Quand l’idéologie s’empare du débat sur l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 19/01/2018

Hans Geybels, Professeur de théologie à la KUL, a lancé dans le magazine Knack un appel pressant à sortir de la dichotomie « conservateurs-progressistes » lorsqu'il s'agit de débats bioéthiques tel que celui sur la fin de vie. Ce sont des sujets trop importants que pour être sacrifiés sur l'autel des convictions idéologiques, il s'y joue bien plus qu'une victoire entre idées conservatrices ou progressistes.

Que signifient d'ailleurs ces termes dans le débat ? Le progressisme semble vouloir rompre avec tout ce qui touche au passé, le conservatisme au contraire maintenir ce passé sans rien y changer. N'a-t-on rien d'autre à proposer pour la fin de vie ?

L'auteur refuse de croire que l'un de ces deux camps détienne la vérité. Celle-ci ne se trouve pas dans les idéologies et, quand bien même la vérité serait immuable, l'homme ne peut pas la considérer aussi facilement à sa portée. C'est pourquoi, selon l'auteur, la vérité invite toujours à la prudence : les hommes persuadés de la détenir ont trop souvent abouti à la violence, avec les conséquences que l'histoire nous enseigne.

Il constate au sujet de l'euthanasie pour souffrance psychique, que l'immense majorité des psychiatres plaide depuis quelques années pour la plus grande des prudences. Pourquoi dans ce cas expédier le règlement de cette problématique dans la loi ? Ces psychiatres peuvent-ils réellement être accusés de faire la promotion d'un conservatisme dépassé ?

Geybels nous met en garde : vu l'actualité, l'euthanasie semble être devenue la proie d'une lutte idéologique. Et les positions adoptées sur ces sujets peuvent en arriver à menacer non pas nos convictions, mais notre humanité. L'empressement de certains traduit une vision de l'homme qui glisse vers « l'homo economicus » : la dignité d'une personne se voit calculée sur base d'une échelle aux paramètres économiques : que rapporte-t-elle à la société, et que lui coûte-t-elle ?

Il s'agit là d'une réalité qui n'est ni progressiste, ni conservatrice. Il s'agit d'une réalité issue de notre « système de pensée néo-libéral » selon les psychiatres Paul Verhaege et Dirk De Wachter. Un constat qui invite les deux « camps » à dépasser leurs oppositions pour entamer une réflexion et un dialogue approfondis.


Articles similaires

Un subside de 30.000 euros à l'ADMD pour une formation à l’euthanasie.

- Euthanasie et suicide assisté

La Région wallonne voulant encourager la communication sur l'euthanasie, donne de plus en plus la possibilité à l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) de se faire entendre dans les réseaux palliatifs. De plus, Laurette Onkelinx a pu annoncer, à la conférence de presse du 8 juin dernier, portant sur le Forum Fédéral « Life End Information Forum », l'attribution à l'ADMD d'un budget de 30.000 euros finançant un cycle de formation destiné aux médecins généralistes pour les q...

Lire la suite

EUTHANASIE : autres pays

- Euthanasie et suicide assisté

Québec : premier Rapport de la Commission sur les soins de fin de vie (euthanasie)

Canada : l'impact de l'euthanasie sur le budget des soins de santé

La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

Luxembourg : 18 euthanasies et suicides assistés sur 2015-2016

CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

Oregon : Alzheimer et les directives anticipées

Royaume-Uni : la vie du petit Charlie Gard en questio...

Lire la suite

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

La souffrance psychique d’un homme « mal-transgenré » comme justification légale à son euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nathan Verhelst, 44 ans, ne souffrait ni d'une maladie incurable, ni d'une maladie en phase terminale. Il vient d'être euthanasié. Nathan était né avec un sexe de femme et avait subi plusieurs opérations visant à le transformer en homme. Nathan se sentait toujours emprisonné dans un corps dont il ne voulait pas. L'euthanasie a été pratiquée sous la supervision du médecin Wim Distlemans de la VUB. Selon ce dernier, toutes les conditions étaient réunies pour y procéder. «On pouvait clairement pa...

Lire la suite