliatifs

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/12/2016

Suite aux pressions croissantes exercées pour « faire pénétrer l'aide à mourir » dans les milieux de soins depuis que l'aide médicale à mourir (euthanasie) a été dépénalisée au Québec le 5 juin 2014, des réactions se font entendre.

Lors du Congrès mondial sur les soins palliatifs à Montréal en octobre dernier, plusieurs intervenants ont fait part de leur inquiétude concernant l'avenir des soins palliatifs au Québec. Selon eux, l'arrivée de l'euthanasie expose le milieu des soins palliatifs au Québec à un risque de « fracture et d'implosion ».

Il apparaît de plus en plus que la vaste majorité des médecins s'oppose à toute participation à l'euthanasie. Or, la demande étant plus importante que prévue, plusieurs hôpitaux se trouvent incapables de répondre aux demandes d'euthanasie. Début novembre, les médecins d'un hôpital de Montréal ont reçu une lettre de la Direction des services professionnels, dans laquelle on leur faisait part du « besoin de médecins supplémentaires pour l'aide médicale à mourir ».

C'est pour dénoncer cette pression sur les soignants que plus de 35 médecins généralistes et spécialistes, dont le Dr Nicholas Newman, ont fait paraître une tribune dans la presse, rappelant que « l'euthanasie ne sera jamais un geste banal, bien que beaucoup d'efforts soient déployés pour en faire une « procédure » socialement acceptable. (…) Ce geste faussement qualifié de « soin » réside dans la gravité de son impact sur le médecin qui le pratique. En conclusion, nous, les médecins soussignés, tenons à réaffirmer que nous ne participerons pas à ce drame social qui ne fait qu'ajouter de la souffrance à la souffrance. Nous sommes toujours d'avis que la réponse passe par des soins de qualité, par un plus large accès à des soins palliatifs et par un accompagnement humain, respectueux de la personne. »

Source : La Presse.ca

Dossier de l'IEB : Le modèle belge des "soins palliatifs intégraux" dénature-t-il la pratique des soins palliatifs ?


Articles similaires

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressorti...

Lire la suite

Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre des députés italienne va examiner un projet de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. D'initiative populaire, ce projet intervient au moment où la Cour Constitutionnelle a sommé le Parlement de légiférer sur l'assistance au suicide. (Affaire Cappato)

Le projet de loi affirme que chaque patient majeur, en phase terminale ou non, a le droit de refuser tout traitement et alimentation/hydratation artificielles. Le personnel médical a l'obligation de respecter la volonté du patient à ce...

Lire la suite

Belgique | Euthanasie : le docteur Cosyns ne sera pas poursuivi

Belgique | Euthanasie : le docteur Cosyns ne sera pas poursuivi

- Euthanasie et suicide assisté

Selon la VRT, le docteur Gantois Marc Cosyns, fervent défenseur de l'euthanasie, ne sera pas poursuivi après avoir euthanasié, en janvier 2008, une femme de 88 ans souffrant de symptômes incurables, mais qui n'était pas en phase terminale. Son fils avait directement porté plainte, estimant que les conditions légales qui permettent à la personne en fin de vie de demander l'euthanasie n'avaient pas été respectées.
Cette dame souffrait de diverses affections qui, selon elle, lui rendaient la vie ...

Lire la suite