Quand l’idéologie s’empare du débat sur l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/01/2018

Hans Geybels, Professeur de théologie à la KUL, a lancé dans le magazine Knack un appel pressant à sortir de la dichotomie « conservateurs-progressistes » lorsqu'il s'agit de débats bioéthiques tel que celui sur la fin de vie. Ce sont des sujets trop importants que pour être sacrifiés sur l'autel des convictions idéologiques, il s'y joue bien plus qu'une victoire entre idées conservatrices ou progressistes.

Que signifient d'ailleurs ces termes dans le débat ? Le progressisme semble vouloir rompre avec tout ce qui touche au passé, le conservatisme au contraire maintenir ce passé sans rien y changer. N'a-t-on rien d'autre à proposer pour la fin de vie ?

L'auteur refuse de croire que l'un de ces deux camps détienne la vérité. Celle-ci ne se trouve pas dans les idéologies et, quand bien même la vérité serait immuable, l'homme ne peut pas la considérer aussi facilement à sa portée. C'est pourquoi, selon l'auteur, la vérité invite toujours à la prudence : les hommes persuadés de la détenir ont trop souvent abouti à la violence, avec les conséquences que l'histoire nous enseigne.

Il constate au sujet de l'euthanasie pour souffrance psychique, que l'immense majorité des psychiatres plaide depuis quelques années pour la plus grande des prudences. Pourquoi dans ce cas expédier le règlement de cette problématique dans la loi ? Ces psychiatres peuvent-ils réellement être accusés de faire la promotion d'un conservatisme dépassé ?

Geybels nous met en garde : vu l'actualité, l'euthanasie semble être devenue la proie d'une lutte idéologique. Et les positions adoptées sur ces sujets peuvent en arriver à menacer non pas nos convictions, mais notre humanité. L'empressement de certains traduit une vision de l'homme qui glisse vers « l'homo economicus » : la dignité d'une personne se voit calculée sur base d'une échelle aux paramètres économiques : que rapporte-t-elle à la société, et que lui coûte-t-elle ?

Il s'agit là d'une réalité qui n'est ni progressiste, ni conservatrice. Il s'agit d'une réalité issue de notre « système de pensée néo-libéral » selon les psychiatres Paul Verhaege et Dirk De Wachter. Un constat qui invite les deux « camps » à dépasser leurs oppositions pour entamer une réflexion et un dialogue approfondis.


Articles similaires

Dossier d’euthanasie mis à l’instruction pour assassinat : deux médecins du CHR de Namur sont visés

Dossier d’euthanasie mis à l’instruction pour assassinat : deux médecins du CHR de Namur sont visés

- Euthanasie et suicide assisté

Une enquête est en cours au Parquet de Namur, à l'encontre de deux médecins du Centre hospitalier régional (CHR) de Namur impliqués dans l'euthanasie d'un patient décédé le 17 juin dernier. Une perquisition a eu lieu à l'hôpital, le dossier du patient saisi et mis à l'instruction pour assassinat.
C'est suite au recours en urgence par la fille du patient devant les tribunal des référés de Liège, que la justice avait ordonné au Dr Laurent Carlier de postposer l'euthanasie pour avoir le temps de ...

Lire la suite

Recordaantal wilsverklaringen euthanasie in 2013

Recordaantal wilsverklaringen euthanasie in 2013

- Euthanasie et suicide assisté

In België zijn vorig jaar 20.414 wilsverklaringen voor euthanasie geregistreerd. Dat is een record en een stijging van 60 procent in vergelijking met de 12.728 registraties van 2012. Dat blijkt uit gegevens van de federale overheidsdienst (FOD) Volksgezondheid.

Didactische Fiche: "Wilsverklaring inzake euthanasie"

Lire la suite

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

Faut-il euthanasier les nouveau-nés gravement malades ?

- Euthanasie et suicide assisté

Mettre fin à la vie des nouveau-nés gravement malades : va-t-on boucler la boucle entre l'avortement et l'euthanasie ?

Les médecins néonatologues trouvent qu'il faut pouvoir ne pas commencer un traitement chez un nouveau-né gravement malade, même au risque de hâter sa mort. 90% des infirmiers en néonatologie pensent de même. 60% des néonatologues et 74% des infirmiers en néonatologie estiment même qu'il faut, dans certains cas, pouvoir mettre fin à la vie de ces nouveau-nés en leur administra...

Lire la suite