Quand l’euthanasie chasse la bonne pratique des soins palliatifs au Québec

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 01/06/2018

Voici la Ministre de la santé du Québec, le Dr Barette, sous le feu d'un tir groupé venant de la Commission sur les soins de fin de vie, du Comité national d'éthique pour le vieillissement, le Réseau Québecois en soins palliatifs et de fin de vie, et enfin, de l'Association québécoise de soins palliatifs.

Leurs porte-parole tirent tous la sonnette d'alarme : par manque de médecins formés en soins palliatifs et manque de places dans les services de soins palliatifs, les patients n'auraient d'autres choix que de se tourner vers l'euthanasie, affirme le Collège des médecins. L'offre est inégale de région en région. « Quand un patient nous dit qu'il n'a pas assez d'aide à domicile ou qu'il n'est pas pris à l'hôpital, et qu'alors il va vers une demande d'aide médicale à mourir (euthanasie), nous sommes, nous médecins très mal à l'aise », affirme Christiane Martel, présidente de la Société québécoise des médecins en soins palliatifs.

Le Québec a en effet dépénalisé l'Aide Medicale à Mourir (euthanasie ou suicide assisté), en juin 2014. (L'aide médicale à mourir (AMM) au Québec : points saillants de la loi au Québec et comparaison avec le droit belge)

Ce qui est plus grave, et qui est mentionné dans la lettre adressée au Ministre, c'est que des patients demandant l'euthanasie « deviennent prioritaires quant aux ressources disponibles (en matière d'évaluation médicale, psychosociale, d'accompagnement spirituel, etc.)…au détriment des autres patients en fin de vie.» (Extrait de la lettre du Collège des médecins).

La mauvaise monnaie chasserait-elle la bonne ? L'euthanasie chasse-t-elle la bonne pratique des soins palliatifs ? (Voir Dossier de l'IEB à ce sujet)

Le réseau de soins palliatifs manquerait également de relève ; or, le coeur de la loi sur la fin de vie était de garantir à chaque Québecois l'accès à des soins palliatifs de qualité. L'ampleur du défi est bien réelle face à l'accroissement inévitable des besoins causés par le vieillissement de la population, les maladies dégénératives et du cancer.

D'après les données de Radio-Canada, ce sont aujourd'hui près de 28.000 personnes qui ont recours aux soins palliatifs chaque semestre.


Articles similaires

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

Nederland: toetsing euthanasie aan herziening toe

- Euthanasie et suicide assisté

De Regionale toetsingscommissies euthanasie (RTE's) moeten worden aangevuld met een centrale toetsingscommissie waarin onder meer een psychiater zitting heeft. Dat is nodig omdat artsen steeds vaker euthanasie verlenen aan psychiatrische patiënten, zegt hoogleraar gezondheidsrecht Martin Buijsen deze week in Medisch Contact.

Bron: Artsennet

Lire la suite

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

Belgique : pas d'euthanasie pour 15 prisonniers qui en avaient fait la demande

- Euthanasie et suicide assisté

Suite à la demande d'euthanasie émise par Frank Den Bleeken, pour laquelle un avis favorable avait été émis en septembre dernier par 3 médecins (référence bulletin 18/09/2014), quinze autres prisonniers avaient demandé à être euthanasiés pour « souffrance psychique inapaisable ». Ils se sont vus récemment signifier que leur cas n'était pas recevable dans le cadre de la loi belge dépénalisant l'euthanasie. 

En effet, pour le Dr. Wim Distelmans (LEIF / VUB) : « la souffrance (psychique)  insupp...

Lire la suite

Belgique : euthanasie toujours plus loin

Belgique : euthanasie toujours plus loin

- Euthanasie et suicide assisté

A peine un an après la promulgation de la loi dépénalisant l'euthanasie des mineurs, s'exprime maintenant la volonté d'aller plus loin. Conférences, symposiums et articles de presse traduisent la volonté de certains médecins d'étendre le champ d'application de l'euthanasie aux personnes démentes (lien vers VUB-Gent) mais aussi aux nouveau-nés prématurés et/ou porteurs d'un handicap, et pour lesquels l'équipe médicale jugerait que la « qualité de vie » pose question. (Symposium International d'...

Lire la suite